Croix du cimetière de Gumières

Croix près du monument
aux morts

Au sujet du monument aux morts de Gumières voir :

Les morts de 1914-1918
à Gumières

et
Liste des soldats morts

Croix du Besset

Croix de mission
de la place de l'église

Croix de Gonsot

Croix-Jolie,
route de Saint-Jean

Croix de mission
du haut du bourg

Croix de Puziols
(bas du hameau)

Croix de Plénafeix

Croix de Puziols au bord
de la route de Saint-Jean

Croix de Puziols près du chemin

Croix du Besset

Croix de Prolanges

Croix du hameau de la Mure

Croix de Murcent

 

 

 

 

Retour page accueil

Conception : David Barou
gestion du site : Joseph Barou
questions, remarques
ou suggestions

s'adresser :

 

 



Croix du cimetière de Gumières

Les croix de Gumières


Sur le territoire de la commune de Gumières nous avons répertorié vingt-cinq croix. Suivant leur origine et leur situation, ces petits monuments peuvent assez facilement être classés en cinq groupes. Ainsi nous trouvons trois croix anciennes ou "historiques", six croix de mission, six croix de hameau, trois croix de chemin et cinq croix familiales. Deux autres croix, enfin, doivent être classées à part. Ces croix sont réparties sur tout le territoire communal : quatre sont au bourg, treize près des hameaux et huit isolées.Nous relevons onze croix en pierre (44 %), dix en fonte moulée (40 %), quatre seulement en fer (16 %). La plus ancienne daterait du XVe siècle, deux seraient du XVIème et deux autres du XVIIIe siècle . Onze peuvent être datées avec précision grâce à leurs inscriptions et ont été érigées au XIXe siècle, entre 1829 et 1897. Neuf autres, des croix de hameau ou de chemin, datent aussi vraisemblablement du siècle dernier.

Les croix "historiques"

Les trois croix anciennes ont une place à part. Entièrement en pierre, vieilles de plusieurs siècles, elles ont supporté de nombreuses vicissitudes : des mutilations, des déplacements, des restaurations, des remaniements... Elles sont maintenant à l'honneur. Louis Bernard les a étudiées dans son ouvrage les croix monumentales du Forez.

La plus ancienne est la croix du cimetière de Gumières, de grande taille, en granit. Un socle monolithique supporte une table assez grossière. Le dé est très orné. Le fût cylindrique qui a été cassé est soutenu par une armature de fer forgé. Le croisillon, particulièrement intéressant, porte d'un côté, le Christ avec saint Pierre et sainte Madeleine, de l'autre un couronnement de la Vierge par deux anges et à ses pieds deux évêques et un apôtre. Cette croix serait du début du XVe siècle . Malheureusement le granit se délite et elle est en assez mauvais état.

La croix qui se dresse à quelques pas du monument aux morts du bourg de Gumières a déplacée il y a quelques années. Un massif de maçonnerie porte une table très épaisse. Le fût cassé est renforcé par un cercle de fer. Elle est de taille modeste mais très élégante. Le croisillon porte le Christ d'un côté, de l'autre la Vierge soutenue par un ange et couronnée par un autre. Elle est datée de 1540.

La troisième croix "historique" se situe sur le bord du chemin allant de Gumières au Besset, à quatre cents mètres environ du hameau. Elle se dresse sur une vaste plate-forme à laquelle on accède par quatre marches. La table formée d'un monolithe assez grossier est posée sur un massif de maçonnerie. Il n'y a pas de dé. Le fût d'abord de section octogonale est raccordé par un cercle de fer à une partie cylindrique. Quatre "argnats" décorent sa base. Le croisillon en pierre plus fine est raccordé au fût par un autre cercle de fer. Il est aussi décoré de nombreux argnats. La face dirigée vers le chemin (nord) porte une sculpture du Christ assez abîmée. L'autre face celle d'une fine Vierge à l'Enfant. Cette croix remaniée sans doute à plusieurs reprises comporte des parties anciennes. On s'y rendait en procession au temps des Rogations.

Les croix de mission

A partir de 1815, dans de nombreuses paroisses du pays, l'habitude se prend d'organiser des missions. Après les traumatismes de l'époque révolutionnaire il s'agit de ramener à Dieu l'ensemble de la population. Des prêtres missionnaires, souvent des Lazaristes, sont invités par le curé et séjournent plusieurs semaines dans la paroisse. Ils multiplient les prédications et les exercices de piété tels que récitation du chapelet, processions... en s'adressant, de façon spécifique, à toutes les catégories de la population : enfants, jeunes gens, pères et mères de familles, célibataires, vieillards... La mission s'achève par des cérémonies solennelles regroupant l'ensemble des fidèles. Elle se prolonge souvent par l'installation d'une croix commémorative payée avec les dons des paroissiens. Six croix de mission datée de 1829 à 1897 s'égaillent sur le territoire paroissiale.

Mission de 1829

La plus grande et aussi la plus ancienne de ces croix est celle qui se dresse sur la place de l'église. Le fût en pierre de Volvic mesure près de quatre mètres et l'ensemble près de six mètres. Le socle est formé de deux énormes blocs qui supportent une table ornée de moulures soignées. Un dé massif porte à l'avant une sculpture, probablement sainte Madeleine. Le fût cylindrique est décoré de feuillages.

Au croisillon, sans style précis mais très orné, figure le Christ. Les inscriptions portées par le dé sont intéressantes, ce sont les noms des notables et des principaux donateurs :
BERTRAND C[u], M. BAYLE T. (le vicaire ou le missionnaire ?), JOANNET M[ai]RE, DAMOND F., BEALEM P., A[ntoinet]te MONTET, CHANNEBOUX M[aî]T[re] SCULP[teur]
Le nom d'une femme, Antoinette Montet (1735-1828), appelée familièrement "la Tante", figure sur le monument ce qui est assez rare. Il s'agit d'un personnage marquant de la paroisse. Née à Gumières, Antoinette Montet s'était illustrée pendant la Révolution en aidant des prêtres réfractaires et avait été, plus tard, la fondatrice, avec l'abbé Pierre Périer, du petit séminaire de Verrières.
La taille de la croix, la qualité de la pierre et de la sculpture indiquent clairement que son coût a été élevé mais il est proportionné à l'importance de la paroisse de Gumières qui compte alors plus de mille habitants.

(voir en ligne, format pdf : Antoinette Montet. et
Antoinette Montet était-elle en une béate forézienne ? )

Mission de 1857

Une autre mission prêchée en 1857 a dû revêtir une belle importance si l'on en juge par deux croix qui en gardent le souvenir. Parlons d'abord de la croix "officielle", celle de toute la paroisse, qui se dresse près du hameau de Gonsot, au bord de la route de Gumières à Margerie. Tournée vers le bourg cette croix d'assez grande taille se dresse sur une plate-forme à deux marches.
Le socle monolithique porte des inscriptions sur les quatre faces : MISSION DE 1857, MM. DEROIRE CURE, DAMON MAIRE, MM. MARCHAL BONHOMME MISSIONNAIRES, M. VIAL VICAIRE. La table et le dé portent des moulures très soignées. La croix elle-même est en fonte moulée, très décorée (anges, feuillages, raisins) avec des restes de dorure. Au croisillon manque le motif central.
Au centre du hameau de Puziols, près de l'abreuvoir, sur un monticule, un paroissien a fait dresser une autre croix rappelant la même mission. Le socle monolithique avec l'inscription : SOUVENIR DE MISSION CROIX ERIG. PAR CHARLES ROL 1857 est posé sur un gros rocher avec quelques marches taillées à l'avant. La croix en fonte moulée porte un décor d'angelots et les tables de la loi. Elle est fixée, sans dé, sur une belle table massive. Le tout est parfaitement entretenu.

Missions de 1877 et 1897

La mission de 1877 est commémorée par une croix en fonte moulée, de modestes dimensions, située dans le haut du bourg. Autrefois, on y allait en procession au temps des Rogations.
Une autre croix, dite la Croix-Jolie, tournée vers le bourg, à cinq cents mètres de Gumières, sur un talus à droite de la route conduisant à Saint-Jean-Soleymieux, rappelle la mission de 1897. On accède à sa plate-forme par huit étroites marches de pierre. C'est une grande croix tout en pierre, à l'exception du Christ, en fonte moulée. Le fût de section carrée donne à l'ensemble une impression de lourdeur. On se rendait aussi à la Croix-Jolie pour les Rogations. Enfin une dernière croix de fonte moulée, assez petite, est élevée près du hameau de Puziols au bord de la route Gumières-Saint-Jean. L'inscription, presque effacée, SOUVENIR DE MISSION DE 18.7 .... ne permet pas de la dater avec précision.

Les croix de hameaux

Les principaux hameaux possèdent chacun une croix : Le Besset, Plénafeix, Puziols, Murcent, la Mure et Prolanges. Par la forme et les matériaux utilisés (pierre, fer forgé, fonte), ce sont les monuments les plus variés. Elles sont pauvres en inscriptions contrairement aux croix de mission.

Au centre du village du Besset, près d'un grand lilas, s'élève une croix de pierre. Son fût légèrement conique est fiché directement sur une épaisse table, ronde comme une meule. Au croisillon à section octogonale figure le Christ. La naïveté de la sculpture et la simplicité de l'ensemble donnent beaucoup de charme à cette croix.

La croix de Plénafeix se situe en bas du groupe de maisons. Elle est très originale. Son socle en forme de pyramide tronquée repose sur un gros rocher. Le dé, cubique, porte une inscription peu lisible : B M (?). Le fût, très fin et élancé, a été cassé et réparé. Il penche un peu et se termine par une petite croix de fer plat portant le Christ. Cet ajout est, certainement, plus récent.

A l'entrée du hameau, au départ de la coursière allant à Gumières, la croix de Puziols est adossée à un talus. Sur le socle, un grossier massif de maçonnerie, est posée la table, très massive et ronde qui semble être une ancienne meule. La croix en fer plat y est directement figée. Elle porte l'inscription suivante : d p I H M 1720. Elle se termine par des fleurs de lys d'un dessin très simple. Cette croix a fait l'objet, au début du siècle, d'un procès entre le propriétaire du champ voisin et les habitants du hameau de Puziols qui prétendaient tous en être propriétaires.

La croix de Murcent, au fond du hameau, a pour socle un énorme rocher. Cette élégante croix de fer plat n'a pas de table mais est fixée sur un bloc conique qui ressemble beaucoup à une meule de moulin à huile reformée. Le fer porte des dates et des initiales : 1710, B I, C I, 1870, F J, 1890 qui dénotent une certaine ancienneté (XVIIIème siècle). La croix est ancrée mais il semble bien qu'elle portait primitivement des fleurs de lys dont les pointes auraient été sciées .

Les croix des hameaux de la Mure et Prolanges, en fonte moulée, sont moins anciennes. La croix de la Mure est très ornée, voire surchargée : le Christ est au centre d'un foisonnement de feuilles de vigne, grappes de raisin, épis de blé. Le dé cubique porte l'inscription B L tandis que sur le rebord de la table très massive on peut lire avec difficulté : J M M.


La croix de Prolanges est située sur le plus haut point du communal et a été restaurée récemment. Le dé (un peu trop important pour l'ensemble), la table et le socle portent des moulures très soignées. La croix elle-même est élégante et décorée de motifs floraux. Au croisillon se trouve une tête de Christ. Elle peut être datée avec précision grâce à l'inscription qui figure sur son socle : CROIX ERIGEE PAR LES HABITANTS 1861. C'est d'ailleurs la seule croix dont l'inscription indique explicitement qu'elle appartient à tout un village. Prolanges, avec une quinzaine de feux, fut au siècle dernier le hameau le plus peuplé de la paroisse et constituait une communauté bien personnalisée. Il y a encore aujourd'hui des restes de cet esprit communautaire : deux abreuvoirs en pierre où l'eau coule en permanence sont entretenus avec soin, le réseau d'adduction d'eau est propre au village et, traditionnellement, chaque année, le 15 août, une réunion rassemble les ayants droit, enfin les habitants du hameau possèdent en commun une forêt de sapins .

Les croix de chemin

Les croix de chemin sont de plus petite taille. La plus simple, et la plus belle, est une petite croix de pierre plantée sur un talus à gauche du chemin allant de Gumières au hameau du Besset, très près, mais de l'autre côté du chemin, de la grande croix "aux argnats" du Besset dont nous avons déjà parlé. Le fût, assez grossièrement taillé, est de section carrée comme le croisillon. Il est directement fiché dans un massif de maçonnerie irrégulier. Croisillon et fût formaient à l'origine un monolithe et on distingue aujourd'hui une cassure et la réparation. On ne relève ni sculpture ni inscription mais la croix est pleine de charme dans un beau décor de fougères et de grandes herbes.

A l'entrée du hameau de Prolanges, au départ de la coursière de Puziols on découvre une jolie petite croix de fonte moulée sur un dé bien mouluré appelée la croix Duvert.

Près du Chez du Faux
, une petite croix, aussi en fonte, d'une élégante simplicité, porte la Vierge et des anges en prières.


Les croix familiales

Cinq croix ont été érigées par des familles : deux sont en pierre, deux en fonte moulée et la dernière porte une petite croix de fonte sur un fût de pierre. Toutes celles dont une inscription donne la date (quatre sur cinq) sont de la même période : 1869-1881.

Au Royet, une grande croix en fonte moulée, bien entretenue, porte l'inscription : ERIGEE PAR LA FAMILLE JEAN LIOTIER ET MARIE AUBERT DU ROYET 1869. Au croisillon, la visage du Christ figure sur le linge de sainte Véronique.

A Gruel, une grande croix de pierre sans autre sculpture que le titulus porte sur son socle l'inscription : 1870 CHASSAGNEUX PIERRE.

A Champlebout, à l'intersection de deux chemins, sur une éminence, se dresse une croix monumentale. Le fût, en pierre de Volvic, est monolithique avec une section octogonale. Le Christ est sculpté au croisillon. La table, assez mince, est finement moulurée.

Malheureusement cette riche croix est enfouie dans un roncier impénétrable. L'inscription du socle indique les familles concernées : ERIGEE PAR JOANNET CHAUVE 1871.

Autre croix familiale presque entièrement cachée dans un bouquet d'arbustes, la croix du Montet est au coeur du hameau. Le fût de section octogonale est prolongé par une petite croix de fonte moulée. La table est très épaisse et dans le socle a été ménagée une petite niche gothique fermée par un châssis vitré. Elle renferme actuellement une statuette en bois (moderne) de la Vierge. L'inscription D L 1881 donne les noms de famille des donateurs : Damon, Liotier.

A Barson haut, près de l'ancienne ferme Béalem, se trouve une petite croix familiale non datée, en fonte moulée, avec une fine Vierge à l'Enfant. Elle est tournée vers l'entrée de la ferme et directement fixée sur une table carrée posée sur un socle de faible hauteur.

Tous ces petits monuments, à l'exception de celui de Champlebout dont l'environnement est très négligé, sont bien entretenus.


Les croix du Col de l'Homme-Mort et des Limites

Deux croix situées aux confins du territoire communal de Gumières n'entrent pas dans notre typologie : il s'agit de la croix du col de l'Homme-Mort et de celle du lieu-dit les Limites, situées à peu de distance l'une de l'autre. Elles sont d'ailleurs souvent confondues.

La première est à cinq cent mètres après le col auquel elle a donné son nom (1163 m d'altitude), au bord de la route de Montbrison à Saint-Anthème. Le socle est un parallélépipède de pierre grossièrement taillée qui porte une inscription en partie effacée : EN CE LIEU FUT ASSASSINE LE 24 FEVRIER 1780 [TOMAS RICHARD PAPETIER A LA FORIE]. Il n'y a ni table ni dé et la croix de fer paraît récente. Il s'agit d'une croix commémorative rappelant un assassinat commis en ce lieu au XVIIIème siècle sur la personne d'un marchand papetier d'Ambert.

La croix située aux Limites, tout à côté de la borne départementale (altitude 1157 m), a comme socle un simple rocher. C'est une élégante croix de fer forgé du XIXème siècle . Elle est placée en un point important, la frontière entre l'Auvergne et le Forez, entre deux régions et même entre deux zones linguistiques, le parler occitan et le parler franco-provençal mais elle rappelle probablement, elle aussi, un fait divers, peut-être une mort violente.

Enfin la croix du Moine est une croix mutilée située à Champlebout, à l'extrémité d'un pré. C'est une croix au fût de granit grossièrement hexagonal monté sur un monolithe au bord d'un ancien chemin abandonné. Est-ce le chemin des moines qui allait de la commanderie de la Cruzille vers la voie auvergnate sur les hauteurs de Gumières ?

Les croix de Gumières sont très variées. De pierre, de fer forgé ou de fonte moulée, chacune a sa personnalité et son histoire. Même la plus humble croix de fonte datant du siècle dernier mérite d'être préservée. Toutes ont de l'intérêt pour qui sait les regarder. Elles appartiennent au paysage et sont notre patrimoine à tous.

Joseph Barou

(inventaire réalisé en juillet et août 1999, clichés J. Barou)

------

Croix du Chez du Faux ----------------Croix "Duvert"

-------

Croix chemin du Besset- --------------Croix du Royet

--------

Croix de Champlebout--- ----------------Croix du Montet

---------

Croix de Gruel--- -----------------Croix de Barson-haut

Croix dite "du Moine" (Champlebout)

---------

Croix de l'Homme-mort --------Croix dite "des Limites"