Montbrison à la fin du XIXe siècle

 

Vers 1860-1870,

Montbrison
par James Dulac

Ces photos du montbrisonnais James Dulac
ont été utilisées avant la seconde guerre mondiale
par l'imprimeur Eleuthère Brassart pour illustrer
des calendriers publicitaires. Ce sont de précieux documents,
plus anciens que les premières cartes postales. Les légendes sont de l'imprimeur
qui était aussi un érudit, membre de la société historique La Diana.

James Dulac

 


La rue de la Préfecture

Cliché James Dulac

C'est une des dernières rues de Montbrison, sinon la dernière, qui ait gardé le ruisseau au milieu
de la rue. Vieil usage, autrefois très répandu. Entre cette rue et la rue des Clercs il existe toujours
une vieille rue, très étroite, dont le fossé central, peu à peu transformé en égout,
est maintenant recouvert en ciment.


L'escalier du collège avant qu'il ait été repris en ciment

Cliché James Dulac

Les vieux Montbrisonnais se rappellent encore la maison de M. de Montrouge, où l'on faisait
de la musique fort tard dans la nuit. En bas, à gauche, la grande pierre visible au pied du mur
portait un trou dans lequel pivotait la porte du château ; elle existe encore
mais sous un tas de mortier durci.

L'ancien dôme du tribunal

Cliché James Dulac

Grâce à sa position dominante, qui mettait en valeur ses harmonieuses proportions,
la chapelle de la Visitation était la partie la plus caractéristique de l'aspect de notre ville.
Cette très belle œuvre
de Martin de Noinville, élève et continuateur de Mansart
(Bull. Diana, 1902, XIII, 58), nous était parvenue à peu près intacte : seuls les œils-de-bœuf
(représentés sur une vue de Montbrison reproduite ici en 1934) avaient été supprimés
peu avant 1835 (A. Bernard, Histoire du Forez, II, 279, note). on ne peut concevoir
pourquoi les architectes modernes l'ont si cruellement maltraitée. D'abord le grand escalier
tout droit, qui était sa base nécessaire, a été remplacé par un escalier compliqué
et sans ampleur. Puis, en 1902, sous prétexte que le dôme menaçait ruine, et cela paraît
bien douteux étant donné la quantité de gros bois qui entrait dans sa construction, on l'a détruit
et remplacé par le dôme actuel. Ecrasée par une lanterne chargée de prétendus ornements
en zinc, la coupole a perdu toute élégance, quoique un peu surélevée - on ne sait d'ailleurs
pourquoi, si ce n'est pour faire servir l'ancienne charpente d'échafaudage à la nouvelle.
Enfin au lieu de coiffer gracieusement la tour, le nouveau dôme entre, "comme un œuf
dans un coquetier", dans une corniche en ciment ! Au milieu de tous ces détails mesquins
la façade reste seule ; sa grandeur et sa simplicité étonnent. Mais cette photographie
rappellera à quel admirable monument elle appartenait.

La rue de la Porcherie

Cliché James Dulac

Le nom de cette rue paraît fort ancien puisqu'on le trouve déjà en 1405 sous la forme "vieux marché
de la charcuterie" (macellum vetus petasonum). La photographie reproduite ici en donne l'aspect
entre le pont d'Ecotay, ou pont d'Argent, et le pont Saint-Louis, que l'on aperçoit dans le fond.
Tout à fait en bas à droite, au pied de la maison, on voit le bouteroue placé à l'angle de la rue d'Ecotay.
Les maison de droite plongeaient dans la rivière qui, ainsi, n'était pas aperçue de la rue.
Elles ont été démolies pour l'achèvement du quai, à la suite d'une expropriation de juillet 1884.

Les anciennes boucheries

Cliché James Dulac

Etablies dans les ruines de l'église Saint-André, église paroissiale détruite par la Révolution,
les anciennes boucheries servaient à la fois d'abattoir et de boutiques de vente. Elles furent
désaffectées au moment de la construction de l'abattoir de Pleuvey et elles furent mises en vente
par une délibération du conseil municipal datée du 15 janvier 1866. Le cahier des charges
de cette vente exigeait la construction de nouvelles façades ; cette construction était achevée,
et la rue attendait son pavage, le 30 juillet 1867. M. Francisque Reymond, ingénier civil,
était resté adjudicataire.

Le vieux Montbrison. - Le pont d'Ecotay vu du pont Notre-Dame,

Cliché James Dulac


Le vieux Montbrison . - Le Vizézy vu du pont d'Ecotay,

Cliché James Dulac
(calendrier de 1939, imprimerie Eleuthère Brassart)


Montbrison . - La Poncette

Photographie ancienne prise du pont de l'Hôpital par James Dulac


Le vieux Montbrison . - Le Pont de Notre-Dame vu de la Poncette.

Les maisons que l'on voit à gauche ouvraient sur la rue des Prêtres. Cliché James Dulac


La Poncette vue du Pont Notre-Dame

Photographie de James Dulac
(Une maison s'appuie sur le pont)


Rue Saint-Pierre

 

Rue Précomtal vue de la rue des Arches

 

Rue des Clercs
(avant 1900)

Deux vues générales de Montbrison

 




Photographies de James Dulac

*

*      *

Cette dernière photo montre des scieurs de long au travail, à Montbrison,
sans doute sur le boulevard. Le photographe était-il James Dulac ?



(Archives de La Diana)


Mis à jour le 10 avril 2015