Quelques dates
pour l'histoire
du cinéma
à Montbrison

 

 

Avant 1907, les premiers films muets sont présenté à Montbrison sur la place Grenette par des forains.

 

1910 : première séance de cinéma à la salle Saint-Pierre de la rue du Collège :

 

on annonce la première séance
de cinéma, dans le cadre
du patronage du dimanche.
Elle aura lieu, dans la salle
des œuvres de la rue du Collège, évidemment. Jusque là
les abbés se contentaient
de la lanterne magique.
La séance commencera exactement à 4 h 1/2, heure
du clocher de Notre-Dame.
Cette heure une fois passée les portes seront fermées…
Il en coûte 1 F pour voir
les merveilles du cinématographe et on attend
la grande foule
En effet, la salle est bondée.
La séance dure deux heures.
Elle comprend un petit film
sur le pèlerinage à Lourdes
puis une "partie amusante"
avec "le généreux dévouement
du médecin de campagne",
"La punition méritée
de deux petits vauriens",
"les débuts malheureux d'un chauffeur",
"les multiples farces de Toto"...
A mesure que se déroulaient
les vues, sous la direction habile de M. l'Abbé Pâtissier,
M. l'Abbé Planchet en donnait
une courte et claire explication .
Le chroniqueur
du bulletin paroissial
est enthousiasmé :
"
Il mérite vraiment bien son nom de "Merveilleux"
le Cinématographe,
dernière création
de la maison Pathé,
de Paris, dont Mme de la Bâtie vient de doter l'œuvre
du patronage du dimanche...
On se croyait à Lourdes...

(extrait de J. Barou, L'école Saint-Aubrin, notes d'histoire, Cahier de Village de Forez,
n° 32, 2007)

 

 

 

Avant la guerre de 1914-1918, chaque année à l'occasion de la fête patronale , un petit cinéma ambulant, le Royal-Bio s'installe sur la place Grenette avec une vaste baraque
de toile et de bois. La déclaration de guerre arrive alors qu'il est
à Montbrison. Il reste donc
sur place. En 1921, il s'installe pour quelque temps dans l'ancienne chapelle des Pénitents.

En 1916 le Royal-cinéma est installé rue du faubourg Saint-Jean dans la salle Franchisseur.

 

 

 

1913 : inauguration
de la salle des oeuvres
de Notre-Dame.

 

1917 : création, quai de la Porcherie du cinéma l'Astrée
par MM. Farjot et Bourges.

 

1920 : installation du
Cinéma des Familles

dans la salle des oeuvres
du boulevard Lachèze.

 

1938 : le Cinéma des Familles devient le Lux

 

1943 : Le Lux change de nom.
Sa gestion passe de la paroisse de Notre-Dame à une association loi de 1901.

 

1982 : la salle unique du Rex
est remplacée par plusieurs salles.

 

1999 : modernisation de l'établissement.

 

2004 : le Rex passe un contrat avec la ville de Montbrison (contrat d'objectifs et de moyens lui reconnaissant un statut de service culturel à destination
de tous les publics)


Aujourd'hui (jusqu'en novembre 2016) :

3 salles et 440 fauteuils,
son numérique
et climatisation
de toutes les salles,
vaste hall d'accueil,
100 000 spectateurs par an
un classement Art et Essai, Label Jeune Public
Un réseau de 40 salles
et 5 circuits itinérants.



[selon la documentation fournie par le Rex]

Mercredi 30 novembre, ouverture du nouveau cinéma Rex,
10, avenue Charles-de-Gaulle :

5 salles,
840 places.

 

 

 

 


Et l'Astrée :

 


L'Astrée, carte postale ancienne
(ce jour-là, à l'affiche Salambô
de Gustave Flaubert)

 

 

 

 


Le vieil homme
et son cinéma

(presse locale du 24 mai 1995)



 


Le même jour publicité
pour le cinéma Rex

 

 

Aujourd'hui
quai d'Astrée

 

Façade de l'ancien cinéma L'ASTREE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Rex

(décembre 2008)

 





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1943

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1939 : la guerre

L'Astrée doit réduire ses activités

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour page accueil  
                            



Conception : David Barou
gestion du site : Joseph Barou
questions, remarques ou suggestions :
s'adresser :

forezhistoire@free.fr

mise à jour : 28 novembre 2016

   


 

Le Rex
à Montbrison

LA MAISON DES ŒUVRES
DE NOTRE-DAME

AUJOURD'HUI CINEMA "REX" A TRAVERS 3/4 DE SIECLE

par Marguerite Fournier

Tous les Montbrisonnais connaissent le bel immeuble du REX dont les panneaux publicitaires éclaboussent chaque soir de lumière le coin du boulevard Lachèze, mais ils se font de plus en plus rares ceux qui l'ont vu construire et ont suivi ses destinées pendant plus de trois quarts de siècle...

C'est en effet en 1912 qu'une bienfaitrice de la paroisse Notre-Dame, Madame de la Bâtie, fit élever ce magnifique bâtiment pour servir de Maison des Œuvres. Les soins les plus éclairés furent apportés à sa construction.
D'importantes fondations furent nécessaires ; les différentes couches de terrain rencontrées n'étant pas assez solides, il fallut aller au-dessous de l'ancien lit du Vizézy qui devait s'étendre jusque là autrefois.

On choisit aussi des matériaux solides pouvant résister longtemps à toutes les intempéries : un moellonnage en pierre de Moingt, façonné et tiré par rang pour les murs, un mélange judicieux de briques sur-cuites, provenant des environs, et de pierres de taille de calcaire jaune clair de Saint-Maurice-de-Châteauneuf (Saône-et-Loire), quelques briques de couleur émaillées, jaunes ou vertes, disséminées ça et là dans les bandeaux et intercalées avec la brique rouge des arcades pour jeter une note de gaîté sur l'ensemble... Les piles du préau étaient en pierre de Saint-Maurice, leurs bases, ainsi que les perrons extérieurs en beau granit bleu de Civens, près de Feurs.

Nous extrayons ces renseignements de l'almanach paroissial qui décrit ainsi le bâtiment :

La Maison des œuvres de la paroisse Notre-Dame, située à l'intersection de la rue Rivoire et du boulevard Lachèze est un bâti rectangulaire de 25,70 m de longueur et de 12 m de largeur avec deux ailes aux extrémités. Elle est séparée du boulevard par la cour et sa face latérale est en bordure de la rue Rivoire.

Le rez-de-chaussée est occupé par un vaste préau de 14 mètres sur 12 mètres ; à gauche, en bordure de la rue, logement d'un concierge composé de deux pièces ; à droite, salle de réunion de 12 m de long sur 5 m de large, enfin, dans les deux ailes, cages d'escalier accédant aux étages.

Le premier étage est occupé en entier par la salle de spectacle. La salle proprement dite s'étend sur 19 m de long et 11 m de large. Elle est étagée en gradins. Tribune, au fond, de 11 m sur 5. Scène à l'extrémité de droite : 11 m sur 5. Coulisses en dessous de mêmes dimensions. La hauteur d'étage de la salle est de 6 m.

Le deuxième étage comporte un vaste couloir et plusieurs grandes salles à l'usage des jeunes gens et des hommes du Cercle catholique.


La bénédiction solennelle de l'édifice avait lieu le 6 avril 1913 par Mgr Vindry, coadjuteur de l'archevêque de Lyon. Il allait bientôt connaître une intense activité.

LES ŒUVRES PAROISSIALES

Les oeuvres ne manquaient pas à Montbrison en ce temps-là. De jeunes vicaires les dirigeaient. A M. l'abbé Freyssinet incombait la direction du patronage et des chorales : l'une d'hommes et de jeunes gens comprenant une trentaine de membres, l'autre d'enfants connue sous le nom des Petits Chantres de Notre-Dame, au nombre de 40 en 1913. Toutes les répétitions avaient lieu à la Maison des Œuvres y compris celles des clairons et tambours de la Société de Gymnastique, les P'tits Fifres Montbrisonnais.

M. l'abbé Baleydier dirigeait les divers cercles : celui des hommes, ouvert les mercredis et jeudis de 8 à 10 h du soir, et les dimanches de 3 h de l'après-midi à 10 h du soir. On y jouait à la manille, au billard, on discutait, on trinquait, on passait de bons moments dans la camaraderie et l'amitié... Quelquefois le Cercle organisait une veillée familiale à laquelle femmes et enfants étaient invités.

Le Cercle des jeunes gens ouvert aux jeunes de plus de 15 ans fonctionnait chaque dimanche "après les vêpres". Enfin le Cercle d'Etudes Religieuses et Sociales s'adressait à tous ceux qui voulaient approfondir leurs connaissances en ces domaines ; des personnalités montbrisonnaises ou stéphanoises - tel Maître Auguste Preynat - des membres du barreau ou des fonctionnaires de l'administration mettaient leur compétence au service de leurs concitoyens.

Toutes ces réunions avaient lieu au second étage de l'immeuble. L'œuvre des Jardins Ouvriers, fondée en 1908, y avait également son siège ainsi que l'Union Catholique du Personnel des Chemins de Fer dont les réunions se tenaient le premier mercredi de chaque mois.

LES PREMIERS SPECTACLES

Ainsi que nous l'avons dit, le premier étage était occupé par une vaste salle de spectacle éclairée par de hautes fenêtres aujourd'hui condamnées. Un magnifique rideau, représentant une vue panoramique de la ville peinte par des Montbrisonnaises de talent, séparait la scène de la salle et était aux dires du chroniqueur de l'époque "une fête pour les yeux".

Des spectacles divers allaient se succéder. Le premier dont il est fait mention dans le bulletin paroissial est le concert vocal donné le dimanche 5 mai 1913 par le chansonnier chrétien, Henri Colas, au profit de l'œuvre des Jardins Ouvriers.

Voici quelques titres de ses chansons : Les grands oiseaux - Sur la place de l'Église - Il faut aimer la vie - Le chemineau - Le vieux clocher - Noce villageoise - Les vieux seuils...

Le 8 juin, une séance de cinéma comportant 2 000 m de film permettait aux Montbrisonnais de voir alternativement du sérieux et du comique... Mais la Veillée d'Austerlitz et le 500e anniversaire des fêtes de Jeanne d'Arc ne remportaient pas autant de succès que Gribouille et Patouillard !…

LE NAUFRAGE DU TITANIC

Le plus grand événement cinématographique de cette année 1913 fut, le dimanche 6 juillet, à 8 h du soir, la projection du film relatant le naufrage du Titanic. Il s'était produit l'année précédente dans la nuit du 14 au 15 avril, et le monde entier en avait été bouleversé. C'était le plus terrible des "drames de la mer" où 1 500 passagers avaient trouvé la mort.

Le spectacle annoncé à grand renfort d'affiches attira la foule à la Maison des Œuvres ... La salle s'avéra trop petite et on lit dans le compte rendu que de nombreux spectateurs durent rester debout... (qu'en dirait aujourd'hui le service de sécurité ?). Par contre, les fenêtres étaient grandes ouvertes pour tempérer la chaleur !

L'émotion fut à son comble lorsque, pendant que le paquebot s'enfonçait dans la mer, la chorale chantait "Plus près de Toi, mon Dieu" ... Les Montbrisonnais vécurent alors des moments inoubliables !

LE COMIQUE BENOIST MARY

La gaîté reprenait ses droits avec le comique lyonnais Benoist Mary qui après s'être produit plusieurs fois sur la scène de la salle Saint-Pierre, rue du Collège, venait pour la première fois salle Notre-Dame le dimanche 30 novembre.

Au programme Bas bleu ou Les aventures d'une femme de lettres, comédie inédite en trois actes, et de nombreux intermèdes comiques : chansons, monologues, scènes d'imitation, scènes militaires, etc.

Avec son accent du pays de Guignol, Benoist Mary annonçait la Mère Cottivet qui devait venir à la radio quelque vingt ans plus tard. Certains de ses gags sont restés légendaires.

LES OBERLE

Le 7 juin 1914 eut lieu, salle Notre-Dame, la représentation par le Groupe Artistique de la pièce patriotique tirée du roman de René Bazin : Les Oberlé.
Il faut se reporter à l'esprit de l'époque pour se faire une idée de l'enthousiasme qui souleva alors nos concitoyens. Le drame de cette famille alsacienne déchirée par le désaccord profond entre les vainqueurs et les vaincus fut ressenti avec une telle acuité qu'il s'en fallut de peu que le Montbrisonnais qui tenait le rôle de l'officier allemand Wilhem von Farnow ne fût sorti de la scène avec grand fracas !

Certes, l'idée de la revanche flottait dans l'air mais personne ne se doutait ce jour-là que, deux mois plus tard, les Allemands en chair et en os occuperaient la même place et que la toute neuve Maison des Œuvres serait convertie en un camp de prisonniers ! Il y a parfois des événements prémonitoires : la représentation des Oberlé en était un.

Les quatre ans qui suivirent, avec leur cortège de deuils et de larmes, ralentirent le fonctionnement des activités paroissiales transférées dans d'autres locaux... Enfin, après l'Armistice, la Maison des Œuvres de Notre-Dame pouvait reprendre vie et rayonner à nouveau sur la ville.

LE CINEMA DES FAMILLES

Il fallut pourtant attendre la fin de 1920 pour la voir se lancer dans la grande aventure du cinéma et y demeurer fidèle pendant plus de soixante années.
Le bulletin paroissial de Notre-Dame s'exprime ainsi :

Cette fois, c'est vrai ! Le Cinéma des Familles va marcher. Il dormait depuis 1914 à la Maison des Œuvres de Notre-Dame. L'installation a été complètement transformée et faite d'après les dernières découvertes de la science cinématographique.

L'inauguration aura lieu le dimanche 19 décembre à 4 h. En voici le programme :

- Vie et scènes à Tanger, documentaire ;
- Les fêtes du 11 novembre à Paris ;
- Médecin malgré lui (comique) ;
Intermède
- Quand on conspire, opérette en un acte par le Groupe Artistique ;
- Les Indes noires, grand drame en deux parties ;
- Polydor ensorcelé, comique...
Prix des places : premières 1,50 F ; tribunes 1 F ; secondes 0,75 F


Et cela va continuer ! Tous les dimanches la salle se remplit et les Montbrisonnais des années vingt en prennent pour leur semaine ! Le programme de cinéma est le plus souvent entrecoupé de saynètes exécutées avec entrain par le Groupe Artistique. C'est ainsi que les 3 et 10 avril 1921, le grand film dramatique en 9 parties "Victime" alterne avec des sketches comiques : Candidat au conservatoire et Madame est bien malade… Le public apprécie cette détente et rit de tout son cœur. Deux jeunes, "Rémi" et "Miré", n'ont pas leurs pareils pour engendrer la gaîté,
Certains dimanches, le Groupe Artistique à lui tout seul accapare la scène... Son répertoire est varié et passe sans effort du tragique au comique. On s'en rend compte par ces quelques titres :

- le 5 juin 1921 : Chantepie, drame en trois actes de Théodore Botrel.
- le 4 décembre 1921 : Les Jacobins, drame de la Révolution en 4 actes.
- le 25 mai 1922 : Les crampons de sauvetage, comédie en 4 actes d'une drôlerie exceptionnelle.
- le 11 novembre 1923 : Mirage d'Afrique, drame du Sahara.

On n'a pas oublié le succès remporté sur cette scène pendant plusieurs dimanches consécutifs par la représentation de Jeanne d'Arc avec ses tableaux somptueux, son orchestre, ses chœurs, et surtout le jeu de ses acteurs qui y mirent tout leur enthousiasme et toute leur foi... Il y aurait beaucoup à dire sur ce groupe artistique montbrisonnais qui fit les beaux jours de la salle Notre-Dame... et dont restent quelques survivants...

LE CINEMA LUX

Les années passent. Le parlant succède au muet avec ses nouvelles vedettes...

On fait la connaissance de Gaby Morlay, Danielle Darrieux, Victor Francen, Harry Baur, Marguerite Moreno, Lilian Harvey, Arletty, Henri Garat, Charles Vanel, Larquey, Spencer Tracy et des inénarrables Laurel et Hardy... Car le cinéma des familles veut se montrer à la hauteur de sa réputation en ne donnant que des films de qualité.

En voici quelques titres :

Crime et châtiment d'après Dostoïevski avec Harry Baur et Pierre Blanchar.

Napoléon d'Abel Gance.

La chanson de l'adieu, évocation de la vie de Chopin.

La Maternelle avec Madeleine Renaud.

Cigalon et Merlusse, deux films de Marcel Pagnol.

David Copperfield, Michel Strogoff, Le baron tzigane, Don Bosco, Pasteur (avec Sacha Guitry), L'homme invisible, Tarass Boulba, L'appel du silence qui évoque la vie du Père de Foucauld, Les deux gamines (film qui a fait tirer bien des mouchoirs !), La charge de la brigade légère, Nitchevo ou l'agonie du sous-marin Port-Arthur, La chanson du souvenir avec Martha Eggerth, Le Mioche avec Lucien Baroux, L'escadron blanc d'après le roman de J. Peyré, Rembrandt avec Charles Laughton, San-Francisco, l'effroyable cataclysme qui détruisit cette ville en 1900, Ces dames aux chapeaux verts d'après le roman de Germaine Acremant etc.

Un soir d'octobre 1938, les Montbrisonnais qui se rendent au spectacle voient sur le portail d'entrée une belle enseigne au néon composée de trois majuscules qui sont à elles seules tout un programme : "Lux", la lumière... Telle est la nouvelle appellation de leur cher cinéma des familles...
Pour fêter ce changement, on leur offre une superproduction Le tigre du Bengale et, la semaine suivante, Le tombeau hindou. Il y aura ensuite Capitaines courageux tiré du roman de Kipling. Les 26 et 27 novembre Un grand amour de Beethoven avec Harry Baur et Annie Ducaux. Puis, les Dieux du stade, les jeux athlétiques de Berlin avec 1 000 athlètes et un million de spectateurs, film qui fera frémir la France à la veille de la Seconde Guerre mondiale...

C'est le 16 mars 1939 que le "Lux" donne la merveille de Walt Disney : Blanche-Neige et les sept nains dont la poésie et la beauté n'ont jamais été égalées...

Et puis ce fut le Rex dont l'histoire continue...

                                                                                                          Marguerite Fournier

Sources : Bulletins paroissiaux de Notre-Dame, 1913-1939. Souvenirs personnels.

(Extrait de Marguerite Fournier Raconte, Village de Forez-La Diana, 1993)

*
*    *


6 avril 1913

Inauguration de la Maison des oeuvres

de Notre-Dame

d'après le Bulletin paroissial de Notre-Dame, année 1913



*
*    *

Le cinéma

par Marguerite Fournier

J'ai connu les premiers balbutiements du cinéma comme tous ceux qui ont vécu au début du siècle : images floues et sautillantes, scènes burlesques et hilares.

Auparavant il y avait eu la lanterne magique et nous en avions une à la maison. Eclairée d'abord par une lampe à pétrole, elle le fut par la suite par une lampe à acétylène dont la lumière éblouissante n'avait d'égale que l'abominable odeur.

On nous menait aussi aux projections, salle Saint-Pierre, où on nous passait des vues sur Lourdes et sur les missions. L'éclairage de la lanterne était fourni par un gaz oxhydrique contenu dans d'énormes bouteilles que nous observions avec crainte.

C'est dans cette même salle Saint-Pierre (et non à la Maison des œuvres Notre-Dame - aujourd'hui Rex - construite seulement en 1912) que je vis les premiers films comiques de l'époque : Toto apprenti, et surtout les Tribulations de deux Chinois à Paris. Un mauvais plaisant avait noué ensemble leurs nattes pendant qu'ils dormaient sur un banc et ils s'étaient livrés à une course folle à travers la capitale, renversant les passants, les kiosques à journaux, les étalages des magasins, les voitures des quatre-saisons, jusqu'à être - enfin ! - arrêtés par la Tour Eiffel... C'était si bien parti qu'on croyait qu'elle allait y passer elle aussi... Le public riait aux larmes.

Voici, à titre de curiosité, le programme d'une de ces séances, en date du 9 octobre 1910 :

Première partie

1 - La Valse à la mode (scène burlesque)
2 - Pèlerinage à Jérusalem
3 - Vengeance indienne (drame)
4 - Au pays de l'or (grande féerie en couleurs)
5 - Le sommier (comédie)
Deuxième partie
6 - Le port de Gênes
7 - On ferme à 5 heures, ou les mésaventures d'un petit Parisien
8 - Un talent méconnu (scène comique)
9 - La fabrication du champagne (industrie)
10 - Haine d'esclave (drame)
Troisième partie
11 - Déménagement artistique (comique)
12 - Voyage en Chine. Visite de la ville d'Hang-Chou-Fu
13 - Le gendarme a bon œil (scène comique)
14 - Le chien justicier (drame réaliste)
15 - Chez nos alliés les Touaregs
16 - La journée des dupes…


Si l'on compte bien, cela fait seize films pour... 25 centimes, à l'époque : cinq sous !

Je devais avoir six ans lorsque je vis le premier cinéma ambulant s'installer Place Eugène-Baune, devant mon école. Son propriétaire était Kobelkopf, l'homme tronc. Il était actionné par une machine à vapeur toute blanche, véritable bijou dans son écrin. L'école nous y mena. Je n'avais encore jamais rien vu d'aussi beau. Je me souviens, comme si c'était hier, d'un film sur la vie de Jésus commençant par l'Annonciation : la Vierge était agenouillée à côté d'un grand lis, l'Archange Gabriel s'avançait vers elle à petits pas dans une lumière de rêve. Je me sentais tout émue. De retour en classe, on nous fit écrire nos impressions : ce fut certainement ma première composition française ; j'aurais dû la conserver.

Chaque année, pour la Saint-Aubrin, arrivait le cinéma Royal-Bio. C'était une modeste baraque bâchée dans laquelle le public prenait place sur d'inconfortables banquettes disposées en plan incliné. Tous les soirs, il y avait foule.

Une fois la fête passée, alors que les autres forains démontaient leurs manèges, Royal-Bio s'attardait dans notre sous-préfecture, ceci à la grande joie des habitants. Ce séjour se prolongeait de deux à trois semaines. Au crépuscule, la sirène de sa machine à vapeur retentissait annonçant la représentation. Nous répondions souvent à son appel. Nous aimions ses films où le comique se mêlait au tragique : beaucoup de scènes burlesques, de disputes, de scènes de ménage dans lesquelles, après avoir cassé toute la vaisselle et esquinté le mobilier, les protagonistes s'en prenaient invariablement à la suspension de la salle à manger qui s'effondrait en entraînant le plafond dans sa chute... des courses éperdues par monts et par vaux : Gribouille a volé un tapis, Dix femmes pour un mari, etc. Plus cela allait vite, plus on riait.

Et puis, Royal-Bio était un cinéma... parlant. Bien sûr, les films s'accompagnaient de légendes que toute l'assistance lisait en chœur, mais il y avait aussi un employé de l'établissement (M. Bessmer) qui n'avait pas son pareil pour les commenter. Il y mettait une intensité propre à faire passer le frisson dans le public. Il avait aussi la manie d'annoncer l'événement qui allait se produire par une phrase rituelle : "Et à seule fin…", ce qui donnait, par exemple :

Et à seule fin de ne pas se mouiller, Gribouille se jette à l'eau.

Et à seule fin de sauver son enfant, la mère se précipite au devant du fauve, etc.


Parfois on mettait en marche le phonographe pour accompagner les scènes illustrant les chansons à la mode. Toute la salle chantait avec lui :

Caroline, Caroline, mets tes petits souliers vernis,
Ta robe blanche des dimanches et ton beau chapeau fleuri…
C'est la valse brune, les chevaliers de la lune...
Viens Poupoule, viens Poupoule, viens etc.


Surpris à Montbrison par la guerre, Royal-Bio devait y demeurer immobilisé pendant plusieurs années ce qui nous valut de voir les grands films à épisodes du temps : Fantomas, Les Mystères de New-York, Judex... C'est aussi en pleine guerre de 14 que s'ouvrit la première salle de cinéma de la ville l'Astrée, avec, comme film inaugural : La Flambée.

(Marguerite Fournier, Montbrison au début du siècle, souvenir d'enfance,
Village de Forez,
n° 19, juillet 1984)

*
*    *

Album






*
*    *

Le nouveau Rex (cliché J. Barou, 27 novembre 2016)

*
*    *

La "réclame"
des cinémas de Montbrison

 

 

En avril 1916 une salle

Le Royal-Cinéma
est ouverte rue du faubourg Saint-Jean

(Le Montbrisonnais, avril 1916)

 

Le Cinéma des familles

(1920-1938)



 



1928

 

Avant la guerre de 1914-1918,
chaque année à l'occasion de la fête patronale,
un petit cinéma ambulant,
le Royal-Bio s'installe sur la place Grenette
avec une vaste baraque de toile et de bois.
La déclaration de guerre arrive
alors qu'il est à Montbrison.
Il reste donc sur place.


La baraque du Royal-Bio en cours d'installation place Grenette

En 1921 le Royal-Bio devient le Royal
et s'installe dans la chapelle des Pénitents

1938 : le Cinéma des Familles devient le Lux

on y fait aussi du théâtre


juillet 1941

novembre 1941

mars 1943



juin 1948

*

*    *

L'Astrée

fournit depuis 1917
un copieux programme

janvier 1930 : premier film sonore...

Le cinéma Astrée est devenu l'Astrée-Parlant

février 1937

avril 1937

octobre 1937

janvier 1938

février 1938



octobre 1938

décembre 1938

février 1939

février 1939

avril 1939

 

1939 : les menaces se précises, les actualités
annoncent l'Anchluss...

mai 1939

 

(documentation : archives de la Diana)