Coup de coeur

pays et patrimoine


5 juillet 2009

 

Les glaneuses (Jean-François Millet)

 

Glanage et grappillage

C'était il y a 60 ans. La bonne vieille habitait à l'entrée du hameau la fermette
où elle avait vécu avec son mari et ses enfants.
Douze dont dix avait vécu. Et elle avait de nombreux petits-enfants.
Veuve, elle vivait maintenant seule, petitement mais chez elle.
Elle tirait l'eau au puits du communal, se chauffait au bois et élevait quelques poules
qui ne se gênaient pas pour venir picorer jusque dans sa cuisine.

Devant sa porte s'étendait le grand champ de blé des voisins.
La moisson faite, elle allait glaner, tout bonnement.
Un vieux droit pour les petites gens, afin que rien ne se perde.
Elle relevait son grand devantier noir et, courbée vers les "étroubles",
récoltait avec patience les épis oubliés par les moissonneurs.
Pour le plaisir de ses poules. Et sous un grand soleil.
Un garçonnet la suivait. Son petit-fils.
Tout ça simple et beau comme le tableau de Jean-François Millet.

Aujourd'hui personne ne glane. La machine vorace avale tout.
Qui prendrait la peine de sauver ces grains perdus ? Pour le grappillage, de même.
Les vignerons d'ailleurs cisèlent les grappes trop abondantes.
Une part du raisin se perd sur le sol.
Et peu importe que les vendangeurs oublient quelques "conscrits".
Voilà qui aurait fait mal au cœur aux Anciens mais c'est ainsi.

 

Étrouble : chaume en patois forézien.
Devantier : tablier.

Conscrit : petite grappe qui reste après la vendange.