La rue Tupinerie

Il y a 110 ans, au conseil municipal
de Montbrison :


Faut-il débaptiser la rue Tupinerie ?

 

Tout début du 20e siècle : des questions, en apparence anodines, peuvent révéler un climat politique passionné à une époque où progressivement la République s'affermit dans les esprits et les cœurs.

Rue Tupinerie ou rue de la République ?

Grave question à l'ordre du jour du conseil municipal de Montbrison du 25 février 1901 : faut-il débaptiser la rue Tupinerie ? M. François, conseilleur municipal d'opposition voudrait que la Tupinerie soit nommée rue de la République.

Il y a là-dessous un peu de politique. Il s'étonne que la ville n'ait encore donné le nom de la République à aucune de ses rues. Selon lui en nommant ainsi la voie principale de la ville, cette manifestation républicaine recevra le meilleur accueil de la majorité des habitants. Façon de dire : plus républicain que moi tu meurs !


Leçon de civisme


Le maire, M. Chialvo, répond que ses opinions républicaines sont aussi fermes que celles qu'il est convaincu de trouver chez ses collègues. Et de donner une leçon de civisme à son conseil : Le meilleur moyen de faire aimer la République ne consiste pas à inscrire son nom ou sa devise sur les murs, mais à mettre en pratique les principes de liberté, égalité, et de fraternité, à secourir de ses ressources les malheureux, à améliorer le sort des travailleurs.

Il ajoute que si la Tupinerie s'était appelée rue Impériale comme s'appelait à Lyon la rue que l'on nomme aujourd'hui de la République, il y a longtemps que la modification se serait imposée. Puis il passe bravement à l'histoire locale. Depuis le 16e siècle, la Tupinerie porte un nom local, spécial, qui rappelle une industrie jadis prospère et renommée ; c'est un hommage rendu à des travailleurs...

Et d'ailleurs de grandes métropoles donnent l'exemple : Lyon n'a pas changé le nom de la rue Tupin, Marseille conserve dans la Cannebière le souvenir de petites cabanes de pêcheurs qui peuplaient le rivage. Ces souvenirs sont honorables...


Et Monsieur Victor Hugo ?

Le vœu de M. François est donc repoussé à mains levés. Mais le conseiller revient à la charge demandant que la rue Saint-Jean se nomme désormais rue Victor-Hugo, en souvenir du plus grand poète du 19e siècle.

Le maire objecte que la rue Saint-Jean, nommée ainsi depuis le 12e siècle reste seule pour rappeler la donation faite par les comtes de Forez aux hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem de terrains marécageux qui furent transformés en jardins et prairies d'où Saint-Jean-des-Prés. Là fut construite la Commanderie auprès de laquelle se groupa vite un faubourg. Quant au nom de Victor Hugo, dit-il, ce n'est pas en souvenir de l'homme politique mais du poète qu'il se perpétuera...

Le conseiller Dupuy fait alors une habile proposition : garder son nom à la Tupinerie et chercher une autre rue pour honorer la République. Et la question est renvoyée en commission...

Il y a aujourd'hui effectivement une rue de la République qui coupe le faubourg Saint-Jean mais de nombreux Montbrisonnais continuent de l'appeler de son ancien nom : route de Lyon. Qu'il est difficile de changer les habitudes !

Joseph Barou


(La Gazette de la Loire du 22 mars 2002)

*

*     *
Rue Tupinerie













*

*     *


Rue de la République
(route de Lyon)

*

*     *
Les habitants de la rue Tupinerie vers 1910

extrait de la brochure LISTE DES HABITANTS DE MONTBRISON CLASSES PAR RUE,
s. d. (années 1900), bibliothèque de la Diana)

Le voiturier Ollagnier (n° 59) et l'épicerie Blanchet (n° 61) seront ensuite remplacés
par la Maison Dupayrat "Les Galeries Modernes" (publicité de 1913)

 

Montbrison d'autrefois,
voir aussi les pages :


Vie municipale


Montbrison hier :
documents

Conception : David Barou
textes et documentation : Joseph Barou
questions, remarques ou suggestions :
s'adresser :