Montbrison

Le cirque dans la ville


 
 

Hier, aujourd'hui, toujours :

Magie du Cirque

 

Petit ou grand, il apporte avec lui du mystère et de la magie. Le cirque arrive, le cirque passe…

Il y a les grandes affiches, la cavalcade bruyante. Toute la ville en parle, dans les boutiques, les bureaux, les ateliers et, surtout, les cours de récréation. Pour quelques heures, les citadins tranquilles et casaniers s'accordent un peu de rêve et d'aventure.


F
igaro dans la cage aux lions

Certains participent même au spectacle. Et ce sont des souvenirs pour une vie entière ! Ainsi, Jean Mercier, un brave coiffeur qui exerce au 30 de la rue Saint-Jean raconte-t-il volontiers son exploit. N'a-t-il pas coiffé et rasé un dompteur au milieu des lions ?

C'était en avril 1900, à Saint-Chamond, où il était garçon coiffeur. Le patron du cirque, M. Alexandre, était venu dans le salon. Goguenard, il avait dit : "Je suis bien obligé de venir car vous ne pourriez me suivre où je vais aller ". La cage aux lions ! Et Jean avait répondu : "Chiche !" Il avait fait la barbe du dompteur à la barbe du lion. Un certain courage et la gloire définitive ! A Montbrison, Jean Mercier pratiqua ensuite tranquillement l'art capillaire tout en jouant, comme acteur comique, dans la troupe locale.

Mieux que cela. En février 1904, "l'Etablissement Zoologique Ana Pezon" passe à Montbrison. Il présente "pour la première fois, le spectacle le plus émouvant et le plus téméraire" de l'époque. De quoi s'agit-il ? Le dompteur, un certain G. Pezon présente un spectacle inédit et dangereux. Il est parmi les rares belluaires à oser faire couler le sang dans la cage des fauves. Il a recruté pour cela Paul Morel, un garçon boucher de Montbrison. Ce fier-à-bras s'est engagé, à la suite d'un pari de 200 F, à saigner et découper un mouton "en compagnie des grands lions du Soudan".

1924 : Pinder puis Ancillotti

En 1924, Montbrison reçoit la visite de deux grands cirques. En mai, il y a Pinder, le grand, "le véritable cirque" comme dit la réclame de l'époque. Ni music-hall, ni ménagerie, seulement du "vrai cirque". Depuis son dernier passage, il s'est encore développé. Les places sont trop petites pour lui. Il faut, pour la première fois, louer, hors de la ville, le terrain Meyrieux, près des usines Chavanne.

On annonce une cavalerie de 200 chevaux, des écuyères de rêve, des acrobates extraordinaires, des clowns hilarants. Bien sûr, ours, lions et éléphants seront de la fête. Deux représentations sont données le dimanche 25 à 14 h 30 et à 20 h 30. Dès le lendemain le cirque poursuit son interminable périple : Feurs, Boën,
Noirétable

Le 28 août, arrivant de Boën, le cirque Ancillotti, plante son chapiteau place de la Préfecture. Notre actuel square Honoré-d'Urfé est alors un terrain vague et que les Montbrisonnais appellent simplement "le jardin des chiens". Le cirque Ancillotti a une grande réputation tant pour le luxe de l'installation que pour la qualité du programme.

Cette année-là, il présente une nouveauté nautique avec de gros animaux marins. Vingt-deux énormes tracteurs Latil débarquent un matériel important. Aux habitants de ne pas manquer "une exhibition phénoménale" car il ne reste qu'un jour en ville. Le 29, il est à Saint-Etienne.


Riches cavalcades d'antan

Marguerite Fournier, l'historienne de Montbrison, se souvient des cavalcades d'hier. Un spectacle gratuit, le bonheur des petits enfants. C'était avant 1914, elle était élève à l'externat Notre-Dame : "On nous alignait sur le trottoir du boulevard. Venait d'abord le char des musiciens créant l'ambiance, puis celui des clowns déployant de larges sourires, enfin celui de la reine tiré par une vingtaine de chevaux blancs superbement harnachés. On voyait aussi un écuyer acrobate vêtu d'un costume d'écailles scintillantes, en équilibre sur deux chevaux ; et, fermant la marche, les lourds éléphants au pas tranquille... "

Laissons-lui le dernier mot : Il est curieux de constater que ces plaisirs du cirque ont gardé, au cours des âges, toute leur intensité et enchantent les enfants d'aujourd'hui comme ils ont enchanté ceux d'hier...

Joseph Barou

Sources : presse locale (1904,1924,1952) et "Souvenirs d'enfance de Marguerite Fournier",
Village de Forez.

*

*   *

Les défis

avril 1900

Le poète local, Giraud dit Bobèche, célèbre le dompteur Laurent :


(Archives de la Diana, 2 Z 3)

février 1904

*

*   *

Cirque
PINDER

Journal de Montbrison
du 24 mai 1924

 

Le cirque
ANCILLOTTI
à Montbrison le 28 août 1924

Le cirque
PARISIANA
à Montbrison le 27 février 1926


Journal de Montbrison du samedi 27 février 1926

Le cirque
CAROLUS
à Montbrison le 24 avril 1926

Journal de Montbrison du samedi 24 avril 1926

Le cirque
BUFFALO-BILL
à Montbrison le 28 février 1927

Journal de Montbrison du 26 février 1927

Le cirque
Bureau

à Montbrison le 24 avril 1927

Journal de Montbrison du 23 avril 1927

Le cirque
Badolly
à Montbrison le 9 octobre 1927

Le cirque
Bureau
à Montbrison le 7 mai 1936

Le cirque
MEDRANO
à Montbrison le 6 avril 1937



Le Montbrisonnais
du 27 mars 1937

*

*   *

Lion du Kenya, Montbrison, 15 avril 1955

Montbrison le 5 juin 1959
(cliché Marguerite Fournier)

Montbrison le 2 octobre 1960
(cliché Marguerite Fournier)

*

*   *
Affiches

à Montbrison

(fin des années 60, début des années 70)


PINDER ORTF


(cliché J. Barou)


(cliché J. Barou)


(cliché J. Barou)

*

*   *

PINDER JEAN RICHARD


(cliché J. Barou)


(cliché J. Barou)

(cliché J. Barou)


(cliché J. Barou)

*

*   *

SABINE RANCY


(cliché J. Barou)



(cliché J. Barou)


(cliché J. Barou)


(cliché J. Barou)

 

BOUGLIONE


(cliché J. Barou)

 

Cirque de la Gaieté


(cliché J. Barou)

*

*   *

Cirque Zavatta


Un chameau du cirque Zavatta
(années 2000)

Medrano

Montbrison le 7 octobre 2015, cirque Medrano



Savigneux le 4 novembre 2015, cirque Zavatta fils

 

*

*   *
Le petit cirque qui s'appelait

"le Cirque"







Montbrison, le 26 avril 2017

Loisirs et festivités

Conception
David Barou
textes et documentation
Joseph Barou


questions, remarques ou suggestions
s'adresser :

 

 

 

 

 

14 octobre 2015