Retour à l'accueil

 
 
 



Poupée ancienne
(Musée d'Allard, Montbrison)

 

Voir aussi les chapitres

 

 


Tradition
hospitalière



Hôpital de Montbrison

 

 


 

 

 

 

 

 

Conception
David Barou

textes et documentation
Joseph Barou


questions, remarques ou suggestions

s'adresser :

Forez
 


 


L'ancien hôpital de Montbrison avant 1926



Après 1926


(on voit nettement l'étage supplémentaire bâti en 1926 pour installer
le service de la maternité).


1936

Grand concours de bébés

à Montbrison

Du 20 mai au 1er juin 1936, la première foire-exposition de Montbrison veut donner un nouvel élan à une sous-préfecture un peu endormie.

L'inauguration officielle a lieu le jeudi 21 avec toutes les notables. Côté politique : Louis Dupin, maire, Mathieu, sous-préfet et Pierre Gaurand, député et conseiller général. Côté commerce : MM. Cherblanc, du comité de fêtes et Mage, président des commerçants. Ce dernier tient une boutique réputée pour draps, serviettes et tout linge de maison, à l'entrée du faubourg Saint-Jean. Avec pour enseigne une étoile - qui est encore sur la façade - l'étoile des rois "mages", bien entendu.

"Un grand nombre de gracieux concurrents"

Une belle semaine de festivités s'ouvre : défilés, expositions, concerts, passage de la course cycliste Paris-Saint-Etienne, et même une corrida ratée ! Elle s'achève par une manifestation inattendue : "le concours du plus joli bébé !" Une vraie compétition avec prix en espèces, médailles, diplômes...

Les mamans sont invitées à présenter leurs nourrissons à la Maternité de Montbrison le jeudi 28 mai, après la sieste de l'après-midi. Et, selon le Journal de Montbrison, il y a un "grand nombre de gracieux concurrents". Enfin, disons une petite vingtaine d'enfants, autant de filles que de garçons, du premier âge, la plupart de Montbrison.


Le palmarès

Il y a deux catégories. Les petits et les tout-petits. Le jury, on s'en doute, a du mal à faire un choix. Et il accorde plusieurs prix ex-æquo.

Dans un premier groupe le grand prix est attribué à Jacques Pierre, des Purelles de Moingt. La maman reçoit la rondelette somme de 50 F. Josette Béraud, du 42 rue Tupinerie et William Kergoat, de l'usine à gaz, route de Lyon classés ex-æquo gagnent chacun 25 F. Ensuite deux fillettes obtiennent un "diplôme de médaille d'or" : Paulette Ollivier et Nicole Faure...

Dans la 2e catégorie, Josiane Hugues, de Montbrison, et Andrée Béal, d'Oullins se partagent le grand prix (50 F). Suivent des diplômes avec médailles. Pour l'or : Edmond Coudol de Montbrison. Pour l'argent : Jeanne Kergoat - la soeur de William ; et pour le vermeil, Pierre Mignon, le bien nommé, tous petits Montbrisonnais.

Enfin des "diplômes commémoratifs" sont largement distribués : André Béal, de la place des Pénitents ; Monique Buisson de Montrond ; Marie-Thérèse Marcus, de la route Nouvelle ; Yvonne Poinson du boulevard Lachèze, Jean-Louis Portier de Montrond ; Jacques Pupat de Feurs ; Georgette Prioux du 18 bis, boulevard Lachèze ; Jacques Sarasin et Gérard Montel de Montbrison...


Mettre à l'honneur la famille et la nouvelle maternité de Montbrison

Organisé sur le modèle de ceux des comices agricoles, un tel concours peut paraître déplacé. Et d'ailleurs chaque bébé n'est-il pas le plus beau pour ses parents ? Ses promoteurs y trouvent pourtant de l'intérêt. C'est un moyen de valoriser la maternité de la ville. Elle a été construite dix ans plus tôt. Un don important de Mme de Bichirand, née Jordan de Sury a permis d'ajouter un étage à l'hôpital. Les futures mamans sont invitées à venir y accoucher : un vrai progrès au regard des naissances à domicile. Le déclin démographique est alors inquiétant. Ce concours de bambins est aussi une façon d'encourager la natalité.

Et, aujourd'hui, combien de ces jolis bébés devenus septuagénaires se retrouveront-ils ?

Joseph Barou

Sources : Journal de Montbrison du 6 juin 1936.

[La Gazette du 21 octobre 2006]

 

l