La colline
du Calvaire


un lieu chargé d'histoire

 

Causerie du 16 octobre 2009

Centre Social de Montbrison

Jo Barou - Claude Latta

Diaporama

 

Carte du comté de Forez
(C. Latta, Histoire de Montbrison, Horvath-La Diana, 1994)

 

Le développement de la ville de Montbrison
(extrait de Etienne Fournial, "Les villes du Forez médiéval", Passé des villes du Forez,
Centre d'études foréziennes, 1970)

 

Montbrison
(source : Etienne Fournial, Les villes et l'économie d'échange en Forez
aux XIIIe et XIVe siècles
,Paris, 1967)

Quartier du château à Montbrison
(source : Etienne Fournial, Les villes et l'économie d'échange en Forez
aux XIIIe et XIVe siècles
,Paris, 1967)

Montbrison vers 1450
Armorial de Guillaume Revel



La colline de Montbrison, ruines de l'ancien château

extrait d'une gravure de 1611
de Martellanges

 

La colline avant la Révolution
gravure du
Bulletin paroissial de Saint-Pierre de Montbrison du 20 juillet 1912
1 - poterne (rue du Bout-du-Monde
2 - Chapelle des Ursulines
3 - Un énorme Sully
4 - Rocher du Calvaire
5 - Hôtel des Thoynet de Bigny, seigneurs engagistes de la ville
6 - Ruines de l'auditoire de justice
7- Chapelle Saint-Aubrin
8 - Porte de Savigneux (ou de Saint-Aubrin, ou du Lion
)

Extrait du plan d'Argou
(1775)

Extrait du cadastre Napoléon

Extrait du plan de Hyacinthe de Boisboissel
(vers 1815)

Montbrison avant la Révolution
Source : Francisque Ferret, "Les remparts de Montbrison", Bulletin de la Diana, tome LI, 1990


Propriétés :
en vert : ville de Montbrison
bleu : département
violet : propriétés privées
jaune et orange : écoles privées, cure de Saint-Pierre

Carte postale ancienne

Carte postale ancienne

Carte postale ancienne

Carte postale ancienne



Charles III, duc de Bourbon, connétable de France en 1514
(1490-1527)

 

------------

François de Beaumont,
baron des Adrets

Prise de Montbrison par le baron des Adrets
14 juillet 1562

La prise de Montbrison
(diorama réalisé en 1990 par les élèves de l'école Saint-Aubrin
pour le Festival d'histoire de Montbrison)

Les "sauteries" de Montbrison
d'après une illustration de De Tristibus Franciae
(bibliothèque municipale de Lyon
)


Prise
de Montbrison
(1562)

Marquise de Plessis-Bellière, maîtresse de Fouquet,
détenue au château de Montbrison de 1661 à 1664
Cf. C. Latta, "Une prisonnière d'Etat à Montbrison au XVIIe siècle",
Village de Forez
, n° 107, avril 2008

 


Sceau de la ville de Montbrison


Armes de la ville de Montbrison avec la devise
"En expiation du crime de l'ennemi"


Le feu du ciel
sur le donjon

------- -------

1450---------------------- 1611--------------------- 1723


Trois représentations de la tour de la Barrière

 

Tour de la Barrière, muraille de soutènement du jardin de la cure de Saint-Pierre
et de l'école Saint-Aubrin (sur les fondations de la seconde enceinte du château) ;
carte postale ancienne

Tour de la Barrière,
carte postale ancienne

Petite entrée du château dans le sous-sol de la cure de Saint-Pierre

(dessin tiré du Bulletin paroissial de Saint-Pierre
de Montbrison du 8 septembre 1912)


Tour
de la Barrière

Rue des Fours-banaux : passage sous l'église Sainte-Marie
(cliché J. Barou)



L'église Sainte-Marie du couvent de la Visitation avec, à gauche,
la maison Caze (gravure ancienne)

Palais de justice

Palais de justice


Dôme du tribunal



Salle de la cour d'assises de Montbrison


Tribunal hier
(album)

Prison de Montbrison

Chapelle de l'ancienne prison
(quartier des condamnés à mort),
bâtiment aujourd'hui démoli

(cliché du 26-02-94, J. Barou)

Porte du quartier
des condamnés à mort

(cliché du 26-02-94, J. Barou)


Ravachol


1957, Montbrison
perd sa prison

Les trois croix installées en 1870


La Colline
et son quartier



Portrait de Jean-Baptiste d'Allard (1769-1848)



L'ancienne Providence de la Colline
devenue une annexe du lycée Saint-Paul-Forez

(cliché J. Barou)



Rue de la Providence
(au-dessus de la muraille, jardin
de la communauté où est morte
Annette Quinon)



Le séchoir de la Providence où étaient les métiers à tisser

Anne-Marie Quinon
Soeur Saint-Augustin
fondatrice et supérieure générale des Soeurs de Marie-Joseph,
née le 8 septembre 1799 à Saint-Priest (Rhône) et morte le 4 août 1859 à Montbrison


Annette Quinon

-----

L'ancienne église Saint-Pierre vue de la rue des Arches et de la rue Saint-Pierre
(photos de Dulac prises avant 1870)

Reconstitution de l'ancienne église Saint-Pierre
(source : J. Barou, "La paroisse et l'église Saint-Pierre de Montbrison", Village de Forez, 1994)

 


Emplacement de la nouvelle église Saint-Pierre
(source : J. Barou, "La paroisse et l'église Saint-Pierre de Montbrison", Village de Forez, 1994)

 


Saint-Pierre et son quartier, dessin de David Barou
(source : J. Barou, "La paroisse et l'église Saint-Pierre de Montbrison",
Village de Forez
, 1994)


Hôtel de Meaux et église Saint-Pierre, au premier plan le jardin de l'école Saint-Aubrin


Saint-Pierre

Montée du Collège

Châsse des reliques de saint Aubrin, patron de la ville
Ce saint (du IXe siècle) avait une chapelle dans l'enceinte du château

 



Porte d'entrée de l'école Saint-Aubrin
L'école fondée vers 1820 fut la première école communale de garçons de la ville
(cliché J. Barou)

L'école Saint-Aubrin et sa cour dominant la rue Claude-Henrys
(cliché J. Barou)

Grande cour de l'école Saint-Aubrin
(cliché J. Barou)

Une classe de l'école Saint-Aubrin (1902)


Les P'tits fifres montbrisonnais - fondés en 1907 par l'abbé Seignol - dans la cour de Saint-Aubrin.

L'équipe de football des P'tits Fifres montbrisonnais
dans la cour de l'école Saint-Aubrin


P'tits fifres

Porte du collège Victor-de-Laprade
ancien couvent de Sainte-Ursule
(cliché J. Barou)

Ancien couvent des Ursulines
(collège impérial, collège royal, petit séminaire puis collège Victor-de-Laprade)



Cour d'honneur du petit séminaire
(actuel collège Victor-de-Laprade)

Victor-de-Laprade
hier

Le collège Victor-de-Laprade vu de la Colline
(cliché J. Barou)

Hôtel de Meaux
(devenu lycée Montalembert puis lycée Saint-Paul-Forez)

 

Lycée Saint-Paul-Forez
(cliché J. Barou)

Rue Saint-Aubrin
(cliché André Bréasson, années 1960)

Rue Saint-Aubrin
(cliché André Bréasson, années 1960)

Rue Saint-Aubrin
(cliché André Bréasson, années 1960)

Rue Saint-Aubrin
(cliché André Bréasson, années 1960)

Rue Saint-Aubrin
(cliché J. Barou)

Rue Saint-Aubrin
(cliché J. Barou)

Rue Saint-Aubrin
(cliché J. Barou)


Rue Saint-Aubrin
(cliché J. Barou)

L'hôtel des Périchons, annexe du collège Victor-de-Laprade
(cliché J. Barou)

Rue
Saint-Aubrin

De la colline

(cliché J. Barou)

(cliché J. Barou)

(cliché J. Barou)

(cliché J. Barou)

(cliché J. Barou)

 

le quartier de la Colline
de Montbrison

 

Pour conclure

Nous arrivons au terme de ce voyage au calvaire de Montbrison - et autour du calvaire.

Cette butte basaltique dont nous avons vu les contours sur la carte géologique a d'abord été un lieu d'observation et de défense pour les comtes de Forez en conflit pendant deux siècles (Xe-XIIe s.) avec les archevêques de Lyon dans un site bien particulier, situé à la limite de la plaine et de la montagne. Montbrison est né d'un château fort. Ce lieu est aussi un lieu de pouvoir aussi puisque le château est la résidence des comtes de Forez, vassaux du roi de France mais placés à la tête d'un véritable Etat, autonome sinon presque indépendant, sur les marches du royaume. La pérennité et le pouvoir de la dynastie comtale s'affermissent à partir de 1173, date de la Permutatio qui fait du Forez un état territorialement homogène.

Ce lieu de pouvoir a été aussi le centre d'une première agglomération : il y avait à l'intérieur même de la première enceinte une église - Saint-Pierre-le-vieux - et un hôpital - de quinze lits - fondé il y a presque mille ans mais aussi des maisons d'habitation. Une seconde enceinte a été ensuite construite où, plus tard, s'installeront les monastères des Ursulines et des Visitandines.

La place qui était située au pied de la tour de la Barrière a été longtemps le lieu où l'on annonçait les nouvelles et les décisions comtales où se tenait le marché. C'était donc aussi un lieu de vie.

Montbrison s'est développé autour de son château avant de s'allonger le long du grand chemin de Forez puis de gagner la rive droite du Vizézy, au début du
XIIIe siècle. En 1428, bien tardivement, on entoure la ville de remparts qui, au niveau du château, utilisent et rejoignent la 2e enceinte.

Mais le château perd de son importance progressivement : les comtes de Forez s'installent au sud de la ville (le parc des comtes de Forez), leur chambre des comptes est à l'arrière de la Diana. Surtout, en 1372, le Forez tombe dans l'escarcelle des ducs de Bourbon par le mariage du duc de Bourbon Louis II avec Anne Dauphine d'Auvergne l'héritière du comté. Les ducs de Bourbon viennent souvent à Montbrison mais leur capitale est à Moulins et lorsque Anne Dauphine meurt, son corps est ramené de Cleppé à Souvigny, nécropole ducale proche de Moulins - et non à Montbrison.

Le château a été aussi le théâtre des deux drames qui se sont joués au XVIe siècle :

- La "trahison " du Connétable de Bourbon qui reçoit ici Jean de Poitiers, seigneur de Beaurain, l'envoyé de Charles-Quint. En 1531, les biens du connétable sont confisqués par François 1er.

- La prise de la ville par le baron des Adrets en 1562 et les "sauteries de Montbrison".

Au XVIIe siècle, le château sert de carrière de pierre avec la bénédiction du cardinal de Richelieu. L'auditoire de justice et les prisons, seuls, rappellent la présence du pouvoir comtal, puis ducal puis royal. La visite de Mandrin puis l'emprisonnement de Mme du Plessis-Bellière - la belle et spirituelle maîtresse de Fouquet - viennent donner une touche de romanesque à cette période d'abandon de la butte du calvaire.

Les trois croix qui dominent Montbrison rappellent que cette colline est aussi, pour les vieux Montbrisonnais, la "colline sacrée", entourée d'anciens couvents - les Ursulines et les Visitandines - et de l'ancien petit séminaire, et sanctifiée par l'édification d'un calvaire et d'un chemin de croix par le bon monsieur d'Allard, grand collectionneur, aristocrate pieux et généreux qui utilise la main-d'œuvre bon marché des prisonniers de guerre espagnols détenus à la caserne de Vaux.

La colline du calvaire est alors abandonnée : des masures insalubres, des vestiges de murailles, des caves creusées dans la roche occupent la colline ceinturée de ses anciens couvents devenus bâtiments administratifs, et de son petit séminaire, pépinière du clergé lyonnais.

Aux XIXe et XXe siècle les déclarations d'intention d'une rénovation du Calvaire n'ont pas manqué mais on n'est pas passé aux actes.

Ce haut lieu de notre histoire est d'un grand intérêt :

Par sa position dominante et la vue qu'il donne sur les paysages alentour : on a une vue exceptionnelle sur les monts et la plaine du Forez, le pic de Saint-Romain-le-Puy, les monts du Lyonnais.

Par ses vestiges archéologiques : mais tout reste à faire pour connaître quel était l'aspect du donjon, du château et des bâtiments voisins, l'emplacement de Saint-Pierre-le-Vieux, de la chapelle Saint-Aubrin, du premier hôpital. Les rénovations d'une maison particulière nous ont cependant apporté de précieux renseignements sur l'auditoire de justice.

Comment mettre le calvaire en valeur ?

Nous n'avons pas de solution mais les historiens peuvent faire des recommandations :

- Intégrer davantage le calvaire dans la ville. Il est à l'écart, un peu excentré ;

- Avoir une vue d'ensemble et un projet ;

- Faciliter l'accès au domaine du calvaire qui pourrait avoir une administration gérée par la commune de Montbrison en partenariat avec les organismes de tourisme ;

- Certains vestiges archéologiques peuvent être dégagés, cristallisés pour être mis en valeur : préserver le site en conservant tous les restes anciens (murs, voûtes…) ;

- il faut en tout cas profiter des espaces non bâtis pour la recherche archéologique : la recherche ou la mise en réserve pour des recherches futures. Création de sentiers, de pelouses, aménagement paysager léger… ;

- Créer un parcours historique guidé à l'aide de bornes (quartier Saint-Pierre, rue du Collège, rue Saint-Aubrin, Calvaire, rue des Visitandines…), puis Calvaire, emplacement des monuments médiévaux indiqué.

En tout cas, la réflexion est ouverte… Il faut la mener en sachant que l'histoire est souvent sous nos pieds et qu'il y a là, au Calvaire, les vestiges de l'histoire du comté forézien…

C. L.

 

Promenade autour de la colline du Calvaire


Restes de l'enceinte (cliché : Claude Latta)

Centre musical (cliché : Claude Latta)

Tour de verre du centre musical dans l'ancien couvent des Visitandines
(cliché : Claude Latta)


En approchant de la Colline : les dômes du palais de justice, à droite,
de la chapelle de la Madeleine (école Saint-Charles), à gauche

(cliché : Claude Latta)

Ecole Saint-Charles
(cliché : Claude Latta)

Entrée de l'école Saint-Charles du groupe scolaire Saint-Aubrin (autrefois La Madeleine)
(cliché : Claude Latta)

 


La tour de la Barrière et le dôme du palais de justice
(cliché : Claude Latta)

 

Rue Claude-Henrys
(cliché : Claude Latta)

Rue du Palais-de-Justice
(cliché : Claude Latta)

La tour (restaurée) de l'ancien auditoire de justice
(cliché : Claude Latta)

L'auditoire de justice, puits du couvent de la Visitation
(cliché : Claude Latta)


Puits du couvent de la Visitation
(cliché : Joseph Barou)

Ancienne porte de la prison (du couvent de la Visitation)
(cliché : Joseph Barou)



Judass de la porte de la prison
(cliché : Joseph Barou)

Montée de la rue du Collège
(cliché : Claude Latta)

Soubassements du château au-dessus de la rue Saint-Aubrin
(cliché : Claude Latta)

En montant vers le Calvaire
(cliché : Claude Latta)

Entrée du site du Calvaire
(cliché : Claude Latta)

L'entrée du sépulcre
(cliché : Claude Latta)

Sous le Calvaire
(cliché : Claude Latta)


Le Calvaire
(cliché : Claude Latta)

A l'horizon, les monts du Lyonnais
(cliché : Claude Latta)


Collège Victor-de-Laprade (à gauche), école Saint-Aurin (à droite),
à l'horizon les monts du Forez
(cliché : Claude Latta)

La vieille ville
(cliché : Claude Latta)

La vieille ville...
(cliché : Claude Latta)

Vue vers le sud
(cliché : Claude Latta)

Au premier plan la Pastourelle, à l'arrière le palais de justice,
en arrière-plan le quartier de Beauregard
(cliché : Claude Latta)



(cliché : Claude Latta)

Au loin Beauregard et les monts du Forez
(cliché : Claude Latta)



Retour page accueil

Mis à jour le 5 janvier 2016