J'é toujour foué le bouvie. J'èrïn luyo o mé. Sé rontro on 1945, n'i é demouro trante douz'an ; toujour avé lou bo è mon aguyè.

Je portchïn de vé chime ou'ère se z'ure ; on arivan beyïn mon kafé, è pé opré olè ponsè lou bo, kurè lé vache. E opré néteyè kelou bo, ou foule k'é sézon propre, lovè lo kouo, lo pignè.

Opré, kasso-krouto, è charjayïn ma charu djïn mon toumbaré è me vétchio portchi po lé tère, è an 'avan juska médje, alé Mignon, filo !
E me rondjïn o médje, dounayïn a bère o lou bo, lo ration opré. E tournè portchi jusk'o lo neu. E le sé me rondjïn vé chime, devé ou'ère nove ure do sé ; è kounton kan méme, ke fére !...

Po lyè lou bo, te lou pron o l'étrèble, l'i bète le jon, le fronta, lé juyé su le fron otour de lé korne. Lou bo son jomé donde de lou dou lè, o kontrére de lé vache. Lou bo fo pè lou chanjè de lè, é van pè, é san pe tchirè, koi. Si n'y a vun ké atiolo do kouto dre, si le lyé do kouto goche, o se viroro su in lè. Koumo nou travoyè de la man goche ou de la man drétche, ou'é lo mémo.

Po lou dressè, opré lez'avé lyo, louz'atialaye, te preniè le grapin, ou'é itche ke te lou dressayïn le mio, in jour, pè tro lou foursè ; è pui le londeman, o lo charu. Le potron vene tchirè in ko davan, juste in jour, è opré, tou sou.

N'y on'o ke son plu vif. N'on ayïn in paré de rouji, é 1'eron fiér, ou'ère de bo ! Ino feno pouye pè veni tchirè davan, in ! o no ! méme avé in chèr o tchio, é li fonsavon dessu.

Si j ' ayïn gu in konture o tchio, j'orïn tan de kilométre k'in'oto porsike je n'on é foué de kilométre po lé tère omon, do premié janvié o trante v'un déssanbre, ou fouéze lon.

Lou bo fon o pou pré tré kilomètre o l'ure, la tèra feze san tranto métre, è bon, fézïn kinze vouyaje.

Ino sézon, j'ayïn in paré de bo de rechanje. Me vétchio portchi, louz'atiale o métan de lo kour, po alè charoulè. Mè atantion, é y alayon o lo maneuvre ! E marchayon plu vite ke lou mi, é l'oyon pè le ton de virè o bou de lo tèra. Le potron, kan o veni , le sé, o me diezi :

- T'é charoulo tout'ékon ?
è li djizio :
- E voua !
- E bon, t'è bon marcho !

Me, lou bo, je lou bouskulavïn pè. N'y o mè ino vé, le potron voulu lou prondre po lè charoulè (j'érïn o Chanto-podri kelo sézon).
0 me djezi :

"Te méfiorè porsike é m'an meno déyè ayï,

- 0 ? Lou bo t'on meno déyè. 0, ou m'étone.

Prene lou bo, lo charu ; lou bo marchèron inpékable, é kounussion lo bétchi.

Devé n'y o de bo kléron pè orivo o bou de lo tèra, é viravon, n'on demouraye katre métre. Je voulïn pè ékon. Kan lez' ayïn gordo tré katre jour, o lo fïn é l'éron trankile. E prenion le pè.

Foule lou fére farè ossi. Foule montè vé le Chèté. E é boujavon, n'y aye k'èron infarable. Ou'ère Jan-Mari ke farave. Moukère ko l'ère, ino vé, o djizi o Poume k'otonde son tour : "Tchin le po lo kouo, è le lècha pè, in, tchïn le bian, le lècha pè !" Poume arape ko bo. Tou por in ko, l'otre (le bo) : vlan ! tzoum !... E mon Poume tou krépi. O n'on feze pè d'otre. Ou'ère bon in boun'ome.

In bon paré de bo dure douz'an, douz'an è djemi. Ou'ère pè dez'anguiye ! Opré é se vondion è n'y aye l'étreno po le bouvie.

Lé dorére sézon, n'y aye le traktur. Mè j'ayïn toujour lou bo po fére lou bor porsike le traktur pèsse pè le bor de le tère, se.

Antonin Morlevat

[extrait de la revue PATOIS VIVANT,
n° 7, novembre 1980,
publication du Centre social
de Montbrison]

 

Bouvi djïn la plano

J'èrïn plasso vé Souïn, mè mon patron ave plu bezoin de me kelo sézon. O me trouvi ïn'otro plèssi. Foule morchandè luz'échio, se lovè, se rakoumoudè. Fère pa fran d'akor !

Le gran sand' devalio vé Monbrizon po le kèr, su l'impériale. E pi trouvio Marsèl kère luyo don bè. O me djezi : "Te vo pè demourè djïn lo plano, n'y o ïno plèssi ! E djezio : "La mémo !" - Te sè, te guègnorè le druble."

E pè manko. Vé le morchi de lé vachi, onte ke nio le Kazino tche (yave ïn otèl chi Danizè o kouti) trouvio mon père Favèr. O me djezi : "Te rondrè o médje, te poyoré o djinè è feron morchie".

On éfoué, fèron morchie. Gagnayïn treze mil po lo sézon o payi no, è o me bayi vïnt'sé mil, se (on 1944).

Kouchavon o l'étrèble. Le le ère in trépié o dessu de lu vio. Foule ïn échalo po montè. N'y ave de foye de maïs djïn la payasse. On montagne ouère de foye de fayèr.

La potrouno opelave lo bone, lo bone opelave lu vale. Etian du bouvi, y aye katre paré de bo è pui katre chavo de trè è in traktur avé de roué on fèr. Foule se levè a sink'ur do modjïn ivèr koum étchi.

Foule fére le ponsaje. Foule m'okupè de lu katre paré de bo, kurè, étriyè è lovè lo kouo de lu bo. N'y aye ossi sékan de chavo de kourse ke foule sugnè. Olaye ossi lou ontrénè tou lou modjïn, in'ur de ton.

Li demourio duz'an.

Djïn sertène mouézou, y aye mè ino trèblo, mïnjanvon trétu onson. Tandiske d'otré vé ou feze doué trèble. Lou domèstike è lé bone minjanvon onson, lu potron mïnjanvon lu janbon, lu sossisson o pèr, pè nu.

Djïn ino bouno mouézon, ayan in kanon de vin blan le modjïn, o médje, de vïn rouje è le devéssi ayan la biche o lé ékrémo su lo trèblo. Ayan ossi de gran pla de lèr bien gré.

Lou journali kouchavon o fon, d'otre vé la chodéri.

On plano, le travaye koumonsave
o soulé levan è chobève o soulé kouchan. Ouère
du, lé reye fezion in kilomètre. Etian toujour uit o lo piasse. Oué pè le méme travaye ke lo montagne.

Eugène Vray

[extrait de la revue
PATOIS VIVANT
,
n° 8, mai 1981,
publication
du Centre social
de Montbrison]

 

 

 

 

Attelage dans les années 1940
(Lérigneux)

 

Attelage dans les années 1950
(Hippolyte B., Lérigneux)

 

 


Les bœufs ont tenu
une grande place
dans la vie
de nos campagnes
d'autrefois.

Symboles de patience
et de force,
ces fidèles serviteurs
du paysan
ont été chantés
par les poètes

dessinés
par des artistes.

*

*    *

Les boeufs, la fameuse chanson
de Pierre Dupont a connu
un extraordinaire succès
dans la campagne française.
Elle fait maintenant partie
du folklore.
Nous avons relevé à Gumières
une version dont les paroles
sont adaptées à la région
de Saint-Jean-Soleymieux
et qui a encore été chantée
récemment par Joseph Vente
à une rencontre
du Club du anciens du canton
qui se tenait à Soleymieux.

pour écouter cliquer ci-dessous

(3 min 37 s)

*

*    *

Pages spéciales


Louis-Pierre Gras
...

érudit forézien



Vincent Durand
érudit forézien


Sur Pierre Dupont,
auteur de la chanson
"les boeufs"




Pierre Dupont


J'ai deux
grands boeufs




Louis Mercier
auteur du poème
"Les boeufs du Forez"

 


Marguerite
Fournier

journaliste
et historienne,

 

 

 

 

 

 

 

Saint Isidore et ses boeufs
(église de Champdieu)

 

Les boeufs de saint Isidore
(église de Champdieu)

 

 

 

Bannière
de la Confrérie Saint-Isidore
(détail)

 

 

Isidore le Laboureur,
fêté le 10 mai,
était un valet de ferme
des environs de Madrid,
né vers 1110.
Il vécut au temps
des Almoravides. Mort en 1170.

Béatifié en 1619,
canonisé en 1622
par Grégoire XV

Son épouse Maria Toribia
est aussi canonisée.

La légende dorée
dit que lorsqu'il allait prier
un ange conduisait sa charrue.

Patron de la ville de Madrid,
patron des laboureurs
et des fermiers

 

 

Protège-cornes

accrochés à la porte de l'étable
d'une vieille maison
des monts du Forez

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bouvier antique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conception : David Barou

gestion : Joseph Barou
questions, remarques ou suggestions
s'adresser :
 


 

Les boeufs à l'abreuvoir à Boën
(d'après une carte postale ancienne)

Bœufs et bouviers

en Forez

L'un des derniers bouviers foréziens

Antonin Morlevat, l'un des derniers bouviers du Forez, raconte, en patois, sa vie auprès des bœufs. Ce témoignage a été enregistré en 1980 au cours d'une veillée du groupe Patois Vivant au Centre social de Montbrison, rue des Clercs.

J'ai toujours fait le bouvier. J'étais loué au mois. J'ai pris une place en 1945, j'y suis resté trente-deux ans, toujours avec les bœufs et mon aiguillon.

Je partais de chez moi, c'était six heures ; en arrivant chez le patron je buvais mon café et j'allais soigner les bœufs, nettoyer les vaches. Ensuite j'allais étriller les bœufs, laver la queue, la peigner : il fallait qu'ils soient propres.

Après le casse-croûte, je chargeais la charrue dans le tombereau et me voilà parti dans les terres, et en avant jusqu'à midi, allez Mignon, file ! Je revenais à midi, je donnais à boire aux boeufs et ensuite leur ration. Je repartais jusqu'à la nuit. Et le soir je revenais chez moi, parfois c'était neuf heures du soir, et content quand même, que faire !...

Pour lier les bœufs, vous les prenez à l'étable, vous leur mettez le joug, le "fronta" (1), les lanières sur le front autour des cornes. Les bœufs ne sont jamais dressés à être attelés des deux côtés contrairement aux vaches. Il ne faut pas les changer de place, car alors ils n'avancent pas, ils ne savent plus tirer. S'il y en a un habitué au côté droite si vous le liez du côté gauche, il se tourne de travers. C'est comme pour nous, travailler de la main gauche ou de la main droite.

Pour les dresser, après les avoir liés, vous les attelez au cultivateur (2), c'est ce qui les dresse le mieux, sans trop les forcer pendant une journée. Puis le lendemain, vous prenez la charrue. Le patron venait les guider un jour seulement et ensuite ils allaient tout seuls.

Il y a des bœufs qui sont plus vifs ; j'avais une paire de bœufs rouges, ils étaient fiers, c'était comme des taureaux. Une femme ne pouvait pas les guider, oh non ! même avec un char derrière, ils lui fonçaient dessus.

Si j'avais eu un compteur au derrière, j'aurais autant de kilomètres qu'une auto, parce que j'en ai fait du chemin à travers champs, là-haut, du ler janvier au 31 décembre, ça faisait long.

Les bœufs font à peu près trois kilomètres à l'heure, la terre faisait cent trente mètres, eh bien, je faisais quinze aller et retour.

Une année, j'avais une paire de bœufs de rechange. Me voilà parti, je les attelle au milieu de la cour pour aller labourer. Mais attention, ils y allaient à la manœuvre ! Ils marchaient plus vite que les miens. Ils n'avaient pas le temps de tourner au bout de la terre. Le patron, quand vint le soir, me dit :

- Tu as labouré tout ça ?

Et je lui répondis : eh oui !


- Eh bien, tu as bien marché.

Moi, les bœufs, je ne les bousculais pas. Une fois, le patron voulut les prendre pour aller labourer (j'étais à Chanteperdrix cette année-là).
Il me dit :

- Tu feras attention parce qu'ils m'ont ramené à l'étable, hier.

- Oh ! les bœufs n'ont pas voulu avancer ? Oh ! ça m'étonne.

Je prends les bœufs, la charrue. Les bœufs marchèrent parfaitement, ils connaissaient à qui ils avaient affaire [ils connaissaient la bête].

Parfois il y avait des bœufs qui n'arrivaient pas au bout de la terre, ils tournaient alors qu'il restait quatre mètres à parcourir, je ne voulais pas de cela. Quand je les avais depuis quatre jours à la fin, ils étaient tranquilles. Ils prenaient le pas.

Il fallait aussi les faire ferrer. Il fallait monter à Châtelneuf. Ils bougeaient beaucoup, il y en a qui étaient très difficiles à ferrer. C'était Jean-Marie qui ferrait. Comme il était farceur, une fois il dit à Pommet qui attendait son tour : "Tiens-le par la queue et ne le lâche pas hein, tiens-le bien, ne le lâche pas!" Pommet saisit la queue, tout à coup, l'autre, vlan ! tzoum! ... et mon Pommet se trouve tout crépi. Jean-Marie n'en faisait pas d'autres. C'était bien un brave homme !

Une bonne paire de bœufs dure deux ans, deux ans et demi. Ce ne sont pas des anguilles ! Ensuite ils se vendaient et il y avait une étrenne pour le bouvier.

La dernière année, il y eut le tracteur. Mais j'avais toujours les boeufs pour faire le tour du champ parce que le tracteur ne passe pas au bord des terres, lui.

Antonin Morlevat


(1) Fronta : coussin frontal en paille tressée, en tissu ou en peau, qui se met sous le joug.
(2) Cultivateur : appareil de culture à roues, muni de dents complétant l'action de la charrue par un piochage léger.

[extrait de la revue PATOIS VIVANT, n° 7, novembre 1980,
publication du Centre social de Montbrison]

Le lourd joug sert de décoration


Et le temps du tracteur est arrivé...

Bouvier dans la plaine

J'étais placé à Sauvain, mais mon patron n'avait plus besoin de moi cette année-là. Il me trouva une autre place. Il fallait marchander les sabots, laver et raccommoder soi-même ses vêtements. Nous ne fûmes pas tout à fait d'accord !

Le grand samedi (1) je descendis à Montbrison avec le car, sur l'impériale. Et je trouvai Marcel qui était loué au pays bas. Il me dit :

- Tu ne veux pas rester dans la plaine, il y a une place.
Je lui dis :
- Pourquoi pas ?
- Tu sais, tu gagneras le double.

Et pas manqué. Au marché des vaches, où se trouve maintenant le Casino (il y avait alors un hôtel, à cet endroit, "chez Danizet"), je trouvai le père Favard. Il me dit :"Reviens à midi, je t'offrirai le repas et nous passerons le marché",

En effet, nous avons fait le marché. Je gagnais treize mille pour l'année dans la montagne, et il me donna, lui, vingt-six mille (en 1944).

Nous dormions dans l'étable. Le lit était un trépied au-dessus des veaux. Il fallait une échelle pour grimper. Il y avait des feuilles de maïs dans la paillasse. En montagne ce sont des feuilles de hêtre.

La patronne réveillait la bonne, la bonne appelait les valets. Nous étions deux bouviers, il y avait quatre paires de bœufs et aussi quatre chevaux de trait et un tracteur avec des roues en fer. Il fallait se lever à cinq heures du matin, hiver comme été,

Il fallait faire le pansage. Il fallait s'occuper des quatre paires de bœufs, nettoyer l'étable, étriller et laver la queue des bœufs. Il y avait aussi beaucoup de chevaux de course qu'il fallait soigner. J'allais aussi les entraîner tous les matins pendant une heure.

Je restais deux ans dans cette maison.

Dans certaines maisons, il y avait table commune. Tandis que, d'autres fois, il y avait deux tables. Les domestiques et les bonnes mangeaient ensemble ; les patrons mangeaient le jambon, le saucisson à part, mais pas nous.

Dans les bonnes maisons, nous avions un verre de vin blanc le matin, à midi du vin rouge et le soir, sur la table, la biche pleine de lait écrémé. Nous avions aussi des grands plats de lard bien gras.

Les journaliers couchaient dans le foin, quelquefois dans la pièce où était la chaudière.

Dans la plaine, le travail commençait au soleil levant et s'achevait au soleil couchant. C'était dur ; les sillons mesuraient un kilomètre. Nous étions toujours huit à la pioche. Ce n'est pas le même travail que celui de la montagne.


Eugène Vray


(1) Grand samedi : importante foire de Montbrison, le samedi avant Noël.

[recueilli au cours d'une veillée Patois Vivant,
en 1980 au Centre social de Montbrison]

 

Les vieilles coutumes

Le réveillon des bœufs

Une vieille coutume forézienne, fidèlement conservée dans la montagne, veut que, la nuit de noël, au retour de la messe de minuit, on se rende d'abord à l'étable pour faire réveillonner les animaux. ce n'est que lorsque ceux-ci auront eu leur mangeoire garnie de foin que les maîtres pourront s'asseoir, la conscience en paix, autour de la table familiale.

Quel que soit le temps, quelle que soit la hâte que l'on éprouve à regagner la maison, sous la bise glacée et les flocons blancs, on ne se réchauffera pas les mains à la flamme de l'âtre avant que ce devoir ait été accompli… Devoir de charité envers nos frères inférieurs… devoir de reconnaissance envers le bœuf de la crèche qui, de sa tiède haleine, réchauffa l'Enfant-Dieu… Fidélité à une tradition qui rejoint directement la nuit entre toutes bénie, et qu'une crainte presque superstitieuse interdit d'interrompre.

Notre grand barde forézien, Louis Mercier, a magnifiquement chanté ce qui se passe dans les étables de chez nous et donné la raison pour laquelle le bœuf (et toute la gent ruminant avec lui) a droit à une sorte de respect et à des attentions spéciales en cette nuit de Noël où Jésus, la Vierge et saint Joseph viennent le visiter.

Une douce émotion se dégage de ces vers, dans lesquels, après avoir évoqué une scène toute céleste, le poète exhorte le paysan du Forez à être bon et patient envers les animaux qui savent tant de belles choses.

Marguerite-Victor Fournier

[presse locale, 25 décembre 1950]


Les bœufs du Forez

Or , la nuit de Noël, au Pays forézien,
Quand maîtres et valets sont partis pour la messe,
A l'heure où la maison sous la garde du chien
S'endort, silencieuse et noire dans l'ombre épaisse,

On dit que dans l'étable où sont couchés les bœufs,
Il se passe à minuit une étrange merveille :
Lentement soulevés sur leurs jarrets nerveux,
Et dressés sur la paille où leur grand corps sommeille,

De leurs yeux pleins encore de torpeur et de nuit,
Les bœufs voient apparaître au-dessus de leur crèche,
Trois êtres glorieux dont le visage luit
Comme un soleil d'avril qui luit sur l'herbe fraîche.

C'est Jésus et Marie, et Joseph. L'Enfant-Dieu
Resplendit, rose et nu, sur les bras de sa mère
Qui se dresse, très blanche, en un long manteau bleu ;
Joseph, sur son bâton, tient sa main débonnaire.

Parce qu'à Bethléem il fut, au temps jadis,
Réchauffé par le bœuf et l'âne charitables,
Jésus, chaque Noël, descend du Paradis
Pour visiter les bœufs qui dorment dans l'étable.

Dès qu'ils ont reconnu l'Auguste visiteur,
Une puissante joie épanouit leur âme,
Et, courbant vers le sol leur front, avec lenteur,
Ils adorent l'Enfant que porte Notre Dame.

Puis ils parlent, car Dieu cette nuit là permet
Qu'à des mots presqu' humains leur lourde voix s'ajuste
Et tout l'obscur esprit que leur chair enfermait
Se fait jour et s'exprime en un langage fruste.

Ils parlent. Simplement ils racontent leur sort
D'esclaves dévoués à l'éternelle peine,
Les jours laborieux qu'ils traînent vers la mort
Sous l'aiguillon souvent teint du sang de leurs veines.

Ils disent les travaux dont jouit l'homme ingrat,
Les sillons infinis creusés pour que la terre
Donne le pain dont nul d'entre eux ne goûtera
Et les trop rares soins qu'on leur donne en salaire.

Ils ont parlé… Jésus les caresse ; joyeux
Sous sa petite main frémit leurs corps immenses ;

Une larme d'amour tremble au fond de leurs yeux
Quand les Saints voyageurs s'éloignent en silence.

Paysan, paysan ne frappe pas tes bœufs ;
Ne les attelle pas à une tâche trop dure ;
Si le terrain est âpre, ou le chemin bourbeux,
Laisse-les à leur gré ralentir leur allure.

Prends soin que toujours, ils mangent à leur faim,
Car Jésus, à Noël viendra dans ton étable,
Tes bœufs lui parleront et ce n'est pas en vain
Qu'ils maudiraient en toi le maître impitoyable.

Les maux qu'on fait peser injustement sur eux
Appellent sur nos champs de graves représailles.
Paysan, paysan ne frappe pas tes bœufs,
Si tu veux que Jésus bénisse tes semailles.

Louis Mercier

(Merci à M. Pierre Labarre qui a nous a permis de compléter ce poème de Louis Mercier célébrant les boeufs)

*
* *

 

Les bœufs, les bouviers et la cloche

Devant la gare de Montbrison trois paires de bœufs sont attelées à un char à quatre roues pour transporter une cloche de 2,5 tonnes destinée au clocher de Verrières (1931)

[fragment d'une carte postale ancienne]



Charge traînée par une paire de vaches

La mise en scène est soignée : aiguillon en main, un paysan faraud [le patron ?]
se tient planté à la tête del'attelage tandis que le commis [ou le fils ?]
chevauche la charge en exhibant un litre de vin.

[région de Saint-Jean-Soleymieux, vers 1900, fonds Brassart, archives Diana]

Album

Bœufs et bouviers


au XIXe siècle

Bœufs et bouvier, dessin de Louis-Pierre Gras
(archives de la Diana)



Attelage de
bœufs, dessin de Vincent Durand
(archives de la Diana)

Fenaison avec les bœufs, dessin de Vincent Durand
(archives de la Diana)

Fenaison avec les bœufs, dessin de Vincent Durand
(archives de la Diana)

Le repas des bœufs, dessin de Vincent Durand
(archives de la Diana)

Le repas des bœufs, dessin de Vincent Durand
(archives de la Diana)

Les bœufs s'abreuvent, aquarelle de Vincent Durand
(archives de la Diana)

Le taureau
dessin du docteur Noëlas

(archives de la Diana)

Les bouviers et leurs attelages sortent de la ferme de Bellecroix
à Chazelles-sur-Lyon

Labour avec deux paires de boeufs
(extrait de l'Illustration, années 1930)

Attelage de boeufs dans les monts du Forez (1993)
(cliché de Christian Levet reproduit avec son aimable autorisation)

Attelage de boeufs dans les monts du Forez (1993)
(cliché de Christian Levet reproduit avec son aimable autorisation)


Le bouvier
(vignette de l'imprimeur Marion et Vignal, Roanne 1869)