L'une des premières prestations
devant le palais de Justice
de Montbrison (1962)

Premiers musiciens

Jean (1922-2003) et Madeleine Béraud,
les véritables fondateurs de Gergovia,
avec leurs costumes folkloriques :
50 ans au service du groupe folklorique


Madeleine Béraud fut longtemps,
non seulement la principale animatrice
du groupe mais encore secrétaire, trésorière, costumière …
Aujourd'hui elle est encore
la fidèle "mémoire"
du groupe folklorique

 

 

"La vielleuse"

 

 

Le coin des souvenirs

 

Là-haut, sur la colline,
le local de Gergovia

 

 

 

 

Conception
David Barou

textes et documentation
Joseph Barou


questions, remarques ou suggestions

s'adresser :

Forez
   



Groupe folklorique

Gergovia

50 ans de bourrées

"Que veni vou tsartsè, garçou de lo montagna ?" dit, en patois, le refrain d'une bourrée. "Que venez-vous chercher, si vous ne voulez pas danser ?" Eh bien, à Montbrison, gars et filles dansent. Depuis 50 ans déjà. Le groupe folklorique Gergovia fête en 2009 cet anniversaire. Retour sur une belle histoire.

L'amicale des Auvergnats de Montbrison

Tout commence au printemps 1959. Le 13 avril, Maurice Fournier, natif d'Issoire mais fonctionnaire à Montbrison, invite en mairie les Auvergnats de la ville. Il s'agit de créer une amicale. L'appel est entendu. Des personnalités sont là : le sous-préfet Coutanson, le maire André Mascle, David, secrétaire général de la sous-préfecture, Combe, commissaire de police, Mme Maisonneuve, bâtonnier … Selon les organisateurs, "
le but essentiel de la jeune amicale est d'organiser des fêtes sociales et de permettre aux hommes de fraterniser en son sein tout en animant la ville…" Un comité provisoire se met en place.

En juin, l'Amicale des Auvergnats de Montbrison est définitivement constituée. La présidence d'honneur revient à Claudius Fougerouse, un nom si repandu dans la vallée de l'Ance. Maurice Fournier est le premier président, Mme Sauzède, secrétaire, M. Robert Buvat, professeur au collège de Montbrison, secrétaire adjoint, Mme David, vice-présidente, Adolphe Bonnet, trésorier.

Première cotisation familiale : 300 F, des anciens francs, bien sûr. Et aussitôt les premières activités : banquet à Ambert, visite du moulin Richard-de-Bas. Notons qu'on accepte pour cette sortie des Montbrisonnais qui n'ont pas la chance d'être auvergnats de souche… Les premiers statuts sont déposés le 3 décembre 1959 : Amicale des Auvergnats de Montbrison dite "Gergovia" en souvenir d'une des premières sorties, un pique-nique sur le plateau de Gergovie.

Et l'on pense déjà à danser des bourrées. Un groupe folklorique qui animait en 1957 une fête gymnique de l'
Entente de Savigneux a laissé un grand souvenir. Il faudrait les imiter. Les jeunes gens qui souhaitent danser sont invités à se faire connaître à Mme Sauzède et à Yvette Aumeunier… Et là on prendra tous les volontaires, même s'ils sont foréziens…

Toujours dans les premiers pas, il y a le voyage en car au viaduc de Garabit. Madeleine Béraud se souvient : "Nous habitions dans la même maison que M. Fougerouse, le président d'honneur. Il savait que mon mari jouait de l'accordéon. Alors il lui a demandé d'accompagner le groupe pour faire l'animation." Et Jean Béraud, né à Prétieux, au cœur de la plaine du Forez a ainsi été le premier membre du groupe folklorique Gergovia !

Le groupe folklorique Gergovia

Au sein de l'Amicale, un petit groupe folklorique se forme autour de Jean et Madeleine Béraud. Il commence petitement. Il y a seulement cinq couples de danseurs. Les finances sont réduites.

Une coupe de tissu offerte par Alice Fougerouse permet à Madeleine Béraud de confectionner les robes des filles. Une belle économie ! Les garçons adoptent le costume traditionnel des paysans : chapeau noir, pantalon noir, gilet brodé, parfois la blouse bleue et les sabots. Tout ça enrubanné aux couleurs de l'Auvergne : jaune, rouge et vert…

Les premières manifestations publiques ont lieu, modestes au début. Sortie à Montverdun : "On dansait dans les rues", production à Champdieu sur un podium… C'est le temps de l'apprentissage. Les 24 et 25 mars 1962, Gergovia participe aux premières fêtes de la Fourme. Des liens se nouent avec d'autres groupes. Un maître de danse du groupe folklorique "Auvernha dansaïre", M. Rossarie, prend quelques Montbrisonnais dont Jean Béraud et sa fille Michelle dans sa formation pour un festival en Belgique, près d'Anvers, en juillet 1962.

En 1965, première grande sortie. Tout le groupe part en train pour l'Autriche. Il est invité au festival folklorique international de Krems, près de Vienne. Cette manifestation prestigieuse est organisée tous les quatre ans. Des sabots auvergnats et foréziens claquent sur les bords du Danube. Et Gergovia représente la France, rien que ça ! Du chemin a été fait. L'invitation est renouvelée plusieurs fois : 1969, 1973. Gergovia danse dans la cour des grands.

Reconnu, adopté par Montbrison, il reste au groupe à prendre son indépendance. Le 26 mars 1974, naît le "Groupe folklorique Gergovia" distinct de l'Amicale des Auvergnats. Jean Béraud qui depuis l'origine, avec son épouse, l'a animé, en devient le premier président. En 1982, Roger Chaperon lui succède jusqu'en 2004. Depuis Lionel Pupier a pris le relais.

Gergovia reste fidèle à ses origines, à l'Auvergne, et c'est bien. Cependant c'est aussi une difficulté puisque le groupe est implanté dans l'ancienne capitale du Forez. Certes il y a proximité avec l'Auvergne, et depuis longtemps un apport constant de population venue du Puy-de-Dôme. Cette situation curieuse dénote aussi, peut-être, une certaine pauvreté du folklore forézien. "Nous sommes foréziens, c'est sûr" affirme le secrétaire Christian Paquet, mais avec des "influences auvergnates". Forez, terre de passage…
D'autre part Gergovia appartient au Groupement folklorique Rhône-Alpes, à la Fédération amicale folklorique nationale et à la Ligue de l'enseignement.

Danser et aussi apprendre à vivre ensemble

Chaque semaine, il y a répétition le vendredi soir. Le répertoire s'étoffe : danses traditionnelles du Massif central, chansons. Les chorégraphies se diversifient. Ainsi, la danse des Passementiers, nouvellement apprise, est typique des monts du Lyonnais.

Le groupe de musiciens se renforce avec des instruments nouveaux. Vielle, violon, cornemuse rejoignent l'accordéon. Jean Béraud s'initie à la cabrette, la "petite chèvre", le biniou du Massif central. Il est même capable de fabriquer l'instrument à partir d'un exemplaire acheté à Aurillac.

De nombreuses prestations jalonnent l'année. À Montbrison, journées de la Fourme, spectacle d'été au Jardin d'Allard… Dans la région, fêtes de village, passage dans les maisons de retraite, actions humanitaire (Téléthon, Virades de l'espoir…), animations variées sans compter les festivals folkloriques.

Aujourd'hui Gergovia est bien installé dans le paysage montbrisonnais. Son local, l'ancienne magnanerie du couvent des "Sœurs des prisons", est blotti au pied des croix de la Colline, un haut lieu. De là on peut admirer toute la ville et les montagnes du Soir. De quoi élever les cœurs !

Il y a eu parfois des difficultés de recrutement, par période. Michelle Béraud-Cordier, danseuse depuis la création, constate :
"Les jeunes ont changé. Danser un dimanche, c'était la fête, partir à 100 km, un voyage extraordinaire. Tu vas danser à Valence ! Pour nous c'était le bout du monde. Aujourd'hui c'est bien différent". Le groupe repose encore largement sur un solide groupe de vieux copains autour de Madeleine Béraud depuis le décès de Jean en 2003. Mais il y a des renouvellements. Les effectifs oscillent entre 40 et 50 danseurs et musiciens. Ils viennent de tous milieux et de la région montbrisonnaise au sens large, Il y a un apport important de la montagne, du "pays haut", celui qui est entre Auvergne et Forez. Quoi de plus logique ?

En 50 ans, Gergovia a participé à de nombreuses manifestations à l'étranger. Dans le local, coupes, fanions, trophées divers emplissent les vitrines. Une grande carte d'Europe résume toutes ses sorties : Belgique (1962), Autriche (1964), Allemagne (1967), Suisse (1969), Sardaigne (1973), Grande-Bretagne (1976), Italie (1976), Monaco (1982), Portugal (1989), Grèce (1989), Irlande (1992), Espagne (1994), Pologne (1998), Hongrie (2003), Croatie (2007)… Les "Européades" figurent 4 fois dans les tablettes de Gergovia : Nuoro en Sardaigne (1973), Figueira Da Foz au Portugal (1986), Munich, 1987, Zamora, en Castille (2001). Ce grand rassemblement folklorique rassemble 150 groupes dans un pays de la communauté européenne. Le secrétaire, Christian Paquet, rappelle un séjour mémorable au Portugal à Figueira da Foz, près de Coïmbra. Tout le groupe était hébergé pour quatre jours dans un gymnase avec des installations sanitaires limitées. Et tout s'était passé, au mieux, dans la bonne humeur…

Autant de souvenirs, de bons moments… Car le groupe est une famille élargie, une mini société, une école du "vivre ensemble". Pour garçons et filles, jeunes et moins jeunes… Les voyages se font en car. Loin du pays, au bord du Tage ou près de la Vistule, le car devient alors une sorte de maison pour tout le groupe : on s'y retrouve, on y boit l'apéritif. La fourme suit. Tout est organisé, convivial. L'hébergement est collectif ou dans des familles. Il y a des rencontres encore et toujours, la diversité, l'ouverture, la tolérance. "Y aurait-il un esprit Gergovia ?"

Pour 2009, deux festivals sont prévus dans le Gers : Montréal, en juillet et Mirande, en août. En plus des thés dansants (5 avril et 15 novembre), des activités habituelles et, bien sûr, des festivités du cinquantenaire, le festival folklorique international des 9 et 10 mai, à l'Espace Loisirs et Animation de Montbrison. Merci à Gergovia pour ce demi-siècle de musique et de danse. Continuez à user des sabots pour rendre la vie plus belle !

Joseph Barou

Conseil d'Administration
(en 2009)

Président : Lionel Pupier
Vice-Président : Dominique Pitaud
Secrétaire : Christian Paquet·
Secrétaires-adjointes : Marie-Jo Sciau et Sylvie Genebrier
Trésorière : Nicole Grandpierre
Trésorière-adjointe : Andrée Vauche

Responsabilités diverses :


Nouveaux danseurs : Lionel Pupier
Danses enfants : à pourvoir
Danses adultes : Marie-Jo Sciau et Jeanine Peyron
Musiciens : Jean-Yves Peyron et Sébastien Malhiere
Chant : Sylvie Genebrier
Costumes : Nicole Grandpierre - Andrée Vauche - Anne Lapalus
et Jeanine Peyron
Sabots : Maurice Maisse
Local : Christian Paquet et Anne Lapalus
Membres : Cécile Grandpierre et Joëlle Colomb.


50e ANNIVERSAIRE DE GERGOVIA


Festival folklorique international


avec la participation de groupes de Croatie, Portugal et France

Samedi 9 mai 2009
:
Accueil : 19 h - 20 h
Festival et soirée dansante avec Gérard Prat
(repas sur réservation)

Dimanche 10 mai 2009
Animation dans les quartiers
14 h : Festival folklorique

Toutes ces animations auront lieu
à la nouvelle salle des fêtes de Montbrison

Pour contacter Gergovia
Groupe folklorique Gergovia, Hôtel-de-Ville, 42600, MONTBRISON

Téléphone :

président 04 77 27 06 77
secrétaire : 04 77 58 11 91
répondeur : 04 77 58 80 90


Site : www.gergovia.net.



Local de Gergovia

Fête de la Fourme à Montbrison (1962)

Le groupe réuni au Jardin d'Allard de Montbrison (1964)

Les voyages du groupe

Fête de la fourme (2005)


Album

Photos de presse réalisées par Marguerite Fournier-Néel
(archives de la Diana)



19 avril 1959



19 avril 1959



23 mai 1959

23 mai 1959




22 novembre 1959



22 novembre 1959



22 novembre 1959



21 décembre 1959



21 décembre 1959

23 février 1960



23 février 1960

13 juin 1960

2 juillet 1960

10 septembre 1960

30 novembre 1960

15 février 1961
(Assemblée générale)

13 juin 1961

20 août 1961

21 septembre 1961



21 septembre 1961

14 novembre 1961

13 février 1962

13 février 1962 (banquet)

2 juillet 1962

Dans les années 60 ?


Dans les années 60 ?

A Saint-Cyr-les-Vignes (année ?)