Retour à l'accueil

 
 
 


Voir aussi les pages


Les frères
des écoles chrétiennes
dans la Loire


Histoire
de l'école
Saint-Aubrin

 

 

Le Très Honoré Frère Philippe

 


Vitrail de l'église d'Apinac
Frère Philippe aux pieds du Pape Pie IX (1859)

 

 

 

L'église d'Apinac

Clocher de la nouvelle église

 

 

Eglise d'Apinac
vitrail de l'Annonciation

 

 

Eglise d'Apinac
vitrail de l'adoration des Mages

 

 

Eglise d'Apinac
vitrail de
la Sainte Famille

 

 

Eglise d'Apinac
le baptême du Christ

 

 

 

En ligne :

Notice sur Frère Philippe

de J. D'Arsac
(tiré de l'Illustration, 1881)
(format PDF, 13 pages)

Quand le Haut Forez
donnait des légions
de "Frères à quatre-bras"

article de Coursières,
journal du Haut Forez
,
n° 100, février 2005
(format pdf, 3 pages)

 

Frère Philippe,
instituteur des Frères
des écoles chrétiennes


communication de J. Barou au colloque du CERHI 'Saint-Etienne, 24 et 25 novembre 2005)

 

Concernant aussi
les Frères
des écoles chrétiennes
voir la page :

L'histoire d'une école
Saint-Aubrin
(Montbrison)

 

La vie et les funérailles
de Frère Philippe
d'après
le Monde illustré
du 17 janvier 1874

Gravures

La vie de Frère Philippe

Arrivée du convoi place
Saint-Sulpice

Portrait de Frère Philippe

 

 

Photo de classe

Pensionnat
Saint-Louis
Saint-Etienne

Année scolaire

1882-1883

 

 

 

Notes et références

(1) Circulaire nécrologique
et biographique
sur le T. H. Frère Philippe,
Supérieur généra
l, Paris, 1874.

 

(2) Antoinette Montet, à Gumières, s'était illustrée à cette époque ;
plus tard elle fut la fondatrice,
avec l'abbé Pierre Périer,
du petit séminaire de Verrières.

 

(3) Libéré le 9 thermidor
(27 juillet 1794), le Frère Agathon
se retira à Tours où il se tint caché jusqu'à sa mort qui survint
en 1797.

 

(4) Circulaire nécrologique...
op. cit.

 

(5) Jean-Baptiste Chapot,
en religion Frère Anselme,
aura plus tard la charge de Visiteur
et mourra à Chartres en 1857.

 

(6) Première édition en 1826.

 

(7) C'est le mot utilisé
par la Circulaire nécrologique.

 

(8) Circulaire nécrologique,
op. cit., p. 19.

 

(9) Ibid.

 

(10) Cf. l'article d'Yves Poutet,
Les ordres religieux actifs,
s
ous la direction
de Gabriel Le Bras,
de l'Institut, tome 2,
Flammarion, 1980.

 

(11) Circulaire nécrologique...
op. cit.

 

(12) Ibid.

 

(13) Aujourd'hui il s'agit
de la rue Oudinot.

La maison-mère
de l'Institut

(de 1847 à 1905)


Maison-mère des Frères
des écoles chrétiennes à Paris
27, rue Oudinot

Hôtel particulier du XVIIIe siècle appelé de Rambouillet
de La Sablière.
Propriété en 1781
du comte de Montmorin-Saint-Hérem.
Occupé de 1801 à 1806
par le cardinal Caprara,
légat et nonce du pape
après le Concordat.
Propriété du général Rapp
en 1810 puis des famille d'Aumont ,
et de la Roche-Dragon.
De 1847 à 1905, maison-mère
et noviciat des Frères
des écoles chrétiennes.
Affecté depuis 1905
au ministère des Finances
d'outre-mer.
Façade sur cour
remaniée par Brongniart
et classée.


(14) On appelle procure
dans un établissement religieux
le magasin où sont entreposées toutes les fournitures nécessaires
au travail scolaire,
notamment
toutes les fournitures
dites classiques :
livres,
cahiers, plumes...


(15) Francisque Sarcey,
Le siège de Paris
, E. Lachaud,
libraire et éditeur,
Paris, 1871.

(16) Ibid.

(17) Lieutenant-Colonel Rousset, Scènes et épisodes
de la guerre de 1870-1871
,
librairie Tallandier, Paris.



(18) Selon G. Rigault,
Le Frère Philippe
,
Procure générale des Frères
des Ecoles Chrétiennes, 1932, Paris.


(19) Circulaire nécrologique...
op. cit.

 

(20) Ibid.

 

(21) Ibid.

 

(22) Grande encyclopédie,
inventaire raisonné des sciences,
des lettres et des arts sous la direction de M. Berthelot,
membre de l'Institut,
H. Lamirault et Cie, Paris,
1885-1902


(23) Les ordres religieux actifs,
sous la direction
de Gabriel Le Bras,
de l'Institut,
(article du frère Yves Poutet,
Les Frères
des Ecoles Chrétiennes), tome 2, Flammarion, 1980).

 

(24) Jean-Baptiste de la Salle, Conduite des Ecoles chrétiennes.

 

(25) Ce sobriquet aurait été décerné aux Frères par La Chalotais dès le XVIIIe siècle.

 

(26) Jean-Baptiste de la Salle, Conduite des Ecoles chrétiennes.

 

(27) C'est le cas, par exemple,
de Pierre Larousse, qui dit
dans son dictionnaire
que le système a le double inconvénient de ne pas instruire l'enfant et de ne pas former
l'élève maître.
Cf. André Rétif, Pierre Larousse
et son oeuvre
, Larousse,
Paris, 1975.

 

(28) Le Correspondant du 25 janvier 1874, cité par la Circulaire nécrologique..., op. cit.

 

(29) Réédition de 1868.

 

(30) Grande encyclopédie, op. cit.

 

(31) Cf. G. Rigault, Frère Philippe, Procure générale des Frères des Ecoles chrétiennes, Paris, 1932.

 

(32) La suppression des verges (faisceau de baguettes
de bois flexible) avait eu lieu
dès 1811 dans le règlement scolaire des Frères mais la férule
avait été conservée.

 

(33) Grande encyclopédie, op. cit

 

(34) Vallery-Clément-Octave Gréard, écrivain et administrateur,
né à Vire le 18 avril 1828,
élève de l'Ecole normale supérieure, docteur ès lettres,
professeur puis inspecteur
de l'académie de Paris (1865), directeur de l'enseignement primaire de la Seine (1870),
directeur au ministère
de l'Instruction publique (1872).

 

(35) Circulaire du 27 mai 1844,
citée par G. Rigault,
Frère Philippe, op. cit.

 

(36) Circulaire du 7 mars 1848,
citée par G. Rigault,
Frère Philipp
e, op. cit.

 

(37) Ibid.

 

(38) Lettre du 14 décembre 1850, archives familiales des Bransiet, Gachat, Apinac.

 

(39) Circulaire nécrologique...
op. cit.

 

40) Circulaire nécrologique...
op. cit.

 

(41) Ibid.

 

(42) Cf. G. Rigault, Le Frère Philippe, op. cit.

 

(43) Archives familiales des Bransiet, Gachat, Apinac.

 

(44) Lettre de Frère Philippe au Frère directeur de St-Bonnet-le-Château datée du 29 mai 1823.

 

(45) Lettre du 19 décembre 1852
de Frère Philippe à ses nièces ; archives familiales des Bransiet, Gachat, Apinac.

 

(46) Lettre du 11 janvier 1853, archives familiales des Bransiet, Gachat, Apinac.

 

(47) Lettre du 24 avril 1836
à Soeur des Anges,
archives familiales des Bransiet,
Gachat, Apinac.

 

(48) Lettre du 10 août 1841,
archives familiales des Bransiet, Gachat, Apinac.

(49) Cf. G. Rigault,
Le Frère Philippe, op. cit.

 

(50) Sans avoir prononcé des voeux, la Béate vivait
comme une religieuse
mais n'avait pas de costume particulier. Les béates, bien connues dans le massif du Pilat et en Velay, appartenaient à une institution religieuse, l'Oeuvre des béates,
créée vers 1665 au Puy
par Mlle Martel,
qui se rattache à la congrégation
des Dames de l'Instruction.
Elles consacraient leur vie
à aider les habitants
des campagnes en faisant l'école
et le catéchisme, en soignant
les malades et en veillant les morts.

 

(51) Cf. pour ce paragraphe l'étude très documentée
de M. Gérard Berger,
L'école des Frères,
la maison St-François
, Apinac, brochure ronéotypée, 1979.

 

(52)Cf. G. Rigault, Le Frère Philippe, op. cit.

 

(53) Archives familiales des Bransiet, Gachat, Apinac

 

(54) G. Rigault, Le Frère Philippe,
op. cit.

 

(55) Lettre datée du Palais
des Tuileries le 29 octobre 1858 et adressée au Frère Philippe par le chanoine Ouin-la-Croix, secrétaire général du service du Grand-Aumônier de la Maison de l'Empereur ; archives familiales Bransiet.

 

(56) G. Rigault, Le Frère Philippe, op. cit.

 

 

Sources
et
bibliographie

Etat civil de la commune d'Apinac.

Archives Lasalliennes de Lyon

Archives de la famille Bransiet : lettres du Frère Philippe et du Frère Arthème, actes notariés et pièces diverses.

Circulaire nécrologique
et biographique sur le T.H. Frère Philippe, Supérieur général, Paris, 1874.

Francisque Sarcey,
Le siège de Paris
,
E. Lachaud, libraire-éditeur, Paris, 1871.

¨Gérard Berger,
Apinac et l'histoire
de l'éducation chrétienne
,
brochure ronéotypée, avril 1979.


Gérard Berger,
"Un Apinacois Supérieur général de l'Institut des Frères
des Ecoles Chrétiennes : Mathieu Bransiet, ou le Frère Philippe (1792-1874)",
Bulletin de l'association des Amis
du vieux St-Bonnet,

n° 3, 1978, pp. 2-19.


Grande encyclopédie (inventaire raisonné des sciences,
des lettres et des arts)
publié en 21 volumes
sous la direction de M. Berthelot, membre de l'Institut,
H. Lamirault et Cie, Paris,
1885-1902.

Julie Gouraud,
Utilité d'un voyage d'agrément
à Paris
,
Louis Vivès,
Paris, 1856.


Le monde illustré
du 17 janvier 1874

¨Odette Gagnaire,
Apinac en comté de Forez,
Saint-Etienne, 1992.

Poujoulat, Vie du Frère Philippe, Alfred Mame et fils,
Tours, 1874.

Rigault G., Le Frère Philippe,
Procure générale des Frères
des Ecoles Chrétiennes,
Paris, 1932.

Rousset (Lieutenant-colonel),
Scènes et épisodes de la guerre
de 1870-1871
,
J. Tallandier, Paris.

Poutet Yves,
"Les Frères des Ecoles Chrétiennes", article dans
Les ordres religieux actifs
,
sous la direction
de Gabriel Le Bras, de l'Institut,
tome 2, Flammarion, 1980.


Joseph Barou, Michel Bransiet,
"Le Frère Philippe",
Bulletin de la Diana,
tome LVIII, 1999.

Joseph Barou, Michel Bransiet, D'Apinac à Rome le parcours d'un petit paysan du haut Forez,
Frère Philippe (1972-1874)
,
Montbrison, Village de Forez, 2001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les frères-quatre-bras
longtemps présents
dans le haut Forez
(cantons de Saint-Bonnet-le-Château
et de Saint-Jean-Soleymieux)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*
*    *

Retour page accueil

Conception :
David Barou
gestion du site :
Joseph Barou

questions, remarques
ou suggestions

s'adresser :

 

 

 

 

 


 

Frère Philippe

Mathieu Bransiet

(1792-1874)


un Forézien, supérieur général

de l'Institut des Frères des Ecoles Chrétienne


Frère Philippe est, aujourd'hui, un homme méconnu sauf à Apinac, son village natal, et dans sa famille. Pourtant ce religieux qui fut Supérieur général de l'Institut des Frères des Ecoles Chrétiennes a joué un rôle important dans le développement de l'enseignement en France avant les grandes lois scolaires de la troisième République. Pendant trente-cinq ans chef suprême de la congrégation enseignante la plus importante du pays, il a aussi donné à l'Institut une dimension internationale. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, la plupart des dictionnaires et encyclopédies consacraient un article détaillé à sa vie et à son oeuvre.

Des membres de l'Institut ont, bien sûr, écrit plusieurs ouvrages sur la vie du Très Honoré Frère. Ces textes constituent, en quelque sorte, la biographie officielle de Mathieu Bransiet, en religion Frère Philippe. Ils donnent beaucoup d'informations sur sa vie et son oeuvre au sein de la congrégation mais apportent peu d'éléments sur l'homme privé, sur ses relations avec sa famille et son pays natal. C'est cet aspect que nous avons voulu privilégier.

Il fallait d'abord rappeler le parcours de Mathieu Bransiet, du modeste hameau de Gachat, près d'Apinac, dans le haut Forez, à la maison mère de Paris, aux côtés des plus hautes autorités civiles, ou encore à Rome, aux pieds de Sa Sainteté. C'est l'objet de notre première partie.

Ensuite, en utilisant le témoignage de ses contemporains, nous tenterons de faire un bilan de son action comme chef de congrégation, comme pédagogue et comme homme public. Bilan particulièrement impressionnant si l'on prend le temps de l'analyser.

Enfin, dans une troisième partie, en nous appuyant sur les archives de la famille Bransiet, nous essayerons de découvrir des aspects nouveaux de la personnalité de Frère Philippe, son attachement à sa famille, à son village natal. Lettres intimes et témoignages nous dépeignent alors un homme simple et bon, parfois primesautier et volontiers malicieux...

1 - D'Apinac à Rome : le parcours d'un petit paysan du haut Forez

Les jeunes années (1792-1809)

Mathieu, fils de Pierre Bransiet et de Marie-Anne Varagnat, est né à Gachat, hameau de la commune d'Apinac, le 1er novembre 1792. C'est le second enfant des Bransiet dont le nom figure depuis le XVIIe siècle dans les registres paroissiaux. Curieusement son acte de naissance est daté du 19 décembre de la même année, soit sept semaines plus tard.

Ce retard est-il dû aux troubles de l'époque, au fait que Gachat a été durant quelque temps érigé en commune distincte d'Apinac ou tient-il à la répugnance de ses parents à faire une déclaration aux nouvelles autorités ? Il est issu d'une famille profondément chrétienne attachée aux valeurs traditionnelles : piété sincère, profond respect pour l'autorité, amour passionné du travail (1).

On est alors en pleine tourmente révolutionnaire et la famille Bransiet, comme cela s'est produit souvent dans les monts du Forez (2) et du Lyonnais, donne courageusement asile à des prêtres persécutés. Ces événements vécus en famille, dès la prime enfance, marquent profondément le jeune Mathieu.

Les Bransiet eurent six enfants et parmi eux trois se consacrèrent à Dieu : Anne Marie, devient religieuse dans la congrégation des sœurs St-Joseph du Puy, Mathieu, l'aîné des garçons, sera le Frère Philippe, son frère Jean-Mathieu, plus jeune de dix ans, deviendra, lui aussi, Frère des Ecoles Chrétiennes.

A Chaturange, à l'école du Frère Laure


En 1792, l'année de la naissance de Mathieu Bransiet, l'Institut des Frères des Ecoles Chrétiennes avait été supprimé en France malgré les efforts du Frère Agathon, Supérieur général qui fut lui-même arrêté et détenu près de trois ans (3). Les maisons de France furent fermées, les Frères dispersés. Le Pape Pie VI, pour diriger ce qui restait de la congrégation hors de France - en Suisse et dans les Etats pontificaux - , nomma comme vicaire général, le Frère Frumence, directeur de la maison de Saint-Sauveur à Rome. En France, le culte catholique fut rétabli après le concordat du 15 juillet 1801. On pouvait, à partir de cette date, songer à reconstituer l'Institut.

Deux frères de la famille Galet, membres d'une communauté de Marseille s'étaient retirés à Chaturange, commune de Saint-Pal, à deux kilomètres de Gachat. Le Frère Laure et son frère tenaient ensemble une petite école qui recevait les enfants des hameaux voisins. Ainsi Mathieu Bransiet commença ses études à Chaturange. Il avait pour condisciple Jean-Baptiste Chapot, plus âgé de deux ou trois ans et qui, en 1807, entra au noviciat des Frères de Ecoles Chrétiennes de Lyon.
Le petit Mathieu se faisait remarquer par sa grande gentillesse envers ses frères et soeurs. Sa première formation est essentiellement familiale.

Tout enfant, il s'intéressait beaucoup à tout ce qui touche la religion et sa sensibilité était très vive. Sa soeur aînée raconte qu'il lui arrivait de réciter trois cents fois de suite le Gloria Patri, et que, quand il voyait offenser Dieu, il éclatait en sanglots (4) . Très tôt, il montra aussi de grandes capacités intellectuelles et devint vite le meilleur élève de la modeste école de Chaturange.

La fondation officielle de la première école des Frères d'après le Concordat date du 3 mai 1802, fête de l'Invention de la Sainte-Croix. Ce jour-là, M. Girard, vicaire général de Lyon, vint, dans un pauvre local loué par le Frère Pigménion, dire la messe sur un autel improvisé devant une petite assemblée d'enfants entourant le religieux.

Bientôt quatre autres religieux et plusieurs postulants vinrent rejoindre le Frère Pigménion. L'école bénéficia tout de suite de la protection de Mgr Fesch, cardinal archevêque de Lyon. Les Frères s'installèrent le 21 octobre 1804 dans l'ancien Petit-Collège des Jésuites cédé par la municipalité de Lyon.

Dès lors, la reconstitution de l'Institut va être rapide. Le 19 avril 1805, Pie VII retournant de Paris vers Rome s'arrête à Lyon. Entouré de quatre cardinaux, il visite la maison des Frères et bénit la chapelle nouvellement restaurée de l'ancien Petit-Collège. Cette année-là, l'Institut compte déjà vingt communautés en France. Le cardinal Fesch adresse alors une lettre circulaire à tous les anciens Frères pour les inviter à venir à Lyon et à rejoindre les communautés déjà reconstituées.

Novice au Petit-Collège à l'âge de 17 ans

A la suite de cet appel, en 1806, le Frère Laure quitte son petit pensionnat de Chaturange pour rejoindre ses confrères lyonnais. Avant de quitter le haut Forez, il fait ses adieux à ses élèves et les invite à venir le rejoindre à Lyon.

Cette invitation est entendue. Un ancien élève du Frère Laure, Jean-Baptiste Chapot, entre en 1807, au noviciat de Lyon où il reçoit le nom de Frère Anselme (5). Deux ans plus tard, le 6 novembre 1809, le jeune Mathieu Bransiet est admis au noviciat de Petit-Collège, à Lyon. Il y retrouve son premier maître, le Frère Laure.

Un jeune religieux plein de zèle et de talents (1809-1830)

Les premières affectations

Mathieu Bransiet revêt l'habit religieux le 7 décembre 1809, la veille de la fête de l'Immaculée Conception. Il reçoit le nom de Frère Boniface qu'il conservera quelques années avant d'être nommé, définitivement cette fois, Frère Philippe. Le Supérieur général, le Frère Frumence, meurt le 27 janvier 1810, au Petit-Collège. Le 8 septembre, le Frère Gerbaud, directeur de la communauté du Gros-Caillou, à Paris, est élu Supérieur général.

En 1810, son noviciat achevé, Mathieu Bransiet est chargé d'une petite classe dans une école qui vient de s'ouvrir dans la paroisse St-Bonaventure, à Lyon. Il s'agit sans doute d'un court stage qui permettait de compléter, de façon pratique, la formation du jeune instituteur.

Il y reste peu de temps et doit rejoindre Auray, dans le Morbihan, où il est chargé d'une classe spéciale de cabotage. Curieuse affectation pour un jeune Forézien qui est né si loin de la mer ! Cette nomination est faite, paraît-il, en raison de son aptitude pour les mathématiques et pas du tout pour sa connaissance du milieu maritime. Bien que le dépaysement soit total, Mathieu Bransiet se montre un enseignant particulièrement compétent. Il rédige même son premier manuel scolaire : un petit traité de cabotage ! Beaucoup d'autres suivront tout au long de sa vie. Il fait preuve là d'une remarquable capacité d'adaptation, qualité qui sera vite remarquée par ses supérieurs. C'est à Auray qu'il prononce, en 1812, ses vœux triennaux.

Déjà des responsabilités

En 1816, il souffre d'une ophtalmie et, momentanément, ne peut plus enseigner. Ses supérieurs le nomment alors directeur de la maison de Rethel, petite ville des Ardennes. Il fait une grande partie du voyage à pied. De passage à Soissons, il rencontre dans l'école des Frères de la ville un jeune maître de dix-neuf ans qui dirige la grande classe, le Frère Calixte. Ce religieux va devenir le grand ami de Mathieu Bransiet, une amitié qui durera pendant cinquante-sept ans. Frère Philippe prend possession de sa charge de directeur le 14 juillet 1816 mais il reprend, dès qu'il le peut, son travail d'enseignant car c'est dans cette fonction qu'il excelle. Il fascine littéralement ses élèves.

Mathieu Bransiet est ensuite envoyé à Reims, la ville qui avait été le berceau de l'Institut. Il prononce ses vœux perpétuels dans cette ville, le 2 novembre 1817. Ils sont reçus par le Frère Eloi, Assistant.
Le 11 mai 1818, il est nommé directeur. Il y a alors, dans la ville natale du fondateur de l'Institut, une grande rivalité entre les écoles qui pratiquent la méthode d'enseignement mutuel et celles qui suivent le mode simultané préconisé par Jean-Baptiste de la Salle. Le jeune, modeste mais brillant, directeur met toute son énergie à faire triompher le mode simultané. Ce combat, remporté à Reims par le Frère Philippe, est décisif. Il marque le début du déclin inexorable des écoles dites "à la Lancastre" au profit de celles qui utilisent l'enseignement simultané.

Comme le Frère Philippe a si bien réussi à Reims, on l'envoie à Metz pour réorganiser les écoles des Frères. Il mène à bien cette tâche bien que, parfois, ses problèmes de vue l'empêchent d'enseigner. Il développe alors particulièrement les leçons de mathématiques, une matière qu'il aime beaucoup enseigner.

En janvier 1821, pour accompagner le développement de l'Institut, la maison mère est transférée de Lyon à Paris. Le Régime - le gouvernement de la congrégation formé du Supérieur général et de ses assistants - s'installe au 165, rue du faubourg-St-Martin, dans un immeuble acquis par la ville de Paris et mis à la disposition des Frères. La maison reçoit le nom de St-Enfant-Jésus. C'est un lieu prédestiné puisqu'une partie importante de l'immeuble avait été construite par saint Vincent de Paul. Le Frère Gerbaud, Supérieur général, y meurt le 10 août 1822.

Frère Visiteur et directeur de Saint-Nicolas-des-Champs


Le Frère Philippe participe au chapitre général qui, le 11 novembre de la même année, élit son successeur, le Frère Guillaume-de-Jésus. Frère Philippe prend une place de plus en plus importante dans l'administration de la congrégation. Dès 1822 il exerce les fonctions de Visiteur, c'est-à-dire qu'il est chargé de tournées d'inspection dans diverses maisons.

En 1823, il est directeur de la communauté de l'importante maison de St-Nicolas-des-Champs à Paris. En même temps il est Visiteur des écoles de Paris et de la région parisienne. Cette charge d'inspecteur lui permet de constater les nombreuses insuffisances dont souffrent les écoles primaires.

Il rédige à cette époque une Géométrie pratique appliquée au dessin linéaire (6), ouvrage unique en son genre et qui sera beaucoup copié. Il sera ensuite, toute sa vie, un infatigable rédacteur de manuels scolaires, car il pense avec raison que de bons outils sont indispensables pour un enseignement de qualité.

Cependant, l'essentiel pour lui est la valeur du personnel enseignant. il s'attache particulièrement à ce que les Frères suivent bien la Règle qui, pour lui, est le chemin vers la perfection.

Un Assistant clairvoyant (1830-1838)

Le chapitre général de 1830

Le Frère Guillaume-de-Jésus, élu alors qu'il était déjà un vieillard, meurt le 10 juin 1830. Le chapitre général du 1er septembre suivant lui donne comme successeur le Frère Anaclet. Le Frère Philippe est élu assistant ainsi que les Frères Eloi, Abdon et Jean Chrysostome.

Comme Assistant il est, pour une grande part, à l'origine de la création des écoles du soir, bien avant que le ministère de l'Instruction publique ne l'ait préconisée. En cela il reprend une vieille tradition Lasallienne. Jean-Baptiste de La Salle avait en effet créé des "écoles du dimanche" où des adultes pouvaient étudier les mathématiques et le dessin. Les premiers cours de ce type avaient été ouverts, en 1709, rue de Vaugirard, à Paris.

La révolution de 1830 a été ressentie par l'Institut comme une "commotion" (7). Pourquoi ces mouvements violents qui troublent si gravement l'ordre social ? L'institution des écoles du soir veut être une prévention à ces désordres. Leur but est double. Il s'agit d'instruire et moraliser les pauvres ouvriers qui n'ont pu fréquenter les écoles dans leur enfance (8). Le côté instructif est certes important, il faut conserver et développer les connaissances acquises avant l'entrée des adolescents aux ateliers" mais ce qui l'emporte aux yeux du Frère Philippe, c'est l'aspect religieux qui, dans son esprit, est étroitement lié à l'aspect social et politique. Il veut ainsi réagir contre les funestes influences [des ateliers], où trop souvent les principes religieux et la moralité des jeunes apprentis font un triste naufrage (9) .

Les premiers cours du soir sont ouverts à Saint-Nicolas-des-Champs, presque aussitôt après la révolution de Juillet. D'autres sont bientôt organisés à l'école du Gros-Caillou. Deux ans plus tard, Guizot, ministre de l'Instruction publique s'intéresse à ces initiatives de l'Institut et promet sa protection. Il reprend d'ailleurs dans une circulaire l'idée des cours du soir. On approchait ainsi, déjà, du concept très actuel de la formation permanente.

Ces cours d'adultes ont eu une grande importance et ont encore des prolongements dans notre société. Le Frère Yves Poutet, historien de l'Institut, indique que c'est l'une de ces oeuvres de persévérance, celle de la rue des Petits-Carreaux, à Paris, qui fut à l'origine du syndicat des Employés du commerce et de l'industrie fondé par le Frère Hiéron. Il en sortit quelques années plus tard l'embryon de la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens. Deux importantes centrales syndicales, la C. F. D. T. et la C. F. T. C. sont aujourd'hui les lointaines héritières de ce premier mouvement (10).

Simplement toléré sous le premier Empire l'Institut avait été par la suite comblé de faveurs sous la Restauration. Il participe alors à une politique réactionnaire et cléricale aussi les Frères subissent-ils le contrecoup de la révolution de Juillet. Le nouveau régime est beaucoup moins favorable. C'est le Frère Philippe qui, comme assistant au Supérieur général, conduit la plupart des négociations avec le ministère. C'est à cette époque qu'il entreprend un immense travail pédagogique en composant de nouveaux manuels scolaires plus adaptés.

Le Très Honoré Frère Anaclet meurt dans la nuit du 6 au 7 septembre 1838, âgé de seulement cinquante ans. L'Institut compte alors 320 maisons, 2 300 Frères et ses écoles regroupent 140 000 élèves.

Supérieur général d'une congrégation en plein essor (1838-1848)

Le Très Honoré Frère Philippe

Le 21 novembre 1838, fête de la Présentation de la Vierge, le 17e chapitre général, réuni à Paris, à la maison du St-Enfant-Jésus, élit pour Supérieur général le Frère Philippe. Il accepte, semble-t-il, avec beaucoup de réticence cette lourde charge car il est très modeste.

Ses premiers soins pour l'ordre concernent le domaine spirituel. Il visite un certain nombre de communautés. Partout il se montra un parfait modèle de régularité, de piété, de mortification, de zèle (11). Comme il ne peut aller partout il rédige des "circulaires instructives" qu'il adresse à tous les Frères et qui sont, dit sa notice nécrologique, un admirable monument de sa sollicitude pour leur avancement spirituel (12). Il attache aussi une grande importance aux retraites annuelles. Il participe à celle des Frères de Paris puis aussitôt après à plusieurs autres qui se succèdent en province.

A côté des écoles gratuites, oeuvre de base de l'Institut, Frère Philippe développe deux autres types d'établissements : les écoles normales chargées de former les Frères enseignants et, surtout, les pensionnats.

Une école normale est établie dans les locaux même de la maison mère. Quant aux pensionnats, c'est l'enseignement primaire supérieur qui y est dispensé qui les caractérise. Les élèves, reçus pour la plupart à titre payant, n'y sont pas forcément pensionnaires. Jean-Baptiste de la Salle avait déjà, avant la Révolution, créé des pensionnats. Un premier pensionnat avait été ouvert à Béziers en 1830. Cette diversification de l'enseignement était nécessaire.

Le pensionnat est le lieu idéal pour former des commis aux écritures, des commerçants avisés et des artisans ayant le goût de se perfectionner. Il est très apprécié de la petite bourgeoisie. Le pensionnat qui était jumelé avec le petit noviciat de la maison du St-Enfant-Jésus, fut transféré à Passy en 1839 par le Frère Philippe.

En mai 1840, Grégoire XVI déclare "Vénérable" Jean-Baptiste de la Salle. C'est un puissant encouragement pour l'Institut dont le fondateur chemine ainsi à petits pas vers la canonisation.

La place des Frères dans la nation

Après des débuts difficiles, la congrégation semble avoir conquis la confiance du nouveau régime. Le roi Louis-Philippe 1er s'intéresse bientôt personnellement à ses activités. En signe de reconnaissance, la Légion d'honneur est offerte au Supérieur général. Comme son prédécesseur, le Frère Anaclet, le Frère Philippe refuse par modestie.

Dès 1840, quelques Frères avaient été chargés de faire le catéchisme dans les prisons. Après le chapitre de 1844, Frère Philippe fut autorisé à s'entendre avec le gouvernement pour que des religieux prennent en charge les prisonniers. Sous la direction du Frère Facile, ils furent employés à Nîmes, Fontevrault, Melun, Aniane. Les Frères tinrent ainsi durant quelques années une place comparable à celle qu'occupaient dans les prisons de femmes les religieuses de l'ordre Marie-Joseph.

Grâce à leur action, des améliorations morales et matérielles furent apportées aux prisonniers. L'expérience ne fut pourtant pas entièrement positive. Il y eut souvent des divergences entre l'administration et les religieux. En 1845, un religieux, le Frère Pascal, fut assassiné. L'expérience cessa brutalement avec la révolution de 1848. Les établissements pénitentiaires avaient été bouleversés par l'onde de choc de la proclamation de la République et le travail obligatoire y avait été supprimé.

L'immeuble où est installé le siège de la Congrégation est exproprié pour la construction de la gare de l'Est. Il faut déménager. Frère Philippe recherche donc un nouveau local approprié pour être la maison mère. Il découvre lui-même, et "comme providentiellement", une maison qui lui convient. Il s'agit de l'hôtel du général Rapp, rue Plumet (13). Il demande aux pouvoirs publics de l'acheter pour le mettre à la disposition de l'Institut.

L'installation de la procure (14), de l'infirmerie, de l'école normale et des deux noviciats, le petit et le grand, rue Oudinot a lieu au printemps de 1847. La maison est placée par le Frère Philippe sous le vocable de saint Joseph. Le supérieur général s'installe tout près de la salle du Régime, dans une petite chambre ornée de quelques tableaux de piété et sommairement meublée d'un petit lit de bois de sapin, de deux ou trois chaises et d'une table.

Les temps difficiles : invasion, siège de Paris (1870-1871)

Les Frères infirmiers et ambulanciers

Le Frère Philippe offre au ministre de la Guerre tous les établissements de Paris pour être transformés en postes de secours et tous les religieux pour faire office d'infirmiers. Il entrevoit, dès le 2 septembre la longueur et les horreurs du siège de Paris. Par prudence, il envoie en province les noviciats. Sept assistants sur dix quittent la capitale avec l'ordre de prendre en charge les maisons de province et de garder le contact entre eux.

Le 19 septembre l'investissement de Paris est achevé. Pendant plus de trois mois la maison mère ne reçoit aucune nouvelle de l'extérieur.

Le Supérieur général accepte la proposition de confier à des Frères le service de brancardiers sur les champs de bataille et fait appel à des volontaires. Le 28 novembre, trois cents Frères sont présentés à l'aumônier en chef des Ambulances de la Presse. Les jours où doit avoir lieu une action les Frères déjeunent à six heures du matin en présence du Frère Philippe qui, parfois, les sert lui-même. Ils rejoignent ensuite les ambulances qui partent des Tuileries.

Le 30 novembre, jour de la première bataille de Champigny, il accompagne les Frères le plus près possible du front puis rentre à la maison mère et organise des préparatifs pour accueillir, éventuellement, une trentaine de blessés. Le gaz est coupé dans tout Paris. Entre huit et dix heures du soir arrivent quatre-vingt-trois blessés. Il reste seulement quelques Frères pour s'occuper d'eux. Tout l'établissement est transformé en hôpital. Frère Philippe fait prendre les cierges de la chapelle, il aide lui-même à porter les blessés. C'est seulement vers onze heures du soir que rentrent, fourbus, les Frères brancardiers.

La contribution des Frères fut décisive. Ce furent les seuls brancardiers sur qui l'on put vraiment compter selon le témoignage concordant des responsables des Ambulances :
Le corps des brancardiers était, si j'en crois tous les rapports qui m'ont été faits, des rapports de témoins oculaires, composé de bien misérables éléments. J'en excepte les Frères de la Doctrine chrétienne... Ces religieux portaient dans l'exercice de ces fonctions nouvelles leur esprit d'abnégation, de dévouement et ces habitudes d'obéissance passive qui sont la règle de toute leur vie. Ils s'en allaient paisiblement, sous la grêle des balles, ramasser les blessés, les rapportant dans leurs bras ; ne reculaient devant aucune besogne, si dure ou si dégoûtante qu'elle fût, ne se plaignaient jamais de manque de nourriture, ne buvaient que de l'eau, ne touchaient jamais à un sac abandonné et revenaient ensuite à leurs humbles travaux des classes, sans se douter qu'ils avaient été des héros ! (15)

L'attitude des religieux contraste fortement avec le comportement de beaucoup de leurs compagnons :
La plupart des brancardiers n'étaient que des pillards, qui éventraient les sacs des soldats morts ou retournaient leurs poches, au lieu de recueillir les blessés ; ils passaient la moitié de leur temps à boire, se chauffant autour du feu...
(16)

Chevalier de la Légion d'honneur


Le lieutenant-colonel Rousset dresse un bilan élogieux de l'action de l'Institut et de son Supérieur général lors de ces semaines tragiques :

Rappelons encore la noble conduite des Frères de la Doctrine chrétienne qui perdirent vingt Frères de maladies contractées au chevet des mourants, et un le Frère Néthelme, tué à l'ennemi, comme un soldat, en relevant les blessés de Champigny. Pendant le siège, ces modestes et braves religieux soignèrent plus de 30 000 blessés ou malades, sans interrompre le service de leurs fourneaux économiques, qui donnèrent à manger à tant de malheureux. Après la guerre, le gouvernement, voulant honorer l'ordre tout entier, fit remettre la croix de la Légion d'honneur au vénérable Frère Philippe, son Supérieur général. Celui-ci la reçut avec émotion, puis la cacha sous sa robe de bure, ou nul ne la vit jamais que le jour de sa mort (17).

L'abnégation des religieux leur permet de prendre une belle place dans le cœur des Parisiens. Cela va leur être bien utile dans les épreuves qui vont suivre. Quant à la décoration reçue, le Frère Philippe l'avait déjà refusée à deux reprises. Cette fois, il est contraint de l'accepter puisqu'elle concernait l'Institut tout entier. Lors d'une visite à Gachat, il "oublia" le ruban rouge dans un tiroir (18).

La Commune de Paris

Le drapeau rouge sur Sainte-Geneviève et les Frères sur le champ de bataille

D'autres luttes, plus cruelles, prolongent le siège de Paris. Avec la Commune, la guerre civile va ébranler l'Institut. Dès le 18 mars, le Frère Philippe s'inquiète au sujet des écoles et des Frères de Paris en butte à la persécution. Il y a des signes précurseurs : sur l'ordre de la Commune on abat la croix de l'église Ste-Geneviève pour y arborer le drapeau rouge, beaucoup d'églises de Paris deviennent le siège de clubs politiques. Les établissements des Frères sont occupés, des religieux sont arrêtés.

Le 2 avril, dimanche des Rameaux, commence la guerre civile. La question se pose de savoir si les Frères doivent se rendre sur le lieu des combats pour continuer leur office de brancardiers, mais cette fois, dans les lignes des insurgés qui, pour la plupart, sont très hostiles à l'Eglise.

Le Frère Philippe n'hésite pas un instant : A ses yeux, il n'y avait pas lieu de distinguer entre blessés et blessés, ni de se préoccuper de l'hostilité de gens égarés, à qui l'on ne voulait faire que du bien (19) . Attitude qui nous paraît, aujourd'hui, bien normale de la part d'un religieux mais qui, alors, n'était pas si évidente.

Il se rend lui-même au poste de Longchamp, près du lieu des combats. On lui dit que les Fédérés n'ont pas permis aux Frères de secourir leurs blessés. Il s'en plaint aussitôt auprès des dirigeants de la Commune. L'autorisation est enfin accordée. Les Frères, divisés en trois escouades, relèvent quelques blessés. Trois d'entre eux sont même soignés à la maison mère ce qui ne va pas sans surprendre ces pauvres gens qui faisaient jusque-là profession d'un furieux anticléricalisme.

Départ de Paris. Les otages

Le Frère Philippe est inscrit sur une liste d'otages que doit prendre la Commune. Le samedi saint, les Frères assistants, avertis confidentiellement, réussissent à le convaincre de quitter Paris pour se réfugier en province. Le lundi de Pâques, 10 avril, sans abandonner l'habit religieux, il réussit à aller à St-Denis et, de là, se rend à Reims. Le 11, la maison mère est cernée et, à défaut du Supérieur, son ami, le Frère Calixte, est arrêté. Cependant il est presque aussitôt libéré.

Le Frère Philippe apprend l'arrestation de son premier Assistant par la presse alors qu'il se trouve à Epernay. Il ignore que celui-ci a été libéré et, très inquiet, part immédiatement pour St-Denis, avec l'intention de se livrer comme otage pour obtenir sa libération. A St-Denis il apprend que Frère Calixte est libre, il se rend alors en province.

Du centre de la France il se tient au courant de ce qui se passe à Paris. Ses lettres montrent l'intérêt et l'affection qu'il porte personnellement à chacun des Frères de Paris. D'Aurillac il écrit au Frère Albert, son principal informateur, car ce dernier se trouve à St-Denis, dans la communauté la plus proche de Paris.

La situation tendant enfin à se normaliser, le Supérieur général revient à Paris le 9 juin. Le dimanche suivant, jour de Fête Dieu, il organise avec tous les religieux de la maison mère une procession avec toute la pompe possible afin de remercier Dieu (20).

Les dernières années (1871-1873)

Au travail jusqu'au bout

Après la fin de la Commune, l'Institut est encore en butte à de sérieuses difficultés. La situation d'instituteurs municipaux qu'avaient les Frères dans de nombreuses localités est remise en cause et il y a, sinon une vague d'anticléricalisme, du moins une tendance à la laïcisation de l'enseignement. Les grandes lois scolaires de la République ne sont pas encore votées mais sont en gestation. Il s'agira encore, pour l'Institut, de s'adapter à des situations nouvelles.

Le Frère Philippe, déjà vieux, utilise ses dernières forces pour tenter de rétablir la situation de l'Institut et pour renforcer la cohésion entre ses membres. Pendant les vacances de 1872, il prêche lui-même quatre retraites de suite à ses Frères. La fin de l'année est difficile. Il perd un de ses Assistants, souffre de maux d'estomac et s'affaiblit. Deux mois après, il est atteint d'une pneumonie qui met sa vie en danger. Il reçoit durant sa maladie la visite de l'archevêque de Paris. Cependant il se rétablit et consacre sa convalescence à finir des ouvrages commencés et à préparer le Chapitre général convoqué pour le 12 juin 1873.

Il peut présider cette assemblée mais, se sentant affaibli, offre sa démission. Elle est refusée malgré son insistance. Le 2 juillet, le Chapitre général est clos. Le Frère Alphonse, doyen d'âge, présente à Frère Philippe le respect et les remerciements de tous les capitulants. Le Frère Philippe fait alors ses adieux : Mes chers Frères, bientôt, oui, bientôt vous vous réunirez de nouveau ; et je ne serai plus là ; j'aurai été rendre compte à Dieu de mon administration. (21)

Il se rend à Rome, une nouvelle fois pour assister à la proclamation de l'héroïcité des vertus de Jean-Baptiste de la Salle. C'est une de ses dernières grandes joies. Pie IX, au cours d'une audience générale, le reconnaît et s'entretient familièrement avec lui. Il lui demande d'envoyer des religieux en Amérique et en Asie.

La maladie et la mort

Il tombe sérieusement malade le mardi 30 décembre 1873. Le 31, il se lève comme d'habitude à quatre heures du matin mais au cours de la journée doit regagner sa cellule et se coucher. Le lendemain, 1er janvier 1874, il fait un ultime effort et paraît encore au milieu de la communauté pour la messe.

Il s'alite et cette fois ne se relève plus. Il est soigné et entouré de sollicitude par toute la communauté de la maison mère mais il meurt pieusement une semaine plus tard, le 7 janvier 1874, vers huit heures du soir : le Père céleste recevait dans ses bras l'âme de l'ouvrier de la première heure pour lui donner le prix de sa longue et laborieuse journée ici-bas. Le Frère Philippe était âgé de quatre-vingt-un ans, dont soixante-quatre de communauté, cinquante-six de profession, trente-cinq de généralat. On lui fait des funérailles solennelles dans l'église Saint-Sulpice. Il est d'abord inhumé au Père-Lachaize ; aujourd'hui ses restes sont au cimetière d'Athis-Mons.


2 - Un bilan exceptionnel

  1. Frère Philippe, chef de l'Institut

    Mathieu Bransiet doit aux circonstances et aussi à ses qualités personnelles sa rapide ascension dans la hiérarchie de son institut. Alors que, justement, il paraît dénué de toute d'ambition personnelle, il accomplit une longue et brillante "carrière". L'humilité et la simplicité étant des vertus essentielles pour un religieux, on peut dire qu'il subit les promotions successives plutôt qu'il ne les souhaite. Mais ensuite, il accomplit sa mission en y mettant toutes ses forces. Pour conduire son action il garde toujours fidèlement une ligne conductrice mais, suivant les circonstances, il sait être diplomate et conciliant.

    Même les gens peu favorables aux Frères reconnaissent volontiers, à la fin du siècle dernier, un bilan exceptionnel pour l'action de Frère Philippe. La grande encyclopédie dirigée par Berthelot parle d'une oeuvre considérable accomplie par un homme éminent d'une activité, d'une perspicacité et d'une souplesse remarquables...(22) Les talents de Mathieu Bransiet se sont manifestés essentiellement dans trois domaines : une administration intelligente de sa congrégation, l'amélioration de la pédagogie mise en oeuvre par ses Frères, des rapports habiles avec les pouvoirs publics.

    Création de nouvelles écoles

    Comme administrateur, c'est lui qui donne à l'Institut son développement international. Le nombre des écoles triple, celui des Frères quadruple. Entre 1838 et 1874, 726 maisons d'éducation furent créées en France et 276 à l'étranger...(23) En 1878, quatre ans après la mort de Frère Philippe, il y a 9 818 Frères qui tiennent 1 064 écoles publiques et 385 écoles libres. L'Institut est présent sur tous les continents. Il dispose de seize noviciats : Irlande, Autriche, Belgique, Espagne, Italie, Algérie, Egypte, Réunion, Canada, Etats-Unis (Baltimore, New-York, St-Louis, San Francisco), Equateur, Chili, Ceylan.

    Il n'y a rien de désordonné dans la création de nouvelles écoles. Le Frère Philippe met en place un règlement précis qui donne à chacune des parties en présence un minimum de garanties. Il y a, entre les pouvoirs publics et l'Institut, une sorte de contrat qui permet d'éviter dérives et abus.

    Résumons les neuf articles de ce document :

    Art. 1 : Les écoles tenues par les Frères du Vénérable de La Salle doivent être parfaitement gratuites...
    Art. 2 : Le personnel de chaque établissement doit être composé au moins de trois Frères...
    Art. 3 : Le Supérieur général, en acceptant un nouvel établissement, traite de gré à gré avec les villes ou les fondateurs qui en font les frais, pour ce qui regarde la maison d'habitation, les classes, les meubles, les réparations, l'indemnité que les Frères demandent, selon les temps et les circonstances, pour subvenir à leurs besoins...
    Art. 4 : Les Frères ne seront pas tenus de recevoir des écoliers au-dessous de six ans ni d'en admettre plus de soixante dans les classes d'écrivains et plus de cent dans les autres.
    Art. 5 : Les Frères feront entendre la sainte Messe à leurs élèves tous les jours d'école...
    Art. 6 : Ils suivront pour l'enseignement la méthode simultanée, développé dans le livre intitulé "Conduite des Ecoles Chrétiennes"...
    Art. 7 : Les Frères doivent avoir l'entière liberté d'observer leurs Règles, tant celles qui regardent leur régime intérieur que celles qui concernent la tenue de leurs classes...


    L'article 8 accorde au Supérieur général le droit de déplacer un Frère ; parallèlement les autorités locales peuvent demander le changement d'un religieux. Enfin l'article 9 traite de la suppression d'une école décidée par les bailleurs de fonds. Le Supérieur général doit être averti six mois d'avance, une indemnité correspondant à six mois de traitement de chaque Frère sera alors versée.

    Dans tous les domaines, il ne cherche nullement à bouleverser les choses, mais, au contraire, il réforme, par petites touches. Il rajeunit ainsi la célèbre Conduite des écoles, le livre essentiel laissé par Jean-Baptiste de la Salle.

    Il crée des noviciats préparatoires, sortes d'écoles normales pour former les futurs Frères maîtres d'école. Surtout, il gère au mieux : nominations, changements de fonction, déplacements, ouvertures et fermetures de maisons... Il faut trouver à chacun la place qui convient à ses capacités pour la bonne marche de l'Institut tout entier. Pour cela, il doit être psychologue. La communauté de Frère Philippe n'est pas formée d'une demi-douzaine de religieux, compagnons que l'on retrouve à la chapelle et au réfectoire, mais de dix mille Frères très divers éparpillés en mille quatre cents communautés. Certes, l'Institut est organisé en "provinces" - il y en a vingt en 1854 - , des Frères Visiteurs passent régulièrement dans les maisons et les Assistants au Supérieur général prennent leur part de cet immense travail de coordination et de gestion de ce qu'on appellerait aujourd'hui "les ressources humaines".

    Taine avouait sa stupéfaction devant ce Supérieur qui commandait à dix mille hommes de sa cellule aussi austère que celle du dernier des Frères. Horace Vernet tint à l'honneur de faire son portrait et Ferdinand Buisson, principal artisan du Dictionnaire de pédagogie, ne cachait pas son admiration devant ce travailleur infatigable.

Frère Philippe, pédagogue

Mathieu Bransiet a effectué de courtes études. De la petite école de Chaturange au Juvénat, sa formation initiale est de type primaire supérieur et non classique. Il n'a pas fréquenté le séminaire ou le lycée jusqu'à la classe de rhétorique avec étude du grec et du latin, ce qui était le cursus habituel des gens cultivés. C'est un autodidacte intéressé par tous les domaines des connaissances qui complète tout le long de sa vie sa formation. Il est servi par une excellente mémoire et une vive intelligence. Surtout, il possède une grande capacité d'assimilation et d'adaptation.

Dans les pas de Jean-Baptiste de la Salle

Frère Philippe qui, élève, n'a connu d'autres professeurs que les Frères a, comme simple maître d'école, fait siens les principes pédagogiques prônés par J. - B. de La Salle. Comme chef de l'Institut il les a promus, précisés et adaptés. Il reprend fidèlement la Conduite des Ecoles Chrétiennes rédigée par le fondateur et publiée en 1720. Ces règles, légèrement modifiées en 1811, sont encore publiées en 1877 avec un avant-propos de Frère Philippe.

Rappelons ce que les principes du fondateur de l'Institut avaient alors de novateur. Il y a d'abord la répartition des élèves en divisions suivant leur niveau : la division des plus faibles, celle des médiocres, et celle des plus intelligents ou des plus capables, organisation qui est à l'origine des cours élémentaire, moyen et supérieur. Ce système venait tout naturellement du fait que les Frères devaient être au moins trois pour former une communauté. Un Frère s'occupant des tâches matérielles, chaque école avait donc au moins deux classes. Cette notion de classe, un groupe d'élèves travaillant avec les mêmes exercices, s'opposait à la classe unique qui reçoit, pêle-mêle, petits et grands pour un travail personnel peu efficace.

Le deuxième point fort de la pédagogie des Frères est un enseignement essentiellement pratique avec l'utilisation exclusive de la langue française. J. - B. de la Salle est catégorique à ce sujet : La lecture du français peut seule aider les maîtres à développer l'intelligence : les ouvrages latins ne renferment pour eux qu'une lettre morte... (24) Il indique expressément qu'on ne permettra de lire le latin qu'à ceux qui savent déjà parfaitement lire le français. Ce parti pris vaut aux religieux le sobriquet de Frères "Ignorantins"(25) qui cependant n'a rien que de très honorable pour eux.

Cet enseignement doit être vivant et rendre l'élève actif : Que le maître se garde d'aider trop facilement les élèves à résoudre les questions qui leur sont proposées ; il doit, au contraire, les engager à ne point se rebuter et à chercher avec ardeur ce qu'il sait qu'ils pourront trouver d'eux-mêmes.
Le chanoine rémois insiste : Le maître ne parlera pas aux écoliers comme en prêchant, mais il les interrogera presque continuellement par plusieurs demandes et sous demandes, afin de leur faire comprendre ce qu'il leur enseignera.(26)

Frère Philippe va promouvoir un type d'enseignement correspondant exactement aux vues du fondateur de l'institut. Il fait triompher définitivement la méthode de l'enseignement simultané sur celle de l'enseignement mutuel. Suivant une mode qui venait d'Angleterre se multiplient alors des écoles avec la méthode mutuelle. Suivant les disciplines, la classe est divisée en sections mobiles et les meilleurs élèves sont chargés d'enseigner à leurs condisciples. La méthode rend parfois des services mais les résultats sont souvent médiocres tant pour les élèves que pour les jeunes moniteurs. Comme d'autres pédagogues (27), les Frères sont résolument hostiles à l'enseignement mutuel.

Frère Philippe développe dans les établissements des Frères l'enseignement professionnel et de type primaire supérieur. Ces écoles commerciales et industrielles obtiennent du succès car elles correspondent à l'attente de toute une classe sociale, celle de la petite bourgeoisie. Elles sont implantées dans les villes et les gros bourgs. Les fils d'artisans, de commerçants, d'employés et de contremaîtres y trouvent tout ce qu'un jeune homme peut apprendre, à l'exception du latin.

Au "cours supérieur" de l'école des Frères on a l'ambition d'élever les élèves, ou du moins les plus doués d'entre eux, à un bon niveau de connaissances pratiques. Géométrie et dessin s'allient dans les activités, très concrètes, de l'arpentage et des relevés topographiques. Cours d'architecture, cours de dessin d'art et de dessin industriel, un peu de technologie et des notions de comptabilité sont au programme. Bien sûr cet enseignement ne concerne qu'un petit nombre d'élèves, la plupart en restent à la lecture du syllabaire, aux quatre opérations et à l'étude du catéchisme.

Frère Philippe est très attentif aux programmes et à la formation des maîtres. La question des titres de capacité est un point toujours délicat dans les rapports avec les pouvoirs publics. Le plus souvent les religieux ne sont titulaires d'aucun diplôme officiel et ne possèdent que la formation professionnelle qu'ils ont reçue au sein de l'Institut, pendant leur noviciat. Mais vivant en communauté, les Frères sont conseillés et soutenus par leur entourage. Il y a toujours auprès d'eux au moins un Frère qui est instituteur expérimenté.

La lettre d'obédience

La Lettre d'obédience délivrée par le Supérieur tient lieu de titre de capacité aux Frères instituteurs depuis un arrangement proposé par Decaze en 1819. Le 11 avril 1831 une ordonnance supprime ce privilège et, dès lors, les Frères sont astreints à suivre la procédure normale afin d'obtenir un brevet de capacité.

En 1833 une loi organique sur l'enseignement primaire établit deux degrés qui sont sanctionnés par deux diplômes : le brevet élémentaire et le brevet supérieur. Elle crée aussi les écoles normales. Ces dispositions obligent l'Institut à revoir la formation de ses maîtres et à enrichir le programme de ses écoles.

Pour cet aggiornamento le Régime convoque un Comité général en 1834. Il s'agit, à l'échelle de la congrégation, d'une sorte de concile. Le Frère Philippe prend une part active aux travaux de cette assemblée dont les travaux sont longs et fructueux. La règle donnée par J. - B. de la Salle, la fameuse Conduite est révisée. Des enseignements nouveaux : dessin linéaire, histoire et géographie font leur entrée à l'école primaire.

Auteur de manuels scolaires

Frère Philippe qui a déjà rédigé un manuel scolaire, La géométrie pratique appliquée au dessin linéaire (1826), s'intéresse particulièrement à la rénovation des livres utilisés dans les écoles des Frères. L'Institut continue avec lui un obscur mais fructueux travail de modernisation des manuels scolaires qui va se poursuivre pendant plusieurs décennies. Il rédige lui-même plusieurs ouvrages, signant modestement des initiales F. P. B. D'autres, portant la mention "par une réunion de professeurs", sont le fruit du travail collectif de groupes de Frères enseignants. En 1874, un inspecteur général de l'université jugera favorablement cette imposante bibliothèque de manuels scolaires :

Ils sont pour la plupart au nombre des meilleurs... Ces livres, tous remaniés à différentes reprises, parfois même entièrement refaits à nouveau, et complétés par d'autres, sous la direction du Frère Philippe, ont été l'objet d'améliorations et de perfectionnements successifs, afin d'être constamment mis en rapport avec les progrès de l'enseignement. (28)

Relevons, au passage, le Nouveau traité des Devoirs du chrétien envers Dieu, par F. P. B. (1839). Cet ouvrage original est un code de conduite à l'usage des élèves des établissements lasalliens, à la fois livre de prières, catéchisme expliqué et traité des règles de la bienséance. Le chapitre dix de cette dernière partie traite, par exemple, de la manière de bailler et de cracher (29). Mais ce sont les abrégés, petits ouvrages peu coûteux et très synthétiques, qui ont surtout sa faveur, car il a toujours le souci de la simplicité et de l'économie.

La formation de l'enseignant est essentielle. Déjà en 1685, à Reims, J. -B. de la Salle avait créé un "Séminaire de maîtres d'école", sorte d'école normale pour les instituteurs des écoles rurales. Le comité général de 1834 décide la création de petits noviciats qui recevront les élèves dès quatorze ans. Le premier ouvre en 1835 à la maison du St-Enfant-Jésus. Frère Philippe s'intéresse beaucoup à ces établissements. C'est son oeuvre de prédilection car la jeunesse est l'avenir de la congrégation. Comme il y a un petit noviciat dans le sein même de la maison mère, il peut fréquemment rencontrer les jeunes novices. C'est pour lui un bain de jouvence.

L'abandon de la férule

La pédagogie des Frères des Ecoles Chrétiennes a aussi des points faibles et, bien sûr, des détracteurs. Un recteur de l'académie de Poitiers, Gabriel Compayré, analyse avec un certain recul des aspects contestables de ce qui se pratiquait au XIXème siècle. Il parle de l'espionnage encouragé et même organisé entre les élèves, de la crainte des châtiments érigée en règle de conduite, des punitions corporelles en honneur, de la férule et des verges substituées à l'autorité morale du maître... (30).Cependant ces méthodes n'étaient pas l'apanage des Frères qui ne faisaient que suivre ce qui se pratiquait dans la plupart des écoles, des séminaires et des collèges.

Dans ce domaine, Frère Philippe n'est pas toujours à l'avant-garde. En 1845, il exhortait les Frères à supprimer les châtiments corporels, pourtant, à la fin de sa vie, il avoue que ce sont des circonstances impérieuses qui ont obligé les Frères à supprimer dans leurs classes les peines afflictives (31). La grosse férule, instrument de deux morceaux de cuir cousus ensemble, long de dix à douze pouces, y compris le manche pour le tenir, comme la décrit la Conduite des Ecoles Chrétiennes, a d'abord été réduite dans ses dimensions (32). On est passé à la petite férule avant d'abandonner tout châtiment corporel, mais un peu comme à regret.

A partir du moment où les maîtres n'ont plus eu la même latitude pour les moyens de répression, ils ont cherché à utiliser l'émulation entre leurs élèves pour obtenir de meilleurs résultats. Cependant, malgré cette amélioration notable, Gabriel Compayré pense que l'esprit général restait le même : défiance de la nature humaine, discipline extérieure et de contrainte, plutôt qu'éducation morale dans la liberté réglée.... Selon lui la pédagogie des Frères demeure une pédagogie d'ordre inférieur, en ce sens qu'elle traite l'enfant comme une machine plutôt que comme une future personne libre...

On reproche encore à la pédagogie des Frères d'être trop pratique : elle n'excelle, dit encore Gabriel Compayré, que dans les études où l'habitude matérielle de la main joue un plus grand rôle que le jugement et la force de l'esprit, je veux dire dans l'écriture, le dessin et la cartographie... Cette appréciation est trop générale et simpliste mais recèle une part de vérité. La mémoire, les travaux pratiques tiennent une large place, un peu au détriment de la réflexion et de la culture générale (33).

L'Institut, avec ses "cours supérieurs", ses écoles professionnelles et commerciales veut préparer l'élève à son futur devoir d'état, en faire un bon commis, un commerçant avisé, un artisan habile. C'est déjà une amélioration mais on n'envisage pas qu'on puisse changer de classe sociale et exercer, par exemple, une profession libérale. Avocats, médecins, pharmaciens, notaires doivent passer par les collèges, séminaires ou lycées. En ce sens, la doctrine de l'Institut, en matière d'éducation, est essentiellement conservatrice : améliorer la société, bien sûr, mais ne pas la modifier fondamentalement.

Frère Philippe, homme public

Frère Philippe, comme Supérieur général est l'interlocuteur des pouvoirs publics, principalement du ministère de l'instruction publique. Son Institut est, en effet, le premier ordre enseignant du pays. Les Frères constituent un important corps de professionnels. Ils utilisent les mêmes méthodes, les mêmes manuels. Ils peuvent accumuler et transmettre un savoir-faire, une expérience pédagogique alors que, pour les instituteurs laïcs, la formation est balbutiante, les niveaux très différents et les méthodes extrêmement variées. Même si leur enseignement est parfois imparfait - et c'est bien normal -, les religieux, avec leurs écoles primaires, écoles supérieures et pensionnats, constituent pour beaucoup d'éducateurs une référence, un modèle.

Pendant la Restauration, le régime est très favorable à l'Institut, peut-être trop ce qui va créer des difficultés à l'avènement de la monarchie de Juillet. Il faudra s'adapter à une situation nouvelle. Très pragmatique, Frère Philippe est un négociateur habile. Il sait tourner habilement tous les obstacles sans rien concéder sur le fond. C'est, dit-on, un roseau qui plie mais ne rompt pas. Il sait aussi faire évoluer l'Institut en assimilant les nouveautés qui lui paraissent bonnes. Il accepte, par exemple, la plupart des réformes introduites dans les écoles de la ville de Paris (34). Il réussit à redonner assez vite à l'Institut une situation enviable.

Frère Philippe, vice-ministre de l'Instruction publique

En revanche, la chute de la monarchie de Juillet n'entraîne pas de difficultés particulières pour l'Institut. Il faut dire que le Supérieur général est un homme particulièrement prudent. Il recommande fermement à ses Frères de ne se mêler, en aucune manière, des affaires politiques, de ne rien écrire, ne rien signer, ne rien dire, ne rien communiquer, même à des amis, sur ce sujet (35). Il demande la même réserve en ce qui concerne les rapports des religieux avec le clergé, qui rappelons-le, est alors salarié de l'Etat et appartient donc à la fonction publique.

Cependant, selon les circonstances, il sait adapter ses directives. Quelques jours après la chute de Louis-Philippe 1er, il envoie à toutes les communautés une circulaire bien significative. Rappelant qu'au-dessus de toutes les institutions humaines, Dieu et la Patrie demeurent, il rappelle que le devoir premier des religieux reste d'instruire le peuple :

Si cette tâche a toujours été importante, combien devient-elle plus digne d'exciter leur zèle sous le gouvernement de la République qui reconnaît les trois grands principes consacrés par l'Evangile : la liberté, l'égalité, la fraternité ! (36)

Frère Philippe, habituellement si réservé, se laisse gagner par le grand enthousiasme populaire qui marque l'avènement de la seconde République. Il va même plus loin en invitant les directeurs d'écoles à rendre visite aux autorités établies par le gouvernement provisoire (37) et à les assurer de leur actif concours...

Le Frère Philippe participe donc activement au travail des commissions chargées de préparer un nouveau projet de loi sur l'enseignement. En décembre 1850, le gouvernement du Prince-président veut l'honorer et lui propose une nouvelle fois la Légion d'honneur. Le ministre de l'Instruction publique lui écrit personnellement pour le féliciter (38). Il remercie et refuse, ne voulant pour lui aucune distinction, sinon celle de la plus exacte pratique des vertus de pauvreté et d'humilité (39).

A cette époque, il a des problèmes de santé : en 1852, il tombe gravement malade. Il souffre d'une pneumonie et on craint pour sa vie.

La question de la gratuité dans les écoles publiques

En 1853, une difficulté, latente depuis vingt années, prend un tour aigu : la gratuité dans les écoles communales tenues par les Frères. Les religieux ont, le plus souvent, été appelés par des municipalités pour tenir les écoles communales. Suivant les règles données par leur fondateur, ils n'exigent aucune rétribution de la part des familles. En revanche, ils reçoivent, pour leur subsistance, un traitement comme instituteurs communaux. Naturellement les communes ont tendance à donner le minimum. De plus elles essaient de faire contribuer les familles en établissant une rétribution scolaire, au moins pour les plus aisées.

Le décret impérial du 31 décembre 1853 et l'instruction ministérielle du 31 janvier 1854 pressent les municipalité de généraliser la rétribution scolaire. Or les Frères, s'ils acceptent d'être salariés par les communes, ne veulent pas, pour les écoles primaires publiques, que les parents paient car cela pourrait entacher la réputation de désintéressement et d'impartialité dans les soins donnés aux élèves (40), réputation qui est l'honneur de l'Institut.

Il s'ensuit un bras de fer qui dure dix années, entre le Frère Philippe soutenu par le Régime et approuvé par les chapitres généraux de 1854 et 1858 et l'administration. En 1861, à bout d'expédients et menacé d'une rupture éclatante avec le gouvernement , le Frère Philippe doit céder. Il n'y aura plus gratuité absolue dans les écoles publiques tenues par les religieux (41).

La dispense du service militaire

La dispense du service militaire pour les religieux est une autre cause de tension avec le gouvernement. Depuis 1804, date de la réorganisation de l'Institut, les Frères étaient dispensés du service militaire grâce à une jurisprudence bienveillante mais sans qu'une loi précise leur accorde formellement ce droit. A la demande du Frère Philippe, l'article 79 de la loi organique du 15 mars 1850 confirme cette pratique. Le ministre de l'Instruction publique est alors le comte de Falloux qui avait nommé le Supérieur général de l'Institut membre de la commission mixte préparant la loi.

Mais, en 1866, le Sénat précise que les Frères dispensés doivent "tous" accomplir leur engagement dans les écoles publiques, décision logique mais qui complique beaucoup l'administration de la congrégation car les Frères tiennent concurremment des écoles communales publiques et des pensionnats payants. En 1867, on pense même obliger les jeunes religieux à prendre part aux exercices de la garde nationale. Cela perturberait les communautés et, surtout, nuirait grandement au recrutement de l'Institut.

Le Frère Philippe utilise toute son influence pour combattre ces projets. Finalement la loi du 1erfévrier 1868 lui donne satisfaction ; elle étend même la dispense de service militaire à tous les instituteurs, qu'ils soient titulaires ou adjoints.

Les voyages à Rome

Frère Philippe effectue, comme Supérieur général, cinq voyages à Rome. Il personnifie sa congrégation. Ces voyages à Rome sont pour lui et son Institut, des moments particulièrement gratifiants.

En mai 1859, il est reçu par le pape Pie IX pour une visite ad limina. Il retourne dans la Ville éternelle en 1862 pour la canonisation des martyrs du Japon. Insigne honneur, Sa Sainteté s'adresse directement à lui dans la salle des audiences remplie de visiteurs : "Philippe, où trouverons-nous assez de pain pour tout ce monde ? (Jean, VI,5) Le Supérieur général se prosterne alors aux pieds de Pie IX. Cette scène est représentée sur un vitrail de l'église d'Apinac.

Le troisième voyage a lieu en juin 1867 pour la célébration du dix-huitième centenaire du martyre de saint Pierre et de saint Paul. Une nouvelle fois, le pape s'adresse à lui en termes flatteurs, le présentant à toute l'assistance : Voici le Frère Philippe, dont le nom est connu dans tout l'univers ! Et Frère Philippe répond sans s'émouvoir : Très Saint Père, il va l'être maintenant à Madagascar, car nous y faisons des établissements. Il y aura encore deux autres séjours à Rome : en décembre 1869, à l'occasion de l'ouverture du concile oecuménique du Vatican et, enfin, peu de temps avant sa mort, un dernier voyage, en 1872.

Ces visites à Rome sont une sorte de couronnement au bout du long chemin qu'a parcouru le petit Frère issu des monts du Forez. C'est aussi, aux yeux de la chrétienté, une extraordinaire promotion de la congrégation tout entière.

3 - Un Forézien très attaché au pays village natal

Les proches de Frère Philippe

Mathieu Bransiet est un homme fidèle en amitié. Nous avons déjà parlé de Frère Calixte qui fut son ami pendant plus de cinquante ans. C'est à Soissons, nous l'avons dit, que Frère Philippe rencontre en 1816, un jeune religieux de dix-neuf ans qui assurait la grande classe de l'école des Frères. Entre Frère Philippe et Frère Calixte commence une longue amitié. Devenu Supérieur général, Mathieu Bransiet retrouvera le Frère Calixte comme un de ses Assistants et son principal collaborateur. Leur collaboration durera trente-cinq ans.

A la mort de Frère Philippe, Frère Calixte, comme premier Assistant, est chargé d'organiser les funérailles de convoquer le Chapitre général et d'administrer provisoirement l'Institut en attendant l'élection du nouveau Supérieur. Ayant rempli ses dernières missions, il meurt cinq mois seulement après son ami qui avait été la moitié de son âme (42).

Frère Philippe a aussi la chance d'avoir eu longtemps près de lui son jeune Frère Jean-Mathieu devenu, lui aussi, religieux sous le nom de Frère Arthème. Les deux Frères sont très liés même s'ils sont bien différents de caractère. Quelques lettres de Frère Arthème sont conservées dans les archives familiales des Bransiet. Elles nous permettent d'esquisser quelques aspects de sa personnalité. L'écriture est soignée, la signature alambiquée. Il y a quelques fautes d'orthographe et Frère Arthème utilise volontiers des tournures archaïques : "avoit", "vouloit"... Surtout le ton est sérieux, voire compassé, et le style beaucoup moins spontané que celui de Frère Philippe. Frère Arthème est un homme sérieux, grave qui ne paraît pas sourire facilement. C'est certainement un bon religieux, pieux et plein de zèle, un homme consciencieux. Il semble très attaché à la règle et aux apparences mais peut-être manque-t-il un peu d'ouverture d'esprit ? Il n'a pas, évidemment, l'envergure de son Frère aîné qu'il admire beaucoup. Frère Philippe, pour sa part, témoigne beaucoup d'affection à son jeune Frère et ne lui ménage ni les compliments ni les encouragements. Frère Arthème exercera d'importantes responsabilités au sein de l'Institut.

La famille restée à Apinac

Les lettres que Frère Philippe adresse à sa famille et à ses amis d'Apinac donnent des indications précieuses sur les liens très forts qu'il conservait avec ses proches parents et les gens du pays natal. Dans ces lettres intimes, il a l'occasion d'exprimer des sentiments personnels et, parfois, de dévoiler son opinion sur la situation politique alors que, dans les correspondances qui relèvent de sa charge, il se montre toujours particulièrement réservé.

"A ma très chère Mère"


Sa famille compte beaucoup pour lui. Il vénère ses parents, les donnant souvent en exemple. Sa mère tient la première place dans son cœur. Quatre lettres, parmi la douzaine de missives qui ont été conservées dans les archives familiales des Bransiet, sont adressées à Madame Marie Anne Varagnat, veuve Bransiet. Elles couvrent une dizaine d'années de 1822 à 1832. Il s'adresse à sa très chère Mère avec un respect infini et en la vouvoyant, à l'ancienne mode.

Une première lettre, datée de Metz, le 8ème août 1822 (43) est presque exclusivement consacrée à décrire l'itinéraire précis que devra suivre un de ses jeunes Frères qui doit le rejoindre à Metz, sans doute pour devenir, lui aussi, religieux. Ce jeune garçon n'a, semble-t-il, jamais quitté son village natal et parle seulement le patois aussi Frère Philippe s'efforce-t-il de rassurer sa famille : Soyez tranquilles il ne lui arrivera rien de désagréable, il suffit qu'il sache dire deux mots de français, savoir lorsqu'on lui demandera où il va : "Je vais à Metz voir mon Frère pour demeurer avec lui" et dans les maisons de Frères, "je suis le Frère du cher Frère Philippe Directeur à Metz.

A cette époque le réseau des écoles de Frères est déjà dense et Frère Philippe se plaît à énumérer les nombreuses villes où des communautés de religieux s'empresseront de prendre en charge le jeune voyageur : Saint-Bonnet, Lyon, Trévoux, Villefranche, Mâcon, Châlons, Beaune, Dijon, Langres, Nancy et Metz. Le voyage n'a finalement pas lieu puisque, l'année suivante, il est encore question de ce déplacement alors que le Frère Philippe est devenu Visiteur des écoles de Paris(44) .

Une deuxième lettre envoyée de Paris et datée du 12 août 1830 est écrite dans un autre registre, beaucoup plus grave. Elle évoque les journées révolutionnaires de juillet, les 26, 27 et 28, les Trois Glorieuses qui ont amené la chute du roi Charles X. Il commence par rassurer sa famille qui, bien qu'à Apinac, a probablement eu un écho des graves événements qui se sont déroulés à Paris : ... Je vous écris la présente pour vous tranquilliser et vous dire que nous continuons nos petites fonctions sans que rien n'y mette obstacle...

C'est d'abord la situation de l'Eglise qui le préoccupe :

Il paraît que la Religion sera respectée et que les prêtres seront payés à peu près comme par le passé. L'office se continue et s'est toujours continué à Paris, sans interruption. Les églises sont ouvertes comme de coutume. Il est vrai qu'il y a des évêques et des prêtres qu'on poursuit, mais je ne crois pas que ce soit pour des raisons de religion, mais pour des opinions, dit-on, qu'ils n'auraient pas dû émettre...

Les autres sont tranquilles, chaque paroisse de Paris a fait un service pour les morts des furieuses journées du 27, 28 et 29 juillet... On en a enterrés dans les églises, dans des places, dans des rues et peu au cimetière, on en a jetés beaucoup à la rivière, il y en avait trop pour pouvoir les porter aux cimetières des environs de Paris. On fait maintenant des quêtes, pour les blessés et les parens des morts (...)


Frère Philippe désapprouve les chrétiens et, encore plus, les membres du clergé qui se mêlent de politique. Lui-même ne donne pas clairement son opinion mais la laisse deviner. Il est légitimiste mais en privé, au fond de son cœur. Les affaires de César ne l'intéressent pas, pour lui importent seulement celles de Dieu :

Je n'ai pas besoin de vous déclarer mon opinion à l'égard de toutes ces affaires, vous la deviner sans doute ; mais il faut de la prudence et de la modération, au reste j'aime à croire que soutenant les principes puisés dans la maison paternelle nous nous occuperons les uns et les autres des affaires de l'éternité plus que de celles du temps, étrangers aux choses de ce monde nous travaillerons pour l'autre et personne ne pourra s'en formaliser, fidèles aux lois établis dans la société nous ne le serons pas moins à celles du Seigneur, gardant sur tous les arrangemens (sic) politiques le silence le plus profond, nous nous occuperons à remplir les fonctions et les obligations de la vie chrétienne. Si toutes les personnes de Religion avaient pris ce sage parti, personne n'aurait blâmé leur conduite et la religion aurait paru plus respectable.

Il termine sa lettre par une longue exhortation à tous les siens afin qu'ils se détachent du monde et puissent gagner ensemble le bonheur éternel :


Quoi qu'il en soit rapportant le tout à Dieu attachons-nous de plus en plus à lui, servons-le fidèlement, nous avons le bonheur de connaître la religion, ses préceptes, ses récompenses, ne nous laissons pas tromper par les séductions artificieuses des ennemis de notre salut. Laissons le monde et les biens de ce monde, abandonnons la terre et son bonheur éphémère à ceux qui veulent s'en contenter (...) Ne nous mêlons pas des choses du gouvernement, répondons à ceux qui voudraient connaître notre sentiment que nous ne savons qu'obéir en ce qui est juste et légitime mais que du reste nous n'entrons dans aucun démêlé...

Allons chère et bonne mère, chers frères et chères sœurs, du courage et de l'espérance de nous voir un jour dans le ciel... Encore une fois soyez tranquilles à notre égard. Nous avons soin de ce qui nous regarde et de temps en temps nous vous dirons un mot, surtout s'il survenait quelque chose d'extraordinaire.


Et, peut-être par prudence, il signe Bransiet au lieu de Frère Philippe comme il le faisait habituellement.

Dans une nouvelle brève missive du 12 novembre 1831, Frère Philippe se montre plus rassurant même s'il reste des incertitudes pour l'avenir : Nous nous portons bien, Dieu merci, et sommes toujours tranquilles. Nos affaires vont toujours passablement et nous espérons beaucoup de les voir continuer.

Il ne manque pas de s'apitoyer sur la misère du peuple de Paris : Tout est tranquille dans la capitale, le plus grand calme y règne malgré la misère qui accable la classe ouvrière et qui annonce un hiver bien douloureux pour les pauvres gens.

Une dernière lettre adressée de Paris à Madame Veuve Bransiet, en juin 1832, rend compte, à chaud, des événements dramatiques qui se sont déroulés à Paris à l'occasion des funérailles du général Lamarque, un chef républicain. Les républicains tentent de marcher sur le palais des Tuileries et il faut deux jours pour que les restes de l'insurrection soient écrasés autour du cloître Saint-Merry. La lettre est écrite sur deux jours et sa deuxième partie est plus rassurante. Ses sentiments antirépublicains sont, cette fois, nettement exprimés. Il donne aussi des nouvelles de son frère qui, alors, n'est plus auprès de lui :

Sans doute que le bruit public vous a déjà appris qu'à peine le choléra commençait à laisser quelque sécurité aux habitans de la capitale qui avaient échappé à ses coups meurtriers, qu'un fléau plus funeste encore pèse sur les habitans de cette cité. Voilà déjà plus de 24 heures que la fusillade retentit à nos oreilles et glace le peuple d'un juste tremblement d'effroi ! que de victimes ont payé le tribut aux passions humaines et savoir combien il y en aura encore ?

Cependant grace (sic) à Dieu il ne nous est encore rien arrivé et nous espérons le reste de la protection de la Très Ste Vierge.


Je viens de voir mon frère afin de pouvoir vous en donner de plus sures (sic) nouvelles ; car il se trouvait bien près du feu... Il n'est rien arrivé non plus à sa communauté, j'ai trouvé tout son monde gai et tranquille. Les voisins s'étaient offerts à les protéger en cas de besoin ; mais jusqu'à présent il n'en a pas été besoin. Demain, je vous dirai.

Aujourd'hui, le calme est rétabli, chacun est rentré dans l'ordre, le gouvernement triomphe complètement (la troupe s'est comportée avec un très grand courage) ; mais il y a un très grand nombre de morts... Ce trouble vint de ce que les Républicains assistant à l'enterrement du général Lamarque s'avisèrent de crier "vive la République", alors ils prirent des armes, tuèrent quelques soldats et s'emparèrent de plusieurs Portes, enfin s'attroupèrent au nombre de 20 à 30 mille, heureusement le gouvernement s'était précautionné, et les pauvres Républicains ont été battus à platte
(sic) couture et nous voilà tranquilles "Dieu merci" ! Ainsi soyez sans inquiétude à notre égard, il y a apparence que les partis opposés au gouvernement n'oseront faire des entreprises contre lui...
Frère Philippe, sans doute pressé et ému, fait plusieurs fautes d'orthographe (ce qui lui arrive rarement), souligne des mots de son texte et conclut sa lettre par une formule particulièrement cérémonieuse : Tout à vous en Jésus, Ma chère Mère, Votre dévoué serviteur, F. Philippe.


Notons encore que des voisins se sont offerts pour aider les Frères. C'est très significatif de la place de ces religieux dans la nation. En cas de troubles, ils sont en danger bien que ceux qui les connaissent cherchent à les protéger. On retrouve toujours cette grande difficulté, en 1830, en 1848 et au moment de la Commune de Paris. Les Frères qui vivent pauvrement sont proches du peuple et à son service cependant ils appartiennent à une Eglise qui est officiellement liée au pouvoir politique et qui apparaît donc comme une ennemie aux yeux des révolutionnaires.

A la sœur des Anges du couvent Saint-Joseph d' Apinac

Nous possédons seulement deux lettres adressées par Frère Philippe à sa sœur qui est devenue religieuse dans le couvent des sœurs St-Joseph d'Apinac. Ce sont, sans doute, les plus représentatives de la correspondance qu'ont tenue le frère et la sœur. Frère Philippe s'adresse avec un grand respect à sa soeur des Anges, au couvent Saint-Joseph d'Apinac. Il la vouvoie comme sa mère et ne manque pas de conclure par une formule de politesse d'une haute élévation : Tout à vous en Jésus et Marie, F. Philippe.

La première lettre datée du 24 avril 1836, donc après le décès de la mère de Frère Philippe, comprend deux parties bien différentes. Répondant à sa soeur religieuse, il commence par un entretien spirituel avec elle :

C'est toujours avec un nouveau plaisir que je reçois de vos nouvelles, spécialement lorsque la religion et la gloire de Dieu y ont la plus grande part... Bien volontiers j'unirai mes faibles prières à vos intentions le jour de la Circoncision de Jésus-Christ... Très certainement nous prions pour nos parents défunts, aucun jour ne se passe sans un et même plusieurs mémentos ; mais nous prendrons bien volontiers le lundi de chaque semaine pour nous souvenir d'eux, et si vous voulez nous ferons la communion du premier dimanche de chaque mois à leur intention...

Dans la deuxième moitié de la même lettre le ton est tout à fait différent, presque primesautier. Il parle de sa santé, de ses performances en ce qui concerne la marche à pied peut-être avec un brin de vantardise. Ne fait-il pas parfois jusqu'à 88 km par jour ? On sent plus de familiarité, de spontanéité, même si le langage reste toujours recherché.

Espérons, ma chère et bonne sœur que si nous ne nous voyons pas ici bas, bientôt nous nous verrons dans le ciel, puisque comme vous le dites nous commençons à nous faire vieux ! Déjà 44 ans pèsent sur ma tête...


Je suis cependant encore bien leste, et je vous réponds que je fais payer cher l'honneur de m'accompagner lorsque je prends un Frère avec moi pour courir dans Paris, il y en a peu qui n'aient besoin de changer de chemise en arrivant ! Je ne crois cependant pas que je pourrais, comme autrefois, faire jusqu'à 22 lieues par jour.


Je vous scandalise peut-être, c'est un moment de gaieté, pour moi, de vous écrire, ma [plume] coule sans fatigue, et je vous parlerais jusqu'à demain s'il ne fallait me livrer à d'autres occupations, c'est pour cela que je suis obligé de terminer ; souffrez que ce soit en vous souhaitant ainsi qu'à vos bonnes et ferventes compagnes, la plus sainte et la plus heureuse des années...

Le 4 janvier 1857, sous le coup d'une vive émotion, Frère Philippe écrit à la Sœur des Anges et à ses sœurs du couvent d'Apinac en précisant d'emblée : Quoique cette lettre soit adressée à la bonne sœur des Anges, elle est cependant pour tous. L'écriture est rapide et négligée contrairement à son habitude. Autres faits inhabituels, il utilise du papier à l'en-tête de l'Institut avec une marge est très importante suivant ce qui se pratique pour le courrier officiel.

Il s'agit d'annoncer un fait divers dramatique qui, visiblement, l'a bouleversé : l'assassinat de Mgr Marie Sibour, archevêque de Paris. Né à St-Paul-Trois-Châteaux en 1792, il était devenu archevêque de Paris en 1848.Il fut assassiné le 3 janvier 1857, alors qu'il officiait à Saint-Etienne-du-Mont, par Verger, un déséquilibré mental qui était prêtre interdit. Voici la version des faits donnée par Frère Philippe :

Notre bon et excellent Archevêque vient d'être assassiné par un mauvais Prêtre ! quelle horreur !! Le mercredi 31 j'eus le plaisir de voir ce s[ain]t homme pour lui souhaiter la bonne année. Le 2 je lui présentai tous nos Frères (...) des maisons de Paris et des faubourgs, et nous fûmes reçus de la manière la plus affectueuse (...)

Hier 3 janvier, fête de Ste Geneviève, Patronne de Paris, il alla ouvrir la neuvaine par les vêpres, un sermon, la procession qui devait être suivie de la Bénédiction. Mais voilà qu'en retournant au chœur ce scélérat, en habits bourgeois se précipite sur lui et lui enfonce un poignard dans le cœur. De suite on prend le pauvre archevêque et on le porte à la sacristie et de là chez Mr le Curé dont une porte donne dans la sacristie. Le C[her].F[rère]. Angel (Maisonneuve) fut un de ceux qui portèrent Monseigneur et il fut même le premier à s'apercevoir qu'au lieu de porter un vivant on portait un mort. Lui-même déboutonna les habits de Monseigneur pour voir si l'air ne lui rendrait pas la respiration, mais inutilement. Il était mort. Plusieurs de nos Frères ont vu le pauvre archevêque tombant sur le coup au milieu de son clergé qui n'a vu l'affaire que quand il n'était plus temps, ce monstre s'étant précipité sur lui avec une fureur vraiment diabolique. Tout Paris est en deuil !!

A une heure aujourd'hui, je devais aller souhaiter la bonne année à l'Empereur, mais je ne sais pas encore s'il recevra aujourd'hui, à cause de cet attentat qui navre tout le monde de chagrin (...)
Voilà ce que peut un malheureux qui a abusé de la grâce dans sa vocation et qui par sa conduite a mérité d'être interdit... Tuer son archevêque dans l'église pendant les saints offices !
Notons que Frère Philippe met en relief le rôle positif joué dans ce drame par les Frères et particulièrement par le Frère Maisonneuve qui devait être connu à Apinac.


Il est profondément indigné mais cependant reste mesuré pour qualifié l'assassin ; il parle de "scélérat", de "fureur vraiment diabolique", de "monstre" mais achève sa lettre avec le mot "malheureux" qui indique que, finalement, le meurtrier est aussi un homme à plaindre. Ce courrier nous éclaire aussi sur les relations, très cordiales, qu'entretient la congrégation avec l'archevêché de Paris. Indirectement, nous découvrons les hautes fonctions de Frère Philippe. Comme chef de l'Institut, il est de ceux, qui suivant le protocole, souhaitent la bonne année à l'Empereur. Deux aspects sont particulièrement frappants dans cette missive : d'une part il exprime spontanément ses sentiments personnels, d'autre part il le fait - ce qui est exceptionnel - avec l'autorité et les moyens de ses fonctions officielles de Supérieur général.

Des devoirs pour Julie et Jeanne Marie


Frère Philippe s'intéresse beaucoup à l'éducation des enfants de sa famille. Nous le voyons se pencher avec sollicitude sur les résultats scolaires de ses nièces, Julie et Jeanne Marie, les demoiselles Bransiet, pensionnaires chez les sœurs St-Charles à St-Bonnet-le-Château. Il leur adresse un copieux programme de devoirs avec des exercices qu'il a lui-même composés spécialement pour elles et il ne manque jamais de leur prodiguer de bons conseils :
Soyez toujours bien sages, bien laborieuses, bien édifiantes ; travaillez bien en classe, dormez bien au dortoir, jouez bien en récréation ; mais surtout soyez bien ferventes dans vos prières...(45) Tout un règlement de vie.

Ces feuillets ont été pieusement conservés dans les archives de famille des Bransiet. Il s'agit de problèmes d'arithmétique avec utilisation de la fameuse règle de trois, d'exercices sur les fractions, de questions de petite physique, d'exercices de grammaire, de sujets de rédaction, d'un peu d'histoire et, même, de catéchisme. Les mathématiques, avec des problèmes concernant la vie courante, constituent la plus grande partie des devoirs proposés ce qui ne nous étonne pas connaissant l'intérêt que portaient les Frères des écoles chrétiennes pour les disciplines ayant des applications bien concrètes. Mais peut-être aussi, les nièces avaient-elles des difficultés dans cette matière ?
Les devoirs lui sont renvoyés, semaine après semaine, et le bon religieux prend la peine de les corriger personnellement avant de renvoyer une sorte de bulletin scolaire émaillé de conseils pédagogiques et de remarques encourageantes (46).

Les bons amis de Gachat

Les archives familiales des Bransiet conservent plusieurs lettres adressées par le Frère Philippe à son Frère Antoine Bransiet qui habite la maison familiale de Gachat à Apinac. Il ne s'agit, probablement, que d'une petite partie d'une correspondance beaucoup plus importante. Pourtant ces lettres, destinées à toute sa famille, nous présentent d'autres aspects intéressants de la personnalité du religieux et des liens qui l'unissaient à sa famille et à son village natal.

Ainsi le 2 novembre 1839, il écrit de Bordeaux afin de s'excuser de ne pouvoir venir à Apinac comme prévu. Suit une réflexion sur le recrutement des Frères, une des premières préoccupations de Frère Philippe. Il souhaite recevoir des jeunes gens qui désirent se consacrer à Dieu et ne pas seulement s'instruire puis ensuite quitter l'institut. Des jeunes gens du haut Forez sont concernés par ce recrutement et Frère Philippe indique qu'il les recevra de son mieux à la maison mère, 156, faubourg St-Martin. L'Institut recherche en effet de jeunes garçons intelligents issus de la France catholique et rurale. Eduqués au noviciat pour devenir des maîtres d'école, ils présentent souvent les qualités requises : simplicité, honnêteté, bon sens, équilibre, générosité et aucune des perversions de la "ville". Ce type de recrutement a été pendant longtemps une des grandes forces de l'Institut.

Comme d'habitude un paragraphe est consacré à l'union de toute la famille dans la religion :

J'aime à croire que vous vous portez bien tous et que vous êtes toujours heureux, toujours pieux et toujours bien unis entre vous, je le souhaite de tout mon cœur. Dans cette vue il faudra vous préparer tous à communier le jour de Noël. Nous nous unirons d'intention et nous demanderons les uns pour les autres la grâce de vivre saintement et de nous trouver ensemble dans le ciel avec nos bons [parents].

Il implique d'ailleurs toute la famille dans des oeuvres de piété puisqu'il demande qu'on lui adresse d'Apinac des listes de personnes affiliées à l'Association du St-Cœur de Marie. Grand voyageur, il ajoute quelques lignes sur les grands trajets qu'il effectue qui devaient toujours étonner les habitants d'Apinac :

J'ai commencé cette lettre à Bordeaux et je la finis à Limoges, j'ai fait comme vous voyez du chemin depuis ce temps, c'est-à-dire en 8 jours ; j'ai vu Blaye, Libourne, Périgueux, Brive, Tulle et Uzerches, maintenant je vais aller à Poitiers (souligné), à Tours, à Blois et en passant à Orléans je me rendrai à Paris où j'espère être vers le 20.


Il glisse juste une petite note sur sa santé :

Je me porte toujours bien Dieu merci, j'ai un peu sommeil à cause des nuits que je passe en voiture, une fois arrivé à Paris je me reposerai avant de repartir.

Tout à la fin, Frère Philippe, pourtant modeste, laisse échapper une appréciation sur sa tâche de Supérieur général. Il paraît assez satisfait de son action :

Je suis reçu partout d'une manière admirable, j'espère que ce ne sera pas sans fruit, car Dieu merci on paraît goûter ce que je dis.

Le Très Honoré Frère nous apparaît alors comme un homme dans sa maturité qui exerce sereinement et avec la plénitude de ses moyens une importante charge. La formule finale de sa lettre est d'ailleurs beaucoup plus familière : Je me recommande à vos prières et vous embrasse tous en Jésus et Marie. F. Philippe.

Un post-scriptum confirme encore cette bonhomie : Frère Philippe demande à son frère Antoine s'il a fini son four à pain et un cabinet avec une chambre au-dessus pour l'héberger quand il se rendra au pays.

Dans une autre lettre datée de 1841 et écrite alors que Frère Philippe est à St-Etienne, nous le voyons remercier chaleureusement ses bons amis d'Apinac pour la façon dont il a été reçu lors d'un récent retour au village de son enfance : Nous remercions bien tous vos bons voisins et amis du charmant accueil qu'ils nous ont fait, nous avons été ravis des prévenances de M. le Curé, de M. le Vicaire, de M. le Maire.

Il faut dire que ses visites à Apinac sont autant de fêtes. C'est un grand honneur pour le modeste hameau de Gachat, et même pour la paroisse tout entière de recevoir un aussi illustre personnage.
Dans la même lettre, Frère Philippe indique que son frère religieux, Frère Arthème, a été malade mais qu'il se remet. Il s'enquiert encore d'un cadeau qu'il a fait aux religieuses St-Joseph. Le lustre qu'elles ont reçu pour orner leur chapelle leur convient-il ? C'est aussi l'occasion pour lui d'évoquer un projet qui lui est très cher : la construction d'une nouvelle église à Apinac. Nous reviendrons sur cette réalisation.

Une nouvelle fois, il est question de recruter des jeunes gens au pays. Enfin, toujours un peu facétieux, il invite ses parents à jouer un "tour" au Frère Arthème. Il s'agit d'aller le chercher directement à St-Etienne sans le prévenir afin de lui faire une agréable surprise.
Dans d'autres lettres il donne à ses parents, avec un brin de coquetterie, des détails sur ses importantes activités. Ainsi, il écrit, le 23 novembre 1857 de Paris :

Je vous aurais peut-être donné de mes nouvelles plus tôt ; mais je viens de passer une semaine à Beauvais où nous avons un établissement assez considérable.
Il se compose :
1° D'une vingtaine de jeunes gens de 20 à 25 ans auxquels on enseigne tout ce qui constitue la culture et l'éducation des bestiaux.
2° De 68 jeunes gens qui se préparent à être maîtres d'école ; on les instruit pour avoir leur Brevet.
3° D'un assez bon nombre de pensionnaires ordinaires et,
4° d'un pareil nombre de demi-pensionnaires.
Vous voyez qu'il y a de quoi faire.
Toute ma semaine a été employée à faire des examens et voir comment les choses se font...
Il utilise maintenant couramment le papier à en-tête de l'Institut et laisse une marge très importante. Le Supérieur général exerce pleinement ses fonctions et s'y sent visiblement à son aise :
J'ai été très content, et je crois que nos Frères ainsi que les élèves l'ont été également de moi ; tout s'est bien passé, Dieu merci.


Pour la première fois apparaissent les considérations météorologiques. Est-ce un effet de l'âge ? Elles sont cependant si importantes à la campagne !

Le 13 mai 1959, il écrit de la Ville éternelle à son frère Antoine. C'est son premier voyage à Rome au cours duquel il va rencontrer le pape Pie IX. C'est un message très bref, comme une carte postale. Frère Philippe met une certaine fierté, ou un peu de malice, à faire une longue énumération de villes italiennes où il est passé et où les Frères ont des établissements :

J'ai fait joliment de chemin depuis ma dernière lettre puisque j'ai été à Livourne, Florence, Fourlier [Forli], Ravennes, Sinazalier [Sogliano], Rimini, Ancone, Lorette, Spolette, Perouze, Orviette, Assise, Nocera, Aquapendente, Bolsène, Viterbe, Soriano, Cornette, Civita... puis me voilà de retour à Rome où j'ai encore quelque chose à faire. Je pense être à Marseille le 23 courant, je vous écrirai de là pour vous dire le reste. En attendant bien des compliments à tous les amis. Je vous embrasse tous en J.M.J.


Qu'un cœur et qu'une âme !

Frère Philippe n'oublie jamais les siens et veut amasser pour eux des biens spirituels. En avril 1859, lors de son premier voyage à Rome, il demande au pape de lui accorder ainsi qu'à tous les membres de sa famille jusqu'à la troisième génération une indulgence de cent jours chaque fois qu'ils diront l'invocation : Jésus, Marie, Joseph bénissez-nous et une indulgence plénière à l'heure de la mort en disant la même invocation.

La dernière lettre que nous possédons de Frère Philippe est particulièrement émouvante. Il s'agit d'une courte missive écrite le 31 mai 1873 après le dernier voyage à Rome et sept mois avant sa mort. L'écriture est moins lisible, la salutation finale simplifiée : La lettre a été rédigée rapidement mais avec beaucoup de spontanéité.

Il y parle de sa santé. Il avait été très fatigué quelques mois plus tôt et il a maintenant quatre-vingts ans. La lettre est essentiellement familiale : préoccupation au sujet de la santé de Julie Virginie, énumération des membres de la famille à qui il s'adresse familièrement en donnant à chacun son prénom.

Il dit sa satisfaction de les voir tous bien unis, et rappelle sa conception de la vie familiale : n'avoir qu'un coeur et qu'une âme car c'est le seul bien de la vie de famille. Il conclut Tout à vous en Jésus Marie Joseph. On sent vraiment toute l'importance qu'a pour lui sa famille. Il s'agit d'une lettre d'adieu où il met tout son coeur.

Dans le domaine spirituel, l'influence exercée par le Frère Philippe sur sa famille a été profonde et durable. On la mesure aux vocations religieuses qui se sont révélées parmi ses proches. Outre sa sœur Anne Marie, en religion la sœur des Anges et son jeune frère, le Frère Arthème, la famille Bransiet offre encore à l'Eglise un de ses neveux, le Frère Basile-Antoine, de l'Institut des Ecoles Chrétiennes, et deux nièces, respectivement sœur de St-Joseph du Puy et religieuse trinitaire. Cette dernière, Catherine Bransiet, jouera d'ailleurs un rôle important dans sa congrégation.

Un vicaire pour Apinac, le village natal

Tout le long de sa vie, Mathieu Bransiet s'intéressera à sa paroisse natale. Il ne termine jamais une lettre adressée aux siens sans demander que l'on présente ses hommages au curé d'Apinac. De loin, il a tendance à idéaliser son village et l'esprit religieux de ses habitants. Mais Apinac n'est pas Bethléem et il a quelquefois des désillusions. Répondant à sa sœur religieuse qui lui a sans doute fait part du manque de zèle de quelques personnes, il écrit, sincèrement désolé :

Ce que vous me dites du peu de religion de la paroisse me peine sensiblement, je la croyais la plus pieuse du monde... hélas combien Dieu est oublié ; on ne pense guère qu'on a une âme à sauver, un paradis à gagner.
(47)


Frère Philippe, bien que vivant loin de sa paroisse natale, continue à s'intéresser à ce qui se passe à Apinac. En 1841, nous le voyons intervenir auprès du ministère de la Justice et des Cultes pour qu'un vicaire soit nommé pour seconder le curé d'Apinac comme ce qui se pratique dans les paroisses importantes. Il obtient satisfaction. Le directeur de l'administration des Cultes lui écrit personnellement pour le féliciter (48).

La chapelle de Gachat et l'école de la Béate

C'est à son initiative que l'on doit la construction de la chapelle du hameau de Gachat qu'il place sous le vocable de Notre-Dame-de-Bon-Secours. Il veut, pour son village natal, un petit sanctuaire où l'on pourra dire la messe. Frère Philippe envoie, en janvier 1853, un petit tapis pour le sanctuaire. Lors d'une visite à Rome, en 1865, il obtient même du pape Pie IX qu'il accorde à l'autel de Gachat "le titre de privilégié pour les messes de Requiem".

La famille Bransiet détient encore aujourd'hui les clefs de ce modeste édifice toujours bien entretenu. La chapelle est décorée par un grand tableau, daté de 1864, représentant la Vierge entourée d'anges. Il a été réalisé par un Frère des Ecoles Chrétiennes. Plusieurs statues sont l'oeuvre d'un autre religieux, le frère Victor. Jusqu'à la dernière guerre, huit messes de fondation étaient dites chaque année pour la famille Bransiet, les habitants du village et leurs défunts (49).

Il y avait aussi une école de hameau qui recevait de douze à quinze élèves. La maîtresse d'école était une béate (50). Frère Philippe s'est aussi intéressé à cet établissement en dotant la béate. L'école est fermée depuis 1926 mais le petit bâtiment carré existe encore, à quelques pas de la chapelle. Il est, lui aussi, sous la garde des Bransiet.

L'installation des Frères à Apinac (51)

En 1844, le maire d'Apinac, M. Grillet, écrit au T. H. F. Philippe pour que des Frères des Ecoles Chrétiennes soient envoyés à Apinac. Deux ans après, le Supérieur général écrit au cardinal de Bonald, archevêque de Lyon, pour lui parler de ce projet. Le curé d'Apinac et ses principaux paroissiens s'adressent au Frère Philippe pour lui dire qu'ils attendent avec impatience l'arrivée des religieux et que, malgré la faiblesse de leurs ressources, ils feront tout leur possible pour leur installation : charrois, fourniture de bois... Le 6 décembre 1858, M. Grillet fait un don à la commune d'une terre de 37 ares au lieu-dit le Guéret du chat et d'une rente annuelle de 500 F à condition que l'école de garçons soit gratuite et confiée aux Frères des Ecoles Chrétiennes.

D'autres dons suivent ainsi qu'une contribution de 8 000 F du Frère Philippe. La construction est réalisée et le 8 février 1862 arrivent les trois premiers Frères. Le dimanche suivant l'arrivée des religieux, la bénédiction est effectuée par le curé d'Apinac à l'issue de la grand-messe. Le Frère Philippe assiste à la cérémonie aux côtés du maire, M. Vignal, et des autres notabilités. Après la bénédiction, il réunit les chefs de famille et les exhorte à bien faire éduquer leurs enfants. Il distribue ensuite, en souvenir de cette fête mémorable, un livre de piété à chacun.

L'école ainsi fondée va avoir un grand rayonnement sur Apinac et les communes voisines. Au début du siècle, on pouvait compter parmi ses anciens élèves une vingtaine de Frères des Ecoles Chrétiennes : un bilan impressionnant qui témoigne de la forte et durable influence qu'a eue Mathieu Bransiet dans son pays natal. Les Frères quitteront Apinac seulement en 1953. Et aujourd'hui encore, bien que les locaux aient changé, il reste une école catholique dans le village.

La construction de la nouvelle église d'Apinac

Mais, la grande affaire sera pour lui la construction de la nouvelle église du village. L'église primitive a besoin de réparations et n'est pas suffisamment vaste pour une paroisse qui compte alors trois fois plus d'habitants qu'aujourd'hui.

En 1839, le conseil municipal décide de constituer un capital de 1 000 F pour effectuer des réparations. Le préfet trouve la somme insuffisante. Il suggère à la commune de demander une subvention - on disait alors un secours - au ministre des Cultes et de voir plus grand. Louis Etienne Buhet, architecte à St-Bonnet-le-Château, est chargé d'une étude et fait plusieurs propositions : réaménager l'ancienne église, en construire une nouvelle sur le même lieu ou encore effectuer une construction ailleurs.

On s'oriente vers une nouvelle construction mais c'est seulement le troisième projet qui est définitivement approuvée par le préfet le 10 avril 1841. Le premier devis s'élève à 29 449,51 F. C'est là qu'intervient, de façon décisive, Frère Philippe. Depuis longtemps, il oeuvre pour que soit prise la décision de bâtir une nouvelle église en promettant son soutien. Il consent une donation exceptionnelle de 23 000 F pour contribuer au financement. On peut légitimement se demander comment Mathieu Bransiet pouvait disposer ainsi de sommes importantes. Un élément de réponse nous est fourni par un de ses biographes, G. Rigault, qui précise qu'un religieux disposant d'un patrimoine important avait proposé au Supérieur général d'en utiliser une partie pour l'église d'Apinac (52) . Une ordonnance royale du 6 août 1842 (53) autorise la commune d'Apinac à accepter la donation sous les deux conditions imposées par le donateur : dans l'édifice, un emplacement de six mètres carrés sera réservé à la famille Bransiet et une messe sera dite chaque année, après la Toussaint, pour le repos de l'âme de ses parents.

Un peu plus tard, Frère Philippe, qui n'est pas complètement désintéressé, intervient pour que certains travaux soient confiés à ses parents d'Apinac. Ainsi Jean Marie Bransiet effectuera les travaux de charpente, menuiserie, vitrerie, peintures des portes et des croisées pour un montant total de 3 928,45 F.

Le financement étant, pour l'essentiel, assuré, on commence la construction. Le Supérieur général intervient à nouveau, avec succès, auprès du ministère des Cultes pour qu'un secours de 10 000 F soit accordé à Apinac. Finalement l'église coûtera plus de 43 000 F. La bénédiction de la nouvelle église a lieu le 17 novembre 1844.

En 1845, Frère Philippe offre un chemin de Croix puis des tableaux que des Frères avaient peints avec plus de conscience et de piété que de talent, selon le jugement d'un biographe de Mathieu Bransiet (54). Il obtient ensuite du roi Louis-Philippe une belle chasuble de velours cramoisi. En 1858, sur sa demande et avec l'appui de l'Impératrice, le service du Grand aumônier de l'Empereur attribue une chasuble noire à la paroisse... (55)

Toujours afin d'enrichir le trésor de l'église d'Apinac, en 1864, Frère Philippe ramène de Rome trois reliquaires contenant "des reliques insignes" que lui a données le Cardinal Patrizi (56) . Ces nombreux cadeaux montrent que le Frère Philippe entretenait les relations les plus cordiales avec les plus hautes autorités non seulement du second Empire mais aussi du Saint-Siège et qu'il était bien difficile de lui refuser une faveur..

Un Forézien qui fait honneur à sa province


Le cardinal Guibert, archevêque de Paris, écrit au lendemain de la mort du Frère Philippe : Il a restauré, renouvelé l'œuvre du Vénérable de La Salle. Pourtant quelles différences entre le fondateur et le restaurateur de l'Institut ! D'un côté Jean-Baptiste de la Salle, le chanoine rémois, distingué, issu de l'aristocratie aisée, ayant fait de longues études philosophiques et théologiques, de l'autre Mathieu Bransiet, l'enfant de petits paysans des monts du Forez dont les parents sont illettrés et qui n'a suivi qu'un modeste enseignement primaire.

Cependant c'est un Supérieur comme Frère Philippe qui convenait à l'Institut, à ce moment-là de son développement. Travailleur infatigable, il fait preuve d'un solide bon sens, se montre patient et d'une grande ténacité. Ces qualités "paysannes" lui donnent un extraordinaire atout. Elles lui permettent de comprendre parfaitement et de bien diriger ses Frères qui sont, pour la plupart, issus du milieu rural.
Après la période révolutionnaire, alors que tout l'enseignement primaire est à rebâtir, l'action de l'Institut des Frères des Ecoles Chrétiennes qui est, en nombre, la première congrégation enseignante du pays, avec à sa tête Frère Philippe, a été très importance dans le domaine pédagogique. Les manuels sont mieux adaptés, l'enseignement simultané s'impose, la formation des maîtres s'améliore, l'enseignement plus concret se rapproche de la vie. C'est après cette étape, sur ce socle, que pourront être promulguées les lois fondatrices de l'école moderne
.
Comme Forézien, Mathieu Bransiet fait honneur à notre province. C'est une personnalité attachante, un homme simple et courageux qui n'a jamais vraiment quitté, au moins de cœur, son pays natal.

(Joseph Barou, Michel Bransiet, Bulletin de la Diane, tome LVIII, 1999, p. 263-308)

*

*    *

Le Frère Philippe (1792-1874)

chevalier de la Légion d'honneur

par M. Jacques Long