Patois vivant




Mgr Pierre Gardette

 

Pierre Gardette

(1906 - 1973)

Pierre Gardette est né le 13 juin 1906 à Tarare (Rhône). Il effectue ses premières études à Saint-Etienne puis à Oullins, à Francheville, et enfin aux facultés catholiques de Lyon où il obtient une licence de lettres classiques. A 23 ans il est ordonné prêtre mais ne devient pas un "petit curé de campagne". Ses supérieurs l'orientent vers l'enseignement. Après une courte période de professorat, il reprend sa formation. Il étudie la dialectologie à Grenoble et à Paris.

Il effectue de longues et minutieuses enquêtes qui aboutissent à des publications concernant les parlers locaux : Les patois du Dauphiné (1935), Lous poèmes daoü païsan (1938) de Claudius Javelle d'Apinac… En juin 1941 il soutient sa thèse sur la morphologie des patois du Forez et publie sa Géographie phonétique du Forez.

Il devient professeur à l'université catholique de Lyon. En 1942, il fonde l'Institut de linguistique romane qui porte aujourd'hui son nom. En 1945, à 39 ans, il est choisi pour succéder à Mgr Lavallée comme recteur, charge qu'il exerce jusqu'en 1964.

Il entre au CNRS : maître de 1962-1966, puis directeur de recherches. Il continue les publications : Les Œuvres de Marguerite d'Oingt (1965), Glossaire des patois francoprovençaux (1969), Documents linguistiques de la France

Surtout, il entreprend et mène à bien un travail monumental : L'Atlas linguistique du Lyonnais, en cinq volumes, ouvrage de référence. Il devient ensuite secrétaire de la Commission des atlas linguistiques de la France. Il meurt le 22 septembre 1973, à Lyon.

Plusieurs de ses travaux ont été publiés après sa mort : Textes littéraires en dialecte lyonnais : poèmes, théâtre, noëls et chansons : XVIe-XIXe siècle (1981), Études de géographie linguistique (1983).

Pierre Gardette participait à de nombreuses sociétés savantes. Il a été membre de la Diana pendant 37 ans, de 1936 à 1973. Au cours de l'assemblée du 17 novembre 1973, Marguerite Gonon a rappelé tout ce que la Diana, le Forez et la dialectologie devaient à cet éminent linguiste.

Joseph Barou

Marguerite d'Oingt, poétesse et grande mystique, religieuse de l'ordre des Chartreux au temps
du pape Clément V. Prieure de la Chartreuse
de Poleteins (Dombes). Elle a écrit des textes
en francoprovençal, les premiers connus
dans cette langue.




Claudius Javelle, le poète paysan d'Apinac
publié par Pierre Gardette


 



Patois du Forez


Retour page accueil

                                                                                                                                                             26 juillet 1011